May
03
Bientôt, les vieux copropriétaires vont avoir froid.

Nous connaissons ces copropriétés munies d'un chauffage collectif.

L'observateur remarque que les vieilles personnes souhaitent une durée de chauffe la plus longue possible et que la température produite soit souvent élevée dans des conditions qui feraient beaucoup de peine à Mme Eva Joly.

La chose est d'autant plus aisée que les frais de chauffage ne sont pas individualisés et que les frileux font payer leur confort.

Mais ce temps heureux est en passe de s'achever car a été publié au Journal officiel du 25 avril 2012, le décret n° 2012-545 du 23 avril 2012 relatif à la répartition des frais de chauffage dans les immeubles collectifs

L'ambition de ce texte les immeubles à usage principal d'habitation pourvus d'un chauffage collectif doivent comporter, lorsque cela est techniquement possible et économiquement viable, une installation qui détermine la quantité de chaleur utilisée par chaque logement. Cette installation est composée d'appareils de mesure, qui permettent d'individualiser la consommation de chaque logement. Les frais de chauffage afférents à cette installation sont divisés, d'une part, en frais de combustible ou d'énergie et, d'autre part, en autres frais de chauffage, tels que les Frais liés à l'entretien des installations de chauffage et ceux liés à l'utilisation d'énergie électrique. Le texte entre en vigueur le lendemain de sa publication. La mise en service des appareils permettant d'individualiser les frais de chauffage collectif doit intervenir au plus tard le 31 décembre 2017.

Autrement dit, dans les copropriétés, bientôt les vieux vont avoir froid si le lecteur ne pardonne cette expression cavalière fondée sur le vécu d'un banal copropriétaire.

Commentaires

Le premier, effet du Décret, c'est que les charges de copropriété, dont chacun sait qu'elles ne cessent d'augmenter, vont continuer leur courbe exponentielle puiqu'il faudra bien payer l'installation de ces systèmes de mesure, relever lesdites mesures, et contrôler la fiabilité des instruments concernés (là, ça peut donner du taf à ma belle soeur!!), sans compter l'entretien, etc, etc ...

Le second, issu cette fois-ci des mesures annoncées en la matière hier soir, c'est que la modulation du tarif des énergies en fonction de la consommation va créer une fracture entre le Nord froid, et le Sud réputé plus doux, sans compter qu'après le tarif social mis en place financé par ceux qui n'en bénéficient pas (il faut bien que quelqu'un paie, non??), il y aura un double tarif social calculé en fonction des revenus et de la composition du foyer , de la consommation téhorique moyenne par personne avec (oh, what a surprise!!), encore e nouvelles normes (bla, bla, bla ...), etc ...... encore une belle usine à gaz (c'est de circonstance!)!

Remarquez, on va encore créer des nouveaux métiers de contrôleurs en veux tu en voilà, c'est bien sûr une priorité, hein?? et financés sur le dos de la bête, à savoir le pauvre couillon qui raque déjà un maximum pour payer l'acquisition de son logement, les charges de copropriété, l'augmentation des prix de TOUTES les énergies, les impôts locaux, les mises aux normes diverses et variées (ascenseurs, etc...).

En bref, deux visions, certes, un même effet : ON VA CRACHER AU BASSINET!

Non.

Je me suis battu (avec les vieux, justement) pour faire installer ce système dans la copropriété dont je suis le président du conseil syndical.

Bien sur, ça a résisté, car dés l'instant où les frais sont collectivisés, beaucoup (et souvent les anciens, plus égoïstes - on l'a vu sur la réforme des retraites) ne font aucun effort pour économiser le chauffage.

Là au moins, chacun paie ce qu'il consomme, hormis la part de 25 % qui demeure collective, et c'est normal.

Et les économies de chacun profitent à chacun mais aussi aux autres.

Pour le reste, le système n'est pas si coûteux ni contraignant, mais il faut le négocier vite et maintenant.

Nom: 
Papy
Site: 
http://

FAUX! Dans notre copropriété de 40 appartements, 70% de jeunes couples (25-35 ans), éventuellement avec des enfants de 0 à 16 ans.

Donc, 30% de "vieux" de plus de 40 ans. Pour info, je suis président du Conseil Syndical.

Eh bien cette semaine - sous prétexte que nous sommes le 15 octobre pour les uns, ou que cela fait 2 jours que la température extérieure est tombée sous les 15°C pour les autres - cette semaine donc, une dizaine de jeunes couples ont manifesté leur désir d'allumer le chauffage.

Leurs arguments (reçus par e-mail et sms, ou entendus dans l'ascenseur ou devant l'école):

"J'ai froid"

"Ce matin, le petit (7 ans) était bleu au sortir du lit!"

"Stop! Ca devient ridicule! [de ne pas chauffer, NDLR]"

"Mon linge ne sèche pas"

"On est gelés au 6ème" [une voisine de 36 ans, sonnant chez moi à 20h, en T-Shirt!]

"Emilie a le nez pris. Qui va payer le médecin? La copropriété?"

Bref, rien de bien objectif et encore moins scientifique dans tout cela.

Nous décidons donc d'effectuer quelques mesures dans plusieurs appartements, dont ceux des demandeurs. Notez que nous avons tous le même appartement de 4 pièces, à la symétrie près :

Salons : entre 19,0 et 20,5 °C

Chambres : Entre 17 et 18°C. Peut baisser à 16°C vers 4-5h du matin

Ces mesures sont donc parfaitement dans les normes "L'article R. 131-20 du Code de la construction et de l'habitation définit les limites supérieures de températures de chauffage, en dehors des périodes d'inoccupation, pour l'ensemble des pièces d'un logement à 19 °C"

Devant la résistance des "vieux" économes (qui ont connu de sévères hivers fin des années 80), les jeunes se sont enflammés et ont exigé l'allumage de la chaudière pour la saison hiver! La tension montant et une guerre civile menaçant, je me suis empressé de faire allumer notre chauffage par notre prestataire.

Pourtant, Météo-France et La Chaîne Météo nous promettent des températures entre 18 et 22°C pour les 14 prochains jours. Pas de quoi chauffer, donc.

Point important : nos 240 radiateurs ont 40 ans, sont bloqués en position ouverte, et impossible de changer les robinets. Il faudrait renouveler toutes nos installations.

Je suis furieux. On critique souvent les "vieux cons", mais là, c'est une minorité de jeunes frileux dépensiers, égoïstes et gaspilleurs, ne représentant que 25% de la copropriété qui ont refait la loi.

Et pourquoi nos jeunes frileux veulent le chauffage? Pas parce qu'il fait "froid", non. C'est juste pour pouvoir se balader en short ou à poil chez eux, avec un air tropical comme seul vêtement.

Conséquences immédiatement visibles : leur progéniture doit supporter des allergies en tout genre, tout le monde carbure à la Ventoline pour cause d'asthme, ils sont champions du monde d'arrêts de travail...

Sur un autre plan, ce sont exactement les mêmes qui ne respectent pas la communauté, qui ne participent pas à la vie de la copropriété, qui vivent reclus dans leur grotte à 28°C à commander des pizzas speedy en regardant NRJ-hits.

Aujourd'hui, il fait 19°C à l'extérieur,23 dans mon salon, 24 dans la salle de bain, et 21 dans les chambres.

Résultat : Les jeunes dictateurs sont en tongs chez eux, chauffage à fond et fenêtres ouvertes (oui!), et les vieux cons subissent la vie de ces cigales brûlant les calories pour chauffer l'air extérieur.

Pour finir, je me présente : Je suis vieux, 50 ans (mais il me reste 15 ans avant la retraite!), je ne mets un pull qu'au-dessous de 12 degrés, je vais à la boulangerie à pied (pas comme ces jeunes qui prennent la voiture pour 200m), j'aère mon appartement même par -5°C, et je ne souffre ni d'asthme ni de frilosité sénile.

A 50 ans, on est JEUNE !

Et ce n'est pas parce que je les ai un peu dépassés.

Quand je parlais de vieux, je visais ceux qui approchent les 80 balais.

Mais ceux là vont se plaindre et se dire jeunes ...

IL N'Y A PLUS DE VIEUX, C'EST DIT !

Mais les jeuns cons, ça ...

Fais bien attention à ne plus employer le mot "con". Tu risques des poursuites disciplinaires du moins jusqu'au 31 décembre époque à laquelle on va changer de batonnier.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA