Sep
07
La Vénus de Milo.

En matière de divorce, il faut observer que la majorité des avocats sont des avocates...

J'avais hier un dossier en conciliation, pour défendre un homme injustement traité, et l'avocate de l'épouse était une consoeur bien connue en cette matière.

Elle avait fait le choix d'une procédure d'urgence, dont j'ai quelque mal à discerner l'utilité.

Bien sûr, quand elle a dit que les offres de monsieur étaient insuffisantes et que les bras lui en étaient tombés, j'aurais peut-être pu éviter de lui dire qu'elle n'était pas la Vénus de Milo...

L'ambiance était donc quelque peu rafraîchie, en attendant que le dossier 21 sur 22 soit appelé.

La difficulté, c'est que je ne pouvais pas prendre le risque que mon adorable petite fille soit mise dehors de l'école et attende, tristement, sur l'escalier extérieur.

Et comme le dossier ne passait pas, sur le coup de 17 heures 20, j'ai indiqué à ma consoeur... que j'allais chercher ma fille.

Elle m'a regardé d'un air effaré.

Et alors les hommes ont-ils pas le devoir d'assumer leurs obligations parentales !

Bien sûr, l'école était proche, ma fille toute heureuse d'être autorisée à aller de l'école au cabinet seule, et je suis revenu dix minutes après.

L'audience avait été suspendue ! Mais a vite repris.

Et ma consoeur de me dire : « celle-là, on ne me l'avait jamais faite »

Bien fait, on apprend à tout âge.

Commentaires

Ces discussions de "marchand de tapis" avant l'audience aboutissent rarement à un accord.

Elles permettent cependant de "tuer le temps".

Il faut dire que la profession d'avocat est surtout une profession d'attente.

Je constate que vous n'en avez pas perdu pour autant votre sens de l'humour !

décidément à Marseille, "elle est belle la vie".

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA