Oct
07
Dire "Madame le Président" coute 1378€

                                                  
On sait que le Parlement est soucieux du bien des Français.
Certes, les succès économiques ne sont pas vraiment là et les parlementaires pourraient s’interroger sur l’inefficacité des lois qu’ils votent.
Certes, encore, les réformes scolaires qui s’accumulent les unes après les autres ne paraissent pas donner de résultats très glorieux.
Mais, il faut éduquer le peuple!
Un député s’est adressé à la présidente de séance en l’appelant « Madame le président ».
L'infâme!
Avouerais-je m’adresser parfois ainsi à des juges de sexe féminin, peut-être parce que cela sonne mieux à l’oreille, peut-être par habitude, sans que jamais quelqu’un y ait  vu matière à scandale.
Pourtant, pour le député, ce n’est pas pareil !
À ma connaissance, l’expression qu’il a utilisé fait bien partie de la langue française et le fait de le sanctionner pour parler français relève, quelque part, d’une attitude infantile, mais tyrannique.
 
Mais, rassurons-nous, l’ineffable Monsieur Thévenoud lui n’est pas sanctionné, il siège toujours, dans une nouvelle commission, je crois.
Il ne doit pas venir à l’Assemblée, mais être payé
Tout cela est-il bien sérieux ?

Commentaires

Imaginons - horreur - qu'il y ait eu le feu   au Palais Bourbon, et que le service d'incendie ait été assuré ce jour là par une femme.

Après le traditionnel "au feu", il aurait fallu diriger les pompiers vers le foyer.

N'ayant pas été désignée par "Madame la sapeuse pompière", la responsable n'aurait pas bougé.

Nom: 
Benoît Van de Moortel

 

... pourtant, que celle d'appeler une soldate du feu sous le joli nom de "sapeuse pompière" ! A Marseille, on pourrait même la qualifier (sans arrière-pensée, bien entendu) de "marine pompière". Etonnant, non ?

Autre suggestion : que le client d'une avocate, d'une notairesse ou d'une huissière de justice soit tenu d'appeler celle-ci "ma chère maîtresse". Ne parle-t-on pas de libéralisation ?
 

Voilà une décision ridicule, qui déconsidère son auteur.

C'est du  terrorisme linguistique.

N'y - a -il pas des problèmes plus graves à régler?

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA