Sep
12
Navista, basta!

Au-delà des questions juridiques et judiciaires, prenons au mot le CeuNeuBeu quand il dit que les choix faits par lui sont politiques.

Ce qui est une façon de d'exonérer de sa responsabilité, motif pris du dévouement de ses élus.

Enfin...

La politique, c'est aussi une forme de guerre.

Donc, de deux choses l'une :

Ou la Chancellerie fait son travail, c'est-à-dire aide le CNB à comprendre que ses choix, au-delà des errements techniques et financiers, interdisent à la profession de s'adapter à temps.

(Au fait, je sais un cabinet certifié, dirigé même par un bâtonnier, qui n'a pas pris le truc cénébéen, par crainte de perdre cette certification)

Donc, ou la Chancellerie fait son travail et c'est bien, ou elle ne le fait pas.

Et si elle ne le fait pas, en l'état de la tare du système relevé par l'expert Hattab, alors que le bâtonnier de Marseille déclenche la procédure d'alerte!

Fissa, fissa!

Vous verrez alors si la raison ne prévaudra pas très vite

Commentaires

Et j'ajoute une chose implicite dans ton propos, mais sur laquelle j'insiste:

Que ces décisions soient prises vite, d'ici à la fin du mois ds septembre.

Nous nous usons en effet dans des querelles rendues débiles par la faute de petits potentats, alors que l'essentiel soit le développement des programmes et services auquel on peut accéder par le R.P.V.A. est tout simplement oublié. Et c'est là dessus que doivent porter nos efforts.

a triomphé de Goliath grace à une petite pierre...

La procédure d'alerte doit maintenant être engagée de manière immédiate.

Les procédures sont longues et incertaines.

Les rosettes espèrent dans le départ du bâtonnier Mattéi pensant, à tort, pouvoir influencer son successeur.

Elles feront traîner, continuant à implanter, pendant ce temps ce maudit boîter

La procédure d'alerte, c'est notre bombe nucléaire à nous.

Et puisque l'Empire ne veut pas comprendre, il est grand temps de cesser de rire

Boum!

L'important d'une bombe, comme chantait, Vian c'est l'endroit où elle tombe

En quoi consiste précisément "la procédure d'alerte" que vous appelez de vos voeux ?

du barreau de Marseille de la communication électronique avec obligation, pour la juridiction de revenir au papier.

Après tout en l'état du rapport de monsieur Hattab, il est inacceptable que la convention de juin ait été signée dans de tellles conditions

Nom: 
JRM
Site: 
http://

..on peut dire aussi : "CNB : Basta !"

Qui a signé les conventions : le CNB ne s'est quand même pas fait avoir par NAVISTA...?

Qui a signé les avenants, d'ailleurs inconnus à ce jour ...??

Qui a soumis la convention du 16 juin 2010 à la Chancellerie, qui n'a pas du réaliser les anomalies qu'elle contenait ...???

Franchement, alors que l'on discute actuellement de la gouvernance de la Profession, regardons bien les problèmes en face ...!!!

Sommes nous normalement et correctement représentés par le Conseil national des Barreaux ? Je dis non. Et vous ?

Orthographe approximative de ce que me disait ma chanceuse mère (de m'avoir mis au monde) quand mes propos étaient devenus répétitifs.

Comme j'entends encore la voix de ma mère, je fais attention de ne pas devenir répétitif. Procédure d'alerte, c'est à défaut d'accord, la vraie question désormais.

Je trouve que ça tarde à venir.

Mais n'intéresse personne dans la grande collectivité des avocats.

Quand nous aurons perdu, sous quelques mois, et qu'on imposera à l'immense majorité des avocats couillons de France et de Navarre le boitier Navista et le reste, ce seront les memes qui viendront se plaindre que personne n'aura rien fait pour éviter ce machin là. Ce sera certes une imposture. Ils voteront, ils gagneront parce qu'ils sont les plus nombreux.

On aura alors oublié Jansolin, Mattei, de Valon, et Kuchukian.

C'est aussi DRAMATIQUE que cela.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA