Mar
13
Blogosphère des Avocats; s'il fallait s'en aller...

Le lecteur se dira peut-être qu'il est d'autres débats, aujourd'hui, que la blogosphère des avocats menacée de mort par son créateur.

Mais, après tout, quand je vois que le président du Conseil national des barreaux dans la presse explique qu'il n'a pas la même appréciation, les mêmes opinions politiques, que le Bâtonnier de Paris, je me dis que nous pouvons rester entre gens de mauvaise compagnie.

Si le Conseil national se prend les pieds dans le tapis et que des blogs disparaissent du monde Internet, avec leurs données, c'est un préjudice réel, financier, causé à chacun des avocats concernés.

Il est donc naturel que le Conseil national qui ne communique pas sur ses intentions réelles, son bureau devant être devenu muet, fasse l'objet d'une assignation en référé devant le tribunal de Paris.

C'est quelque peu incroyable d'en arriver là ; cela dit assez combien les élus du Conseil national du barreau auront des mises au point, franches et viriles, à faire avec leur bureau pour éviter que celui-ci ne mène la profession à la catastrophe.

J'étais hier à un enterrement, ce qui conduit à l'interrogation spirituelle ou philosophique.

Si l'on est dans le philosophique, j'aime bien cette idée de Marc-Aurèle qui explique que quand un obstacle se trouve sur la route, il convient simplement de le contourner.

Si l'on est dans le spirituel j'aime bien la notion du " tirer profit " de la spiritualité Ignatienne qui rappelle quelque part que la vie que l'on mène est sienne et que la volonté sacrificielle ne sert peut-être pas les desseins du divin.

Si je m'adresse aux très hauts de la rue de Londres, j'ai envie de dire ceci :

D'abord, la blogosphère est un outil merveilleux pour la profession parce qu'elle permet de lui donner de l'audience.

Ensuite, toute chose peut être revue, et je me suis notamment toujours demandé si la présentation faite dans la blogosphère des avocats mettant en avant les blogs les plus populaires ou les plus actifs n'était pas susceptible, par la mise en avant d'individus plutôt que de thèmes d'être contre-productive.

Il vaudrait mieux la mise en avant de thèmes : droit immobilier, droit du cheval, droit de la femme, billets d'humeur, expression artistique, que sais-je ?

Mais une ergonomie qui mette en avant la richesse des choses dites.

Par ailleurs, s'il fallait s'en aller et nous nous en irons tout un jour, j'ai envie de rappeler aux très hauts de la rue de Londres que les avocats ne sont pas des godillots, mais des hommes et femmes aux semelles de vent.

Il est facile d'aller bloguer de droite et de gauche, pas forcément où l'on veut nous conduire

D'ailleurs, moi-même, par jeu, j'ai créé un autre blog, un peu différent.

Moi, Avocat marseillais : il est ici.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA