Mar
07
La virgule de trop.

J'ai décidé aujourd'hui de rester à la maison.

Avec ce sentiment d'étrange culpabilité que ceux pour qui le travail... et encore, et encore...

On se doit, voyez-vous, on se doit...

Foutaise !

Le monde survivra, à mon absence.

Et puis, les courriels, invasifs.

Une certaine fatigue que l'on ressent, qui fait que l'intellect broute.

Et puis, hier, ce moment là, dérangeant.

C'est que, voyez-vous, l'avocat dicte.

Non plus en sténo, sauf des antiques, peut-être.

Mais à un dictaphone pour l'assistante, ou le logiciel de dictée vocale ; les deux pour ma part.

Alors, je me suis entendu parler à ce client là, au téléphone et je me suis entendu, entre deux phrases, dire distinctement, après un arrêt : virgule.

Gênant ; la virgule de trop.

Point

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA