Dec
23
Du bouc émissaire.

Il parait que le meurtre est fondateur de la société humaine. Sa ritualisation étant facteur d'unité. En ce sens, le bouc émissaire a un irremplaçable rôle à jouer dans la vie sociétale.

C'est donc au tour de monsieur BOLUFER d'entendre sonner l'hallali. Qu'il se rassure, d'autres vont voir la meute s'avancer bruyamment. Et à cet égard Internet aide, par les blogs et les commentaires anonymement courageux à participer à l'élévation de la pensée.

Monsieur BOLUFER occupe donc après vingt cinq ans de location un appartement du secteur libre de la ville de Paris et le prix actuel de cette location est inférieur très largement au prix du marché.

Il se trouve apparemment dans la situation de beaucoup de « vieux » locataires dont le propriétaire n'a pas usé des dispositions de la loi de juillet 1989 qui permet en ce cas de faire réévaluer le loyer.

A ce jour la situation qui est la sienne, comme apparemment de beaucoup d'autres, pose une question éthique qui relève de la conscience individuelle.

Mais la loi a été respectée même si le bailleur a été négligeant s'il n'a pas usé des dispositions légales pour veiller à faire réactualiser les loyers.

C'est bien pourquoi, d'ailleurs à Paris comme ailleurs, la publication des conditions de location du parc immobilier des collectivités aiderait la réflexion commune et aussi à guider les choix individuels difficiles...

Et il n'est parlé ici que du secteur libre, de droit commun et pas du secteur réglementé. Là, on pourrait dire non pas « qu'il est blême, mon HLM... » Mais que ceux qui sont locataires d'HLM en étant des puissants de la république peuvent l'être, blêmes !

Commentaires

Nom: 
denis seguin
Site: 
http://denis.seguin.avocats.fr

Certes, Monsieur BOLUFER n'est pas le seul dans ce cas là, mais ce n'est pas une raison. Nos gouvernants se devraient plus que quiconque d'adopter des comportements exemplaires, tout simplement parce qu'ils dirigent, prennent des décisions qui s'imposent à tous...Le divorce entre une pratique individuelle et les pratiques collectives imposées jette le discrédit sur la politique.

Priviliégié du logement dans le 5ème à Paris et en charge des questions de logement, il y avait comme un problème, il est heureux qu'il ait démissionné

Nom: 
jean de valon
Site: 
http://jean.devalon.avocats.fr

je ne connais pas monsieur BOLUFER et ne le connaitrai jamais pour être modeste provincial.C'est un homme qui a pris ses responsabilités.en démisionnant. Mais il faudrait que cela aille plus loin et quand la pensée se fixe sur un individu, le système lui perdure.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA