Jun
13
Le Procureur, sur son estrade.

Un ressortissant turc, condamné pour homicide volontaire, se plaignait, devant la CEDH, de ce que, dans son pays, le procureur se trouvait sur une estrade alors que lui-même et son avocat se trouvaient placés en contrebas et il se plaignait également de ce que le susdit procureur rentrait dans la salle d'audience en même temps que les juges et par la même porte alors que son avocat devait humblement utiliser l'accès public.

Il n'y avait pas là, selon lui, égalité des armes.

(je ne sais pas avec quoi il avait commis son homicide)

Ce brave homme avait raison, selon moi.

Mais la CEDH a jugé l'inverse, estimant que la circonstance dénoncée ne plaçait pas l'accusé dans une situation de désavantage concret dans la défense de ses intérêts.

Ouais, et si le procureur postillonne ?

Elle y a pensé la CEDH?

CEDH, 31 mai 2012, Dirioz / Turquie 38560/04

Commentaires

Nom: 
FRED
Site: 
http://

ET S'il pue du bec ?

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA