Jan
08
Ne jouissez pas, Maître de VALON!

Un dossier au tribunal d'instance de Marseille, là-bas, dans la caserne du Muy.

Un dossier, allez, de m... Cette chose dans laquelle on peut marcher sur les trottoirs quand sont passés les mémés à chienchiens ou les politiciens locaux.

Des vendeurs d'une chambre de bonne (on ne doit plus dire ça, maintenant, je suppose) qui ne veulent pas restituer un dépôt de garantie après avoir, pourtant, décidé de ne plus vendre.

Un dossier pour lequel cependant intervenait un avocat de Paris.

Il avait développé, par écrit, des exceptions d'incompétence quelque peu surprenantes.

Du style, pour le lectorat de la basoche, de soutenir que le taux du ressort était dépassé, en y incluant cependant la somme demandée au titre de l'article 700.

Moi, gentil, dès le mois de juillet je lui avais signalé sa fragilité argumentaire et lui avais, surtout, demandé de conclure sur le fond.

Il n'a pas voulu.

Il a plaidé.

À l'audience de ce jour, j'ai alors rappelé, doctement pour les stagiaires de troisième envahissant les tribunaux les principes de compétence et ceux de la procédure orale qui demandent de s'expliquer sur le fond une fois devant le juge, comme en famille.

Alors, il s'est expliqué; le greffier a noté, dont c'est le rôle.

Et je ne sais pourquoi le parisien confrère s'est soudainement lancé dans une curieuse anaphore.

Vous connaissez cette formule de style répétitif dont le dernier exemple connu fut : Moi président...

Lui, cela a été : Ne jouissez pas Maître de Valon.

Ben oui.

Les oreilles des confères et consoeurs dans la salle se sont soudainement dressées.

Les avocats et avocates, c'est que des vicieux et vicieuses.

Je peux dire des noms!

Moi, méchant, de lui rétorquer : je ne jouis pas, pas avec vous.

Non, mais!

Enfin, estimant ne devoir rendre que le minimum financier à mes clients, il a quand même demandé leur condamnation à... une amende civile.

Comment dire, les sourires ont fusé.

J'avoue,finalement j'ai intellectuellement joui, tant il m'avait ulcéré, le bougre, avec son arrogance.

Je me demande si le greffier a noté cette volonté maligne de m'interdire toute jouissance.

Commentaires

Nom: 
MCD
Site: 
http://

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA