Aug
30
Propos démagos

La France est malade de ses institutions désuètes et monarchiques.

C'est curieusement la Grande-Bretagne, dans un débat démocratique au Parlement, qui rappelle à l'exécutif qu'il ne peut partir en comme il le souhaite, ce qui n'est pas le cas dans notre beau pays.

La démocratie, c'est le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple.

Pourquoi chez nous tous paraît-il paradoxal ?

La question de la sécurité, dans une France devenue urbaine, est importante.

La ministre de la justice, tout à la construction de son image médiatique, annonce des peines de probation au lieu et place de peines de prison lorsque la peine encourue, je crois, est inférieure à cinq en ce qui paraît beaucoup.

Pourquoi pas, en effet puisque la prison est criminogène et peut-être, pour certains, ne fait plus peur.

Peut-être, dans certains cas, être condamné à balayer la voie publique devant sa cité pourrait-il paraît plus punitif et moins glorieux qu'une courte peine de prison, l'image du délinquant étant alors dévalorisée pour sa bande.

Mais puisque le sursis avec mise à l'épreuve existe et que c'est donc la mise à l'épreuve qui deviendrait la peine, s'est-on assuré du nombre suffisant de magistrats et de contrôleurs ?

Les peines auront-elles un caractère punitif suffisant pour que le délinquant y soit sensible ?

On a un peu le sentiment que derrière l'effet d'annonce rien n'est suffisamment construit.

Ce qui est en revanche certains et ne paraît guère gêner Mme TAUBIRA C'est qu'un décret est paru pendant l'été qui supprime les possibilités d'appel devant les cours administratives d'appel en matière de retrait de points et , de surcroît, en matière sociale et de DALO

Si l'on revient à l'épure de l'idée démocratique, supprimer une voie de recours, c'est supprimer un peu de liberté.

C'est cela qui est lassant, et j'assume le caractère démagogique du propos, c'est que le citoyen de base ne devient plus un citoyen, mais un administré comme autrefois le sujet qui n'a pas d'existence réelle pour me représenter finalement qu'un bulletin de vote.

La matière routière ou sociale est d'importance et ce décret- là est liberticide et n'est pas l'honneur de cette ministre qui ne surveille guère ce qu'imaginent ses services au regard des principes du droit.

Ou qui s'en moque.

Commentaires

en matière de démocratie.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA