Jul
18
Ou l'avocat marseillais est honnête avec son confrère parisien.

Un dossier, comme cela, où le principe de précaution pointe son nez glacé et où il faudrait démonter une antenne relai de téléphonie mobile.

Un avocat venu, pour l'audience, de Paris. Nos tribunaux attirent plus les avocats parisiens, ces temps-ci, que l'euro Pride son public, paraît-il.

Chacun y allait donc de sa jurisprudence, Conseil d'État par ci, Cour de Cassation par là et le Tribunal des Conflit au milieu

Je ne parle pas du juge aux affaires familiales chargé des conflits familiaux, mais DU célèbre Tribunal des Conflits.

L'avocat parisien, flatteur, de me dire que j'avais trouvé des jurisprudences de la Cour de Cassation qu'il ne connaissait pas et qu'il allait les utiliser dans ses dossiers et que, oui ,vraiment, j'avais dû beaucoup travailler le dossier

L'avocat marseillais de répondre, avec franchise, qu'il avait utilisé Google et qu'il avait cherché dans le nuage d'internet.

Il faut, pour gagner un dossier, donner sa place au hasard de la recherche et à l'aspect intuitif de la connaissance juridique.

Déjà que le brave avocat parisien est venu plaider dans une caserne transformée partiellement en tribunal, je l'ai senti quelque peu interrogatif sur la méthodologie intellectuelle de ses confrères du Sud.

Le pôvre !

Commentaires

Ce que vous dites est vrai.

On fait des découvertes très intéressantes au gré même de recherches désordonnées.

Les parisiens ne sont pas supérieurs aux avocats de province.

Eux non, leurs dirigeants oui.

pour avoir passé 8 jours dans une caserne marseillaise j'en connais les délices. Flaubert notre grand écrivain, y passa une nuit dont il se souvient encore. Ne pouvant en écrire +, je renvoi à son livre de jeunesse " Novembre ". Elle s'appelait Eulalie.

Et génère moins de plaisir

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA