Jun
20
Nicolas, ou les cellules de la bien-pensance.

Nicolas, celui qui a 23 ans, pas l'autre, a été condamné à quatre mois de prison, dont deux fermes et à 1000 € d'amende.

Il fait parte du collectif la manif pour tous, est fondateur des inoffensifs veilleurs, et a été condamné pour rébellion et refus de prélèvement pour ne pas avoir voulu laisser prendre ses empreintes et se soumettre à un prélèvement ADN.

Avec un rude mandat de dépôts à l'audience comme pour les très méchants!

L'avocat manifeste toujours une certaine prudence quand la presse retranscrit des décisions de justice dans la mesure où la réalité est souvent différente de ce qui est écrit.

Bien sûr, si les faits sont ceux-là, on peut se dire que de la prison ferme pour un étudiant à sciences politiques et en histoire, inséré, est singulièrement inadéquat, là où, a priori il n'y a nul fait de violence, ni même nul outrage à la force publique, mais l'expression d'une opinion individuelle et, il est vrai, des faits punissables.

L'avocat se dit, sous réserve de la possibilité de la chose pour n'être pas pénaliste, qu'un travail d'intérêt général dans une association homosexuelle, par exemple, aurait eu quelque utilité.

Il se dit aussi, que cette peine de prison, quand on parle d'amnistier des syndicalistes, ou quand, parfois, des faucheurs d'OGM qui massacrent des laboratoires sont traités avec une certaine indulgence apparaît incompréhensible, voire inéquitable.

Le citoyen se dit même que cette société de la bien-pensance, formée par le grand journal de Canal+, ou la matinale, glisse insidieusement vers une forme d'oppression intellectuelle silencieuse qui ne laisse plus à la pensée libre, rebelle, le moindre espace.

Dictature molle du conformisme bien-pensant.

Mais, c'est là une opinion qui mérite d'être confrontée aux faits.

Et en l'espèce, à la jurisprudence de la chambre correctionnelle concernée.

Soit, cette chambre est accoutumée à emprisonner ceux qui commettent les actes que Nicolas a commis et il n'y a rien à dire, sinon que la justice n'est pas aussi complaisante qu'on ledit.

Soit, c'est une jurisprudence d'espèce à l'égard d'un individu et, là, il y a quelque chose de troublant.

Le Syndicat des Avocats de France avait rappelé la nécessité de l'impartialité de la justice, et encore de l'apparence même de cette impartialité.

Je ne doute pas que les défenseurs des libertés, s'il y avait lieu, si cette décision était spécifique, sauront faire entendre leur voix.

Vous savez ce poème, Éluard, J'écris ton nom... Liberté

Eh bien même sur un T-shirt de la manif pour tous.

Ceux-là qui appartiennent souvent à un monde se mourant ont le droit, comme tous les autres au respect de leur liberté d'expression.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA