Feb
14
A Catherine

C'est donc la Saint Valentin, la journée des amoureux. Du nom d'un prêtre je crois, mais n'y voyons pas appel à l'abstinence.

Une journée qui commence bien, levé pour partir à la cour aixoise plaider un horrible divorce, alors que je ne voudrais avoir dans la tête que de jolies fleurs bleues.

Et puis, levé vers les 5 heures 30, une heure trop tôt, et si sûr de son horloge interne, prendre son café et se trouver un peu couillon.

Mais, j'ai bien dans le noir, à tâtons, désactivé le réveil avant qu'il ne sévisse, pour préserver ta nuit.

Honnêtement, la Saint Valentin, c'est comme les anniversaires, le drame des hommes : surtout, ne pas oublier, au risque de la répression sanglante.

Je profite de ce temps trop matinal pour te prouver, mon amour, que ma première pensée est pour toi qui dort comme un petit ange, si, si.

Toi si belle et douce qui n'a pour moi que tendresse et amour, enfin, en général.

Alors, comme je me doute que dans la matinée, studieuse au cabinet, tu viendras voir de ce coté, j'en profite pour te dire que je t'aime.

Et que j'ai fermé le tube de dentifrice.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA