Nov
26
Quand la juge casse la voiture de la maîtresse.

Dans la ville du Mans, une juge apprend que son mari, avocat, est l'amant de sa secrétaire.

Juge, bien sûr, mais femme aussi qui s'en va casser la voiture de la secrétaire, une Audi, occasionnant quelque 8000 € de dégâts.

La procureure du Mans classe le dossier, estimant qu'il s'agit d'un contentieux privé.

Le bâtonnier s'en étonne montrant par là même qu'il estime que tous les avocats ne sont pas des mari adultères.

Ce qui est tout à fait exact, l'homme avocat est per nature d'une remarquable fidélité.

En fait, la question est simple à résoudre : soit la politique pénale de la procureure du Mans est de classer ce type d'infractions pour tout un chacun et il n'y a rien à dire (sauf la problématique de l'efficacité) ; soit ce classement a pris en compte la qualité de magistrat de la délinquante occasionnelle ; et là c'est autre chose.

En effet, magistrats et auxiliaires de justice ont un devoir d'exemplarité qui peut permettre de considérer qu'en aucun cas un traitement pénal ne puisse être leur plus favorable qu'au citoyen lambda.

On notera que la magistrate incriminé ne tiendra plus les audiences en matière pénale et familiale...

Je ne sais s'il s'agit d'une sanction, mais en d'autres lieux et d'autres temps on a vu...

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA