Jan
25
Je dis ton nom Yann Desjeux !

Il est dit qu'il faut se méfier tout à la fois des slogans et des dogmes.

Faut-il rajouter l'image ?

En même temps, qu'en fanfare, Florence Cassez rentrait en France, Yann Desjeux, otage français tué en Algérie rentrait au pays, dans un cercueil et dans l'anonymat.

Le juriste se réjouit, certes, de la libération de Florence Cassez, car dans la mesure où la règle de droit n'a pas été observée, il est de bonne règle démocratique que l'institution judiciaire en tire les conséquences.

Selon la conception humaniste, en vertu de laquelle il vaut mieux un coupable en liberté qu'un innocent en prison, et c'est un hommage à rendre au Mexique que d'appliquer ce principe.

Que l'on pardonne, néanmoins, au juriste, pisse vinaigre par nature, de rappeler que personne ne saura jamais si la jeune femme libérée a été simplement victime d'un amour imprudent, ou pas, son compagnon de l'époque paraissant être un preneur d'otage à sa manière.

Mais que l'on permette aussi à l'humaniste de manifester un certain regret de ce que la République n'ait pas manifesté la même couverture médiatique envers cet innocent mort, là-bas, dans ce complexe gazier en Algérie.

Et que l'on pardonne aussi à l'humaniste de ne pas savoir lui-même le nom de ces otages, nos frères républicains, qui risquent leur vie dans l'anonymat d'un désert autrement pire qu'une prison mexicaine.

Mais cela n'est guère médiatiquement vendeur.

Alors je dis ton nom Yann Desjeux .

Commentaires

qu'il y ait une telle couverture médiatique et un tel luxe de cérémonies voyantes dans un cas et pas l'ombre du frémissement de quelque chose dans l'autre cas !

Messieurs les gouvernants, cessez d'exploiter de tels événements pour redorer votre image ternie !

Mais je ne sais pas moi-même le nom de nos otages en danger de morts détenus par les islamistes...Et les autres

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA