Nov
01
Eloge de l'avocartisan .

Dans le mot artisan se niche celui d'art.

L'artisan, dans son oeuvre développe son talent et exprime son talent, sa créativité et son originalité.

L'avocat partage cela avec l'ébéniste et comme lui, se trouve confronté aux ikéas du droit, aux normes asséchantes, à la sphère publique et para-publique qui va lui dire quoi faire et quoi payer, surtout.

Et l'empêcher ainsi d'exercer son art au profit de la banalité juridique dût-elle cerfifiée iso.

Je sais bien qu'aujourd'hui, tout le monde parle de Dupond-Moretti, mais il est l'expression de l'art-isan: il crée un art particulier et, par nature probablement , transgressif.

L'art transgresse; l'artisan aussi, par le beau qui ne peut être normatif.

L'avocat, encore, par le talent, qui ne peut être convention.

Les artisans se meurent écrasés, c'est vrai, par les normes stériles et les charges.

On leur préfère le banal,produit en batterie comme poulets.

Je me dis parfois qu'il en est de même pour l'avocartisan.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA