Jul
24
De l'exportation de la guillotine

Je crois que je préfère la perversion britannique à la Hitchcock plutôt que cette violence sourde qui paraît régir la société américaine.

Un psychopathe, il y en a toujours, se prend pour le joker et affronte Batman en éliminant les innocents spectateurs d'une salle de cinéma.

Le temps des pères fondateurs et des Indiens n'est plus, mais quel anachronisme que cette facilité à se procurer des armes, là-bas.

Un condamné à mort , déficient mental, qui attend depuis 1991 obtient un dernier sursis au motif qu'une question se poserait sur la nature du produit létal qui a changé.

Il n'y a qu'à le pendre comme au temps des Indiens.

Ou alors, on pourrait exporter nos guillotines, ce serait bon pour le commerce extérieur.

Source:metrofrance

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA