Sep
25
Comment vivre vieux à Marseille?

Comment vivre vieux à Marseille ?

Il sera d'abord posé le postulat que c'est une bonne chose de vivre vieux, même ratatiné.

Alors, pour vivre vieux à Marseille, il ne faut pas se tromper.

Dans certaines régions de notre douce France l'arrivée du frelon asiatique a déjà causé une augmentation notable de la mortalité.

À Marseille, il faut faire très attention à la cigale marseillaise.

Cette chose brune qui vole en émettant un bruit strident et, malheureusement, s'avère quelque peu mortelle.

Hier encore, un jeune de 20 ans a perdu la vie à cause d'une cigale marseillaise.

Et il y a à Marseille beaucoup de cigales, que dans d'autres régions on appelle aussi, je crois, balles.

Il faut donc, pour éviter une prématurée surmortalité, éviter certains arrondissements et se réfugier dans le huitième.

Le huitième arrondissement est celui où monsieur Gaudin a été maire de secteur, et il est, cet homme, l'expression même du caractère salvateur des rondeurs sénatoriales.

C'est un doux arrondissement que le huitième, celui où il y a moins d'horodateurs qu'ailleurs, celui où ces dames, aux liftings triomphants, peuvent garer leurs gros 4 X 4 en double file sans jamais être inquiétées par les respectueuses forces de police bien polies ,( le bus n'a qu'à attendre).

Celui où même les crottes de chiens sur le trottoir sont plus grasses qu'ailleurs.

Alors, voilà : si vous voulez vivre vieux à Marseille, allez habiter dans le huitième arrondissement, et surtout pas dans le troisième.

Petit détail : le prix au mètre carré y est quelque peu plus élevé, mais il faut savoir ce que l'on veut.

La vie n'a pas de prix, même au mètre carré.

.

Commentaires

Quitter le 8ème et s'installer à Nice...

Robert ! biensûr!

Car il ne cite que le 8ème arrondissement de la ville, pour la plus longue espérance de vie, alors qu'il existe dans l'étude qu'il cite ex-aequo un autre arrondissement, le 12ème, celui des Arméniens, capitale Beaumont.

J'y habite depuis plus de 30 ans.

J'imagine que la consommation des beureks et du raki, sans compter celle des feuilles de vigne farcies et plus rarement des moules aux pignons, y est pour quelque chose. Et le Turc est rare ici.

Le dernier règlement de compte ici enregistré remonte à Mémé GUERRINI (1) il y a 40 ans au moins, à une station service de Saint-Barnabé, en direction de Saint-Julien, par Beaumont au milieu. Mais, c'était le temps des grands truands de la ville, qui n'existent plus.

(1) Attention aux prénoms.

Dites, les marseillais, mes amis, mettez-vous d'accord ....... parce que .... nous sommes un peu.... perdus, nous, les pauvres dauphinois, natifs de grenoble !

Il y a des cigales par là-bas aussi, non!

Pas ces derniers temps !

Mais nous ne sommes pas à l'abri et Grenoble n'a pas...... d'arrondissements !

De beaux quartiers?

Oui, Cher Confrère, encore que la délinquance s'étend y compris..... aux beaux quartiers !

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA