Sep
21
RPVA, le temps du silence

Il ne faudrait pas croire que si la communication sur la révolte conduite contre la communication électronique telle qu'envisagée par le CNB, (c'est-à-dire techniquement dépassé et financièrement opaque) se fait plus espacée, c'est que tout est fini.

Bien au contraire

Il y a un président qui avait parlé des magistrats en les traitant de petits pois, et la gouvernance actuelle de la profession paraît appliquer ce même principe, considérant que les avocats sont des petits pois ayant des petits pois encore plus petits dans la tête.

Mais, dans la mesure où, en toute connaissance de cause, le CNB a fait signer à la chancellerie une convention liberticide, le temps n'est plus vraiment à la plaisanterie, ou à l'innocence de propos sur le net.

La convention, on le sait, a été attaquée devant le conseil d'État.

Et là, maintenant, c'est un référé suspension qui vient d'être introduit devant cette juridiction.

Moi, que la société Navista ait réussi l'informatisation de la CARPA à Bordeaux, je trouve que c'est bien : Bordeaux est une belle ville et ses avocats charmants.

Mais que l'on veuille me contraindre à adopter à mon cabinet une technique dépassée et peu sûre quand je sais qu'il y a mieux et pour moins cher, je me dis qu'alors la révolte est une belle chose.

Et pour un temps aussi, le silence.

Commentaires

et pas diem, cuir

Nom: 
EXSHAW
Site: 
http://

l'informatisation de la CARPa de Bordeaux n'est pas une réussite.

Les dysfonctionnements du RPVA par le biais de navista sont quotidiens.

Les greffes sont saturés, compte tenu de la surcharge de travail en résultant.

à peine 50 % des cabinets sont détenteurs du fameux boîtier navista.

La délivrance de ce boîtier m'a été refusée, car je n'ai pas accepté le prélèvement automatique, tout en proposant un paiement anticipé, sachant que je me suis à juste titre plein d'attribution de compétence sur Paris de l'obligation de souscrire un contrat pour une durée de deux ans.

J'ai répercuté mes doléances à l'actuel bâtonnier qui ne cesse de me répéter que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.

l'ordre Bordelais prend délibérément le risque d'action en responsabilité professionnelle, tant il devient difficile de suivre l'évolution d'un dossier alors que, parallèlement, la mise en état traditionnelle n'a pas été supprimée mais est seulement inaccessible, les audiences ayant disparu.

J'ai rappelé au bâtonnier que si le navista est le seul moyen d'exercer la profession d'avocat, il incombe à l'ordre d'en assurer directement le fonctionnement et d'inclure le coût dans la cotisation de base, sans exposer individuellement le avec l'association parallèle du CNB

j'espère que les actions que vous avez entreprises, aboutiront pour que les caciques finissent par admettre que le bon sens n'est pas encore interdit dans l'exercice professionnel et qu'il n'existe aucune obligation au clonage.

Bon courage et bravo !

J EXSHAW

Nom: 
JRM
Site: 
http://

A ma connaissance, vous êtes le (la) premier(e) Avocat de Bordeaux à parler haut et fort.

La France entière veut savoir ce qu'il s'y passe car on voudrait nous faire croire que tout y est bel et bon.

Que d'autres langues se délient...enfin !

PS : si les Bordelais commencent à parler, c'est le signe que la révolte gronde sérieusement. Mais c'est bizarre que personne ne parle de démission pour l'ancien Batonnier de Bordeaux qui va "noyer" aussi son ancien Barreau ... Des tomates ?

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA