Jun
26
Elévation

Au-dessus des étangs, au-dessus des vallées,

Des montagnes, des bois, des nuages, des mers,

Par-delà le soleil, par-delà les éthers,

Par-delà les confins des sphères étoilées,

Mon esprit, tu te meus avec agilité,

Et, comme un bon nageur qui se pâme dans l'onde,

Tu sillonnes gaîment l'immensité profonde

Avec une indicible et mâle volupté.

Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides ;

Va te purifier dans l'air supérieur,

Et bois, comme une pure et divine liqueur,

Le feu clair qui remplit les espaces limpides.

Derrière les ennuis et les sombres chagrins

Qui chargent de leur poids l'existence brumeuse,

Heureux celui qui peut d'une aile vigoureuse

S'élancer vers les champs lumineux et sereins ;

Celui dont les pensées, comme des alouettes,

Vers les cieux le matin prennent un libre essor,

-- Qui plane sur la vie, et comprend sans effort

Le langage des fleurs et des choses muettes !

Baudelaire

Voilà qui nous change excellemment du néant des bleus ou des cigares de monsieur Blanc,

de l'arrogance des puissants, comme de l'insuffisance de leurs émules.

Vouloir lever la tête et l'esprit quand tous concourent à nous vouloir courbés.

Commentaires

Nom: 
JRM
Site: 
http://

...as-tu sorti le linge de la machine, étendu la précédente et fait les courses ? Catherine ne peut pas tous faire quand même....... Après manger, tu iras repasser les chemisiers de ta Douce.

Non mais.... Poète avec ça !

curieusement, si je m'en occupe, ses vêtements déteignent au lavage! Quant au repassage, j'aurais trop peur de brûler des choses aussi délicates.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA