Oct
08
Eponyme.

Il existe une légende qui veut que les avocats s'entendent entre eux sur le dos de leurs clients.

Mais c'est faux.

Les rapports entre avocat relèvent de l'entente cordiale comme ceux existants entre la France et la Grande-Bretagne : on s'aime, mais pas trop.

J'ai, par exemple, ce matin, été fort méchant garçon pour plaider un dossier alors, paraît-il, que l'avocate adverse était en congé maternité.

Mais que le lecteur ne blêmisse pas, il y avait des raisons.

D'abord, c'était une avocate éponyme portant le même nom que ses clients et dont il m'avait paru que l'attitude était quelque peu dilatoire.

Je représentais une charmante vieille dame victime depuis des années d'arrivée d'eau intempestive dans son appartement.

Remarquez, pour connaître la ville, son propre vendeur lui-même avait été régulièrement inondé au point paraît-il d'avoir failli être noyé une fois selon l'huissier chargé des constats.

Je soupçonne l'immeuble d'être maudit.

Toujours est-il qu'à peine un rapport d'expertise déposé, les infiltrations reprennent et je disposais d'un fort joli constat d'huissier montrant un champignon au plafond qui n'était certes pas cèpe !

Procédure de référé lancée et immédiatement communiquée à l'avocate adverse.

Absence de celle-ci à la première audience, d'il y a une quinzaine de jours.

Bonne âme, je fais reporter, avec quelques lettres de procédure prévisionnelles.

Et donc ce matin, jeune maman ou pas, il a bien fallu rappeler, quand est survenue une nouvelle demande de report, qu'un cabinet d'avocats prend ses dispositions pour gérer les dossiers.

Et j'ai remis la belle photo du champignon au magistrat en déposant mon dossier.

Ce qui montre bien que le client prime.

Et pour me punir de cette sévérité, comme Nicolas est allé au Vatican, je me suis précipité chez le dentiste.

Restons éponyme, il porte un nom représentant l'état financier qui finit par me menacer à force d'aller dans son cabinet me faire, cette année, régulièrement couronner.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA