Jan
27
Lassitude.

A chaque fait divers sanglant, le président Sarkozy, indigné, apparaît à la télévision pour demander au gouvernement et aux députés de prendre des initiatives, c'est-à-dire de voter des lois qui vont s'ajouter aux lois déjà votées la veille.

Chaque fait divers sanglant est une horreur.

Mais, cette manière d'instrumentaliser la souffrance humaine pour s'en servir à des visées électoralistes rajoute à l'horreur.

C'est, en plus, prendre les Français pour des imbéciles.

Car, en matière de sécurité, une loi nouvelle est votée chaque année.

Et s'il faut en voter encore, cela signifie que celles votées précédemment sont inefficaces, et que donc la gouvernance du président Sarkozy, en la matière, est inefficace.

Ce qui est objectivement triste, c'est de voir le président de la république, se servir de la douleur à des fins strictement électoralistes, en sachant parfaitement que la nature humaine empêche la sécurité absolue et que les textes répressifs rajoutés les uns aux autres par souci médiatique ne remplacent pas les moyens financiers.

Souvent dans cette matière, ce n'est pas que les policiers et les juges sont incompétents ou laxistes, et c'est peu honorable de les désigner parfois la vindicte populaire ; c'est simplement qu'ils font ce qu'ils peuvent avec les moyens qu'on leur donne.

Il y a parfois comme une lassitude à entendre ce disque rayé qui consiste à dire que demain les choses ne se reproduiront pas alors que l'on sait parfaitement qu'elles se reproduiront.

Commentaires

Nom: 
MCD
Site: 
http://

...les pathologies psychiatriques seront sous-évaluées dans l'appréciation des juges qui ne peuvent s'en tenir qu'à la "mode" ayant conduit à fermer les établissements de soins psychiatriques, tandis que les personnes ayant des comportements déviants sont avant tout considérées comme des citoyens ordinaires par le "psychiatriquement correct".

Ce "bien pensant" prédominant a imposé l'incorporation à la société de personnes que les siècles précédents avaient exclues comme fauteurs de troubles.

La troupe du corps social se rebiffe...

L'actuel locataire du Chateau rabache le même discours depuis...2002 (il était alors patron de la police): "Je vais faire la guerre nationale aux voyous").

Et à chaque fait divers succède une loi.

Aujourd'hui, c'est le corps des magistrats qui est mis en cause; comme s'ils y étaient pour quelque chose. Les médecins n'y sont pour rien non plus.

Vous voulez prévenir la récidive: comme le disait R. Badinter, la seule solution efficace est la peine capitale; elle peut revêtir diverses formes parmi lesquelles le bûcher compte au rang des plus distrayantes...

Alors cessons de commenter les faits divers.

C'est moins polluant que le bûcher. Il faut en tenir compte, Grenelle oblige.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA