May
18
Leçon de morale.

Je ne dis jamais de mal de personne pour être l'expression même de la magnanimité.

Cela étant, il y a un truc qui serait presque susceptible de faire venir à ma conscience comme une ombre de désagrément.

C'est quand une personne, qui au demeurant peut être charmante, (je ne vise personne !) appuie sur le bouton de la sonnette de la porte de l'appartement alors qu'elle a, dans sa poche, ou le gouffre de son sac, les clefs.

Pour ma part, être suprême, je ne le fais jamais pour ne pas vouloir déranger ceux qui peuvent éventuellement dormir, affalés sur le canapé.

Bref, j'ai donc un grand fils, en période d'examens qui a les clefs de l'appartement, (auquel cependant il vient peu, ah ces ingrats d'enfants ...ah, l'éloignement du divorce)

Mais, ces temps ci, dans l'esclavage subi qui est le sien, il vient déjeuner, d'un frugal sandwich demandé et je prends soin d'être là.

Sauf aujourd'hui, l'heure du sandwich ayant été avancée d'indécente manière par les cruels examinateurs.

Mais, il a les clefs.

Tout est bien.

Sauf qu'au bureau, par chance proche, une tête anxieuse apparaît ; « je n'arrive pas à ouvrir »

Soyez rassurés, le père salvateur a bondi sauver son fils dans l'épreuve !

C'est vrai, la clef que j'avais testée pourtant,en la lui donnant voici un an, ne marchait pas et comme l'impétrant sonnait, il n'avait pas pu voir le problème.

La morale de cette histoire est qu'il faut se servir de sa clef, comme cela, on est sûr de savoir si elle fonctionne.

La deuxième morale est qu'avoir son cabinet à deux rues de son domicile présente toutes sortes d'avantages.

La troisième morale est qu'avec trois fois rien, on peut fabriquer une histoire.

Commentaires

Nom: 
Saraswati
Site: 
http://

il ne sait pas encore crocheter une serrure votre fils ????? on apprend vraiment plus rien à l'école .....

La finance...C'est vous dire !

Nom: 
Bertheline
Site: 
http://

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA