May
13
A Marseille, la mort est comme à la maison.

C'est un peu vrai que la cité phocéenne est victime d'une épidémie de règlements de compte.

La violence et l'insécurité y trouvent leur bonheur et, un jour peut-être, les politiques comprendront que la question n'est pas de gloser sur la misère sociale qui crée l'insécurité ou l'immigration criminogène ou le communautarisme.

Peut-être en viendront-ils à comprendre qu'il faut faire appliquer les lois de la République même à Marseille.

Ici, la mort est comme à la maison au point que les funerariums en font un argument de vente.

Le funerarium comme à la maison, fallait oser !

Commentaires

Rien ne va plus chez vous et ce n'est sûrement pas en développant des balivernes qu'on va remédier à une telle situation !

Vous avez parfaitelment raison.

Il faut purement et simplement appliquer la Loi.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA