Nov
05
Du mulot possédé.

J'avoue être un peu démuni devant la fée informatique.

L'an dernier, le réseau du cabinet a planté. Apparemment, il ne s'agissait pas d'un problème relevant de l'installation matérielle, mais du logiciel de gestion.

Avec courage j'ai pris le mulot par les cornes et j'ai téléphoné au prestataire parisien.

Mes explications ne devaient pas être très claires puisque mon interlocuteur m'a demandé s'il pouvait prendre le contrôle de ma machine.

J'ai accepté et, effectivement, pendant qu'il me parlait, de drôles de choses se passaient sur l'écran.

Heureusement qu'il était de bonnes moeurs car après tout il avait le contrôle de mon réseau.

Et je ne parle pas des malveillances diverses et de ces gâteaux non désirés que l'on appelle cookies.

Il faut donc être très prudent en la matière.

Moi, je tremble quand j'allume mes bécanes.

Aujourd'hui où l'on félicite OBAMA ,le premier président qui a fait une cyber- campagne, je voudrais relayer le propos du président de la CNIL, chargée de défendre nos libertés en matière d'informatique, qui relève combien il est curieux que l'on demande à sa commission des avis qui peuvent rester confidentiels.

Après tout, soit en demande un avis et on le diffuse, soit on me le demande pas.

Question de sincérité de la démarche.

Suggérons une réforme simple, peu coûteuse, améliorant la défense des libertés individuelles : la publicité obligatoire des avis de la CNIL.

C'est pas une bonne idée ça ?

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA