Jun
12
Quand le portable sonne...

La volonté d'imposer des réformes au monde judiciaire présage d'une profonde transformation des méthodes de travail.

On nous parle en effet de téléprocédures, de RPVA, de dématérialisation, enfin de toutes choses qui, il n'y a pas si longtemps, fleuraient bon la science-fiction.

La profession d'avoué est la première à tomber. Derrière elle, les huissiers doivent trembler dont le tarif aussi a été augmenté comme un baiser de Judas.

En tout cas, en dehors des questions théoriques, il est clair que va venir le temps des investissements informatiques qui resteront, il faut le parier, à la charge de ceux qui les font.

A propos d'informatique, l'autre jour, j'étais à la bibliothèque de l'ordre des avocats, à la recherche de je ne sais quel documentation.

Un portable sonne, c'était celui d'une consoeur qui avait prêté serment la même année que moi. Ce qui veut dire qu'elle est jeune et belle.

Enfin, jeune...

Le dialogue a été celui-ci :

« Bonjour monsieur ,

....................

Non, vous ne pouvez pas m'envoyer d'e-mail, je n'ai pas Internet.

..............................

Oui, ça existe encore des gens qui n'ont pas Internet »

Si tout va aussi rapidement que le veut le ministère de la justice, il y aura des conséquences sociales dans le barreau.

Mais, qui cela intéressera-t-il ?

Commentaires

Nom: 
Rubin
Site: 
http://blog.sfadj.com

Dans mon cabinet, 90% des communications vers l'extérieur (et une bonne moitié de la communication interne) se fait par e-mail.

Je me demande combien de temps on peut refuser le progrès technique le plus élémentaire...

le temps de mourir.

mais c'est une histoire vraie..;

je cite; "enfin jeune..."

c'était une vacherie. Ca ne vous arrive jamais à vous de dire des vacheries limousines?

Nom: 
prete.safya
Site: 
http://

Y aurait-il des avocats extra-terrestres à Marseille...Demande à voir !

Pour la petite histoire, vu que j'ai pas encore adresse sécurisée, demande à mes clients de ne pas m'envoyer documents sensibles par Internet... j'assume la bancalité de ces propos.

Euh, jeune homme, zauriez pas prêté serment en 2000, vous ?!

hum ?

voui, je suis jeune!

Je viens d'analyser la convention entre CNB et ministère.

Pour être prêt a suivre le progrès il y a au cabinet deux séries de machines, celles qui voient internet et les ordinateurs connectés aux dossiers des clients...

Nous sommes prêts également a basculer sur le support papier dès que le service public de la transmission d'information nominatives et confidentielles sera suspendu unilatéralement...

Faire et défaire, c'est encore travailler!

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA