Nov
30
Après l'aïoli.

L'exemplarité, c'est ainsi, a un prix, parfois cruel.

Donc, ce midi, un aïoli comme on les aime, du genre auquel les mouches ne survivent pas.

Mais, il faut dire que la tradition n'a pas été respectée tout à fait : pas de rosé de Provence, ni même de Bandol blanc ou un petit Cassis. Non, un chablis.

Et puis, deuxième erreur : pas de marc de garlaban après.

C'est bon le marc de garlaban, mais enfin, il est des alcools plus digestes.

Alors, pas de garlaban.

Pourtant, malgré cet effort ascétique, j'entends des mots étranges : il parait que dans l'aïoli, il y a plein d'huile d'olive et que pour le régime prétendu, c'est mauvais.

Bref, on me regarde comme si j'avais mangé sans retenue !

Bon admettons.

(Mais moi, ma maman m'a toujours dit qu'il fallait faire honneur et donc finir les plats et ma maman avait toujours raison)

Alors, après le repas frugal, principes éducatifs obligent, il faut montrer l'exemple à ses enfants, ne pas participer à la métamorphose larvaire qui les atteint.

Kafka n'est jamais loin.

Reprenant l'exemple de mon père, j'annonce une petite promenade, (solitaire, ça va de soi).

Mais, pour être honnête, mon père ne fumait pas le cigare et le soir allait à la messe.

J'avoue avoir remplacé la fumée de l'encens par celle du cigare...Ca doit avoir le même effet, non ?

Enfin, supposons le.

Devant les yeux admiratifs de la famille, je pars en promenade.

Je sors de la maison, fais trois mètre sur la gauche et m'abrite aussi sec, si je puis dire, car arrive une saucée carabinée.

Au bout de cinq minutes, le portable vibre et ils m'interrogent : « T'es mouillé ? »

J'entends des rires mécréants et cruels.

Même pas possible de dire qu'on va aller aux escargots, ce serait peu crédible sur les trottoirs de Marseille.

Alors, il faut revenir penaud (une fois le cigare fumé cependant) et faire repentance :

« Au prochain aïoli, la tradition respecteras

Bandol et garlaban boiras,

Sur le canapé t'avachiras,

Et point ne sortiras. »

Je dois pouvoir y arriver.

Commentaires

Nom: 
Saraswati
Site: 
http://

... aïe au lit, après les alcools forts, il a quand même une différence....

mais suis très choqué.si, si.

Nom: 
Bertheline
Site: 
http://

à force de le fréquenter peut être?

Nom: 
Saraswati
Site: 
http://

Vous êtes, ici le seul, à parler de débauche : cigares et alcools, moi je vous taquinais uniquement ...

que vous me supposiez un lumbago!

Nom: 
Saraswati
Site: 
http://

non?

Nom: 
Saraswati
Site: 
http://

si l'alcool et le cigare sont enclins à provoquer des lumbagos, mais des maux de tête c'est certain ....

parce que les hommes n'ont pas de tête, c'est bien connu

Nom: 
capouest
Site: 
http://equipementsnautiques@cmo50.fr

C'est un breton qui vous le dit nous ne supportons plus les haleines ni les odeurs en générale que l'on remplace par des parfums plus ou moins bien venus.

L'Aïoli c'est la réconciliation des hommes comme le pet de la soupe au choux. Les musulmants honorent leur hôte et leur dieu en rôtant à gorge déployée parce que se nourrir est une chance que beaucoup n'ont pas, et si elle s'accompagne de la présence d'amis...alors cela se rapproche du divin!

et ses agréables à-cotés...

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA