Dec
27
De Titus Antonin...

"De Titus Antonin, mon père d'adoption...

.... Il veillait sans cesse à la conservation des organes de l'Etat, réglait strictement les frais des fêtes publiques, et ne trouvait nullement mauvais que l'on murmurât cette parcimonie.

A l'égard des dieux, sans superstition ; à l'égard des hommes sans obséquiosité : nul désir de plaire, de rechercher la popularité : modération en tout, contenance ferme ; observer les convenances sans braver les usages....

...On aurait pu lui appliquer ce qu'on a dit de Socrate ; qu'il avait la force de se passer et de jouir indifféremment des choses dont la plupart des hommes ne peuvent ni manquer sans tristesse, ni jouir sans excès. Savoir être fort, patient ou modéré dans ces deux cas, c'est le propre d'un homme parfait et supérieur et tel fut le caractère qu'il nous fit voir, avant et après la maladie de Maximus"

Une pensée de Marc Aurèle pour les vacances, au bord même du Nil.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA