Jul
21
RPVA, pause dans la pause.

Dans cette période agitée, il y a une pensée commune à tous les présidents : vivement les vacances d'été qui vont endormir les importuns qui nous empêchent de gouverner comme ils le veulent.

S'agissant du RPVA, la pause estivale est là, même si je relève dans la Gazette du Palais du dimanche 11 au 13 juillet deux articles symptomatiques.

Le premier relate la rentrée solennelle du barreau de Marseille et rend compte de la pensée anticonformiste du Bâtonnier Mattéi.

Le deuxième est un commentaire du Président du Tribunal de Grande Instance de Tulle faisant l'éloge de la communication électronique.

C'est très significatif.

En effet, chacun est favorable à la communication électronique, la question ne se pose pas.

Les débats qui ont eu lieu, et qui bien sûr reprendront dès que chacun se sera bien reposé, visent seulement à éviter des choix techniques et financiers inappropriés.

Et ce qui est significatif également dans l'exercice du pouvoir, c'est cette tentation de vouloir passer en force, au mépris parfois du bon sens et des hommes.

Il est intéressant de constater, qu'autrefois, quand les classes dirigeantes étaient sur scène et le bas peuple assis dans la salle applaudissait, ce mode de gouvernance ne posait pas de difficultés.

Aujourd'hui, la société est désacralisée et les notions de transparence et de transversalité, relayées par les divers réseaux de communication s'imposent.

Sinon le pouvoir échoue et parait perdre la tête.

Tout cela conduit à s'interroger sur les institutions, bien sûr les institutions de la république, mais également les institutions de la profession d'avocat.

Sur ce, je retourne à la quiétude climatisée de mon cabinet

Commentaires

Dans quelques semaines, nous retournerons au Moyen Age, BRIVE n'ayant pas encore conclu une convention ...

Petite pensée émue à nos chefs de juridiction, Messieurs DEPARIS et MANTEAUX qui, vrasemblablement, fermeront les portes de notre cher Tribunal.

on marche à l'envers...

Tulle disparait, Marseille est dissident officiel;

L'intelligence est au rencard

Tout ça est bien triste ma bonne dame

Sur le site du Barreau de GRENOBLE, à la rubrique "actualités" figure le courrier du 14 juin 2010 de Monsieur le président du CNB qui valide le choix NAVISTA après le dépôt du rapport HATTAB.

La pétition "anti NAVISTA" a été signée le 12 juillet 2010 par le président de la "commission Nouvelles technologies" du Conseil de l'Ordre des avocats au Barreau de GRENOBLE (206 ème signataire).

Cette curiosité méritait d'être signalée.

et sans polémique aucune, le boîtier Navista est une erreur technique et financière

Ce qui est très étonnant est qu'aucune porte de sortie ne se dessine actuellement.

mais cela viendra quand les esprits seront reposés

vous n'avez pas signé?

Nom: 
nathalie.kerdrebez
Site: 
http://

Monsieur Le Bâtonnier,

Je profite d'une escale pour me promener sur internet et je tombe par hasard sur vous...qui attirez courageusement l'attention sur un courageux confrère qui ose s'exposer à la vindicte des Grands du Barreau en signant une lettre pétition.

Une petite question: avez vous eu l'audace de signer?

Nom: 
JRM
Site: 
http://

...est Sage et Compétent.

Sa signature est importante : ce n'est pas une "curiosité" mais un constat que ce qui est fait actuellement par le CNB est "mal fait".

Que des Présidents de Commission Nouvelles Technologies ou des Anciens Bâtonniers signent la pétition me parait être un signe fort.

Allez, un petit geste des forts...

Le signataire est "une curiosité" selonles hautes autorités ordinales du coin.

Des fois qu'on demande au juge des tutelles l'ouverture à son profit d'une mesure de sauvegarde de justice ...

Ce n'est pas la signature que j'ai signalée comme "curiosité" mais le fait que la communication officielle de l'Ordre n'est nullement "antinavista" alors que le signataire de la pétition a une fonction officielle qui lui a été donnée par le Bâtonnier.

et bien il a le courage de ses opinions!

Ce n'est pas le signataire qui est une curiosité (cf ma réponse ci-dessus) !

Audace, courage !

Il n'y a ni audace ni courage à signer une pétition !

Tout avocat a le droit d'être en désaccord avec une analyse qui lui est soumise.

Qu'il le fasse savoir est normal et ne l'expose strictement à aucun risque !

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA