Jan
15
RPVA, l'UNCA valide la technique marseillaise!

Je bénéficie, à mon cabinet, depuis plus d'un mois, du RPVA.

Il s'agit, on le sait, d'une solution informatique permettant d'avoir accès au suivi de ses dossiers dans les greffes des tribunaux de grande instance.

Dans la profession, il y a eu comme une sorte de psychodrame.

D'un côté le Conseil National des Barreaux, voulant imposer aux cabinets d'avocats un abonnement mensuel d'un coût certain et, surtout, une installation informatique complémentaire, le très fameux boîtier Navista.

Solution dépassée !

Le barreau de Paris pour sa part a offert à ses membres une solution différente, comportant simplement une clé USB, sans autre installation, avec une prise en charge, pour grande partie par l'ordre ,et en tous cas un coût incomparablement réduit.

Le barreau de Marseille a voulu adopter une solution similaire.

C'est celle que j'utilise pour ma part.

Je ne suis pas très fort en informatique, mais je dispose d'une clé USB qui me permet, par le biais d'un tunnel sécurisé, sous la gestion de l'Ordre des avocats, d'accéder à e-barreau.

Cette clé, je peux l'utiliser de chez moi, de tout autre lieu, contrairement à la solution onéreuse proposée par le Conseil National des Barreaux.

Très franchement, il n'y a pas photo !

Pourtant, on a entendu, de-ci de-là, en soubresauts d'arrière-garde, des commentaires selon lesquels la sécurité ne serait pas assurée.

Ceux qui formulaient ces commentaires, par jeu politique, parlaient de ce que peut-être techniquement ils ne comprenaient pas, abreuvant en conséquence l'interlocuteur de sigles et références informatiques que personne n'appréhendait ce qui évitait peut-être avoir à justifier du bien-fondé des propos...

L'Ordre de Marseille a été particulièrement sérieux puisqu'il a demandé la validation technique de son projet par l'union nationale des CARPA.

Vous savez, les CARPA ce sont ces organismes qui gèrent l'argent que les avocats détiennent pour le compte de leurs clients.

C'est dire que le contrôle est strict.

Or le rapport que vient de déposer l'UNCA précise :

" il apparaît que la solution proposée par le barreau de Marseille permettant la connexion sécurisée entre l'ordinateur depuis lequel se connecte l'avocat détenteur d'un certificat d'authentification délivré par le Conseil National des Barreaux, sans exigence ni de lieu, ni de solutions matérielles - autres que la clé USB - ne porte atteinte ni à la souveraineté du Conseil National des Barreaux en matière d'autorité de certification, ni à l'intégrité du portail e-barreau qui assure la connexion unique entre l'RPVA et le RPVJ., cette solution correspondant aux souhaits de nomadisme visé dans l'accord du 16 novembre 2009"

(Il s'agit là d'un accord intervenu entre le barreau de Marseille et le Conseil National des Barreaux pour expérimenter la technique proposée par Marseille).

Bref, de tout cela, il ressort que le barreau de Marseille a fait valider son système par l'UNCA et que, comme il fallait s'y attendre, les conclusions sont particulièrement favorables.

Rien, vraiment rien, n'interdit donc l'extension de la solution marseillaise à la France entière, pour peu que chacun bien sûr veuille bien être raisonnable.

Vous trouverez en fichiers joints, amis lecteurs, les lettres du bâtonnier de Marseille aux bâtonniers de France des 4 et 15 janvier et le rapport de l'UNCA.

Amis du CNB, plutôt que de proposer des soldes à 30 euros ne serait-il pas temps d'en venir à la raison ?

Commentaires

exellente plaidoirie

Nom: 
JRM
Site: 
http://

obliger de baisser (un peu) les prix

C'est du pipeau!

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA