Mar
26
L'esprit de Munich.

Se rappelle-t-on le temps du rideau de fer et du combat pour les dissidents ?

Se rappelle-t-on le symbole Soljenitsyne ?

Relisons un extrait de l'un de ses discours sur l'esprit de Munich quand le prix Nobel lui a été décerné.

L'esprit de Munich, cette faiblesse du courage devant Hitler, pour éviter la guerre.

« Vue du dehors, l'amplitude des soubresauts de la société occidentale approche de la limite au-delà de laquelle le système perdra l'équilibre et s'effondrera. La violence, de moins en moins embarrassée par les restrictions imposées par des siècles de légalité, embrase le monde entier, se souciant peu de savoir que l'Histoire a démontré maintes fois son caractère stérile. Bien plus, ce n'est pas seulement la force brute qui triomphe au-dehors, mais sa justification enthousiaste. [...]

L'esprit de Munich ne s'est certainement pas estompé dans le passé : ce n'était pas une simple péripétie. Je me risquerais même à dire que l'esprit de Munich domine le XXe siècle.

Un monde civilisé et timide n'a rien trouvé d'autre à opposer à la renaissance brutale et à visage découvert de la barbarie, que des sourires et des concessions. L'esprit de Munich est une maladie de la volonté chez les peuples nantis. Un état d'âme permanent chez ceux qui se sont abandonnés à la poursuite de la prospérité à tout prix, ceux pour qui le bien-être matériel est devenu le but principal de leur vie sur terre. Ces gens-là - et il y en a beaucoup dans le monde aujourd'hui - ont choisi la passivité et la reculade, afin de prolonger un peu leur train-train quotidien, afin d'éluder la difficulté aujourd'hui. Et demain, vous verrez, tout ira bien. Mais rien n'ira bien. Le prix de la lâcheté est toujours le mal. Nous ne récolterons la victoire que si nous avons le courage de faire des sacrifices. [...] »

« LE CRI. » Le discours du prix Nobel ". Un article publié dans la revue L'EXPRESS, Paris, no 1104, 4-11 septembre 1972, pp. 66-73.

Qui aurait cru en un effondrement de l'URSS légitimant les combats pour les dissidents ?

Le Dalaï lama a reçu le prix Nobel.

Le peuple tibétain est oppressé

En Chine, des peines de prison sont prononcées pour délits d'opinion.

Les reportages télévisuels sont censurés.

Et pire encore.

La dictature n'a pas de visage, ni d'age particulier, elle est ce que l'homme debout doit combattre.

Hier, comme aujourd'hui.

Commentaires

prétendent nous interdire de recevoir le Dalaï lama...

Bientôt, ils vont nous la faire à la Ram Bo (héros chinois popularisé par deux chansons bien connues : "en passant par le Tibet" et "Montagne, montagne") : "Vous allez venir à nos (gros mot) de (gros mot) de (très gros mot) de jeux olympiques !!!"

Moi, c'est bien simple : j'ai du mal, mais je n'achète plus rien en Made in China... J'organise mon boycot perso.

pour le Made in Sudan, Made in North Coréa ou Made in Rossia, c'est moins difficile.

sera en France pour les JO, l'occasion de montrer la courage politique farnçais!

Entièrement d'accord avec Laurent. C'est comme cela que l'aparteid a été supprimé. Rappelez-vous (à moins que vous ne soyez trop jeunes), nous, enfin certains, refusions d'acheter des produits made in afrique du sud

Votre épouse est-elle bien rentrée ?

et a pu plaider

Vous lui passerez mon bonjour et lui demanderez la raison pour laquelle elle ne répond pas à mes commentaires pourtant si solidaires !!!!!!!!!!!!!!!!

je le lui ai déja reproché avec la plus grande des subtlités masculines

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA