Mar
24
RPVA: sous toutes réserves, dont acte!

J'ai lu, il y a quelques jours, un article de la tribune rappelant, qu'en 2010, 44 % des TPE avaient eu des difficultés de trésorerie.

Une TPE est une entreprise de moins de 20 salariés.

Je suppose que la majorité des cabinets d'avocats rentre dans cette catégorie.

La réduction des coûts est, pour une entreprise quelconque, une nécessité en l'état de l'augmentation des charges contraintes et de la difficulté d'assurer l'augmentation régulière du chiffre d'affaires permettant de la couvrir.

À cet égard, la numérisation des données et des transmissions fait partie des nécessités absolues qui permettent de limiter les coûts postaux et de fournitures diverses.

À la condition, bien sûr, que la numérisation soit conçue de telle manière qu'elle soit performante et au meilleur coût.

Une fois cette entame pertinente affirmée, j'en reviens, insidieusement, au RPVA.

Conçu, ici, comme outil économique.

La critique portée contre le système vendu était son coût, son inadaptation aux données actuelles de la science informatique, la nécessité éventuelle d'un intervenant tiers dans le réseau informatique des entreprises et, surtout, l'implantation d'un modem et d'une clé USB complètement dépassés à l'heure où, par exemple, le Barreau de Paris renonce au deux !

En ce sens, l'opposition à ce système est économiquement et politiquement fondée.

Ce sont là des banalités.

Dans la profession d'avocat, le fait que ces banalités ne puissent permettre de parvenir à une solution et génèrent un conflit montre que le mode de gouvernance est inadéquat.

On sait que le prestataire du Conseil National des Barreaux a, semble-t-il, assuré la mise en place de la CARPA des avocats au barreau de Bordeaux, référence absolue, mais il n'en reste pas moins vrai que le système mis en place par ses soins n'a pas été jugé indispensable par l'expert informatique mandaté par la Conférence des bâtonniers.

Coûteux et inutile.

C'est la raison pour laquelle le Barreau de Marseille était rentré en résistance.

Il y a quelques jours, un communiqué de l'Ordre des avocats au Barreau de Marseille paraissait dire que l'Ordre de Marseille rentrait dans le rang.

Il semblerait en fait que ce ne soit pas vraiment le cas, que les procédures engagées perdurent (d'ailleurs quelques avocats sont nommément demandeurs) et que l'Ordre a voulu seulement régler une situation particulière née du refus de livraison du Conseil National des Barreaux. Ce refus entraînant des sinistres déclarés par certains avocats du fait du dysfonctionnement existant, puisque le tribunal considérait les avocats comme destinataires des messages électroniques, alors même qu'ils ne les recevaient pas.

D'où des absences aux audiences !

Merci, le CNB !

Donc, nous n'aurions pas compris !

Ce qui est rassurant, si tout cela est exact, c'est que les lendemains sont préservés.

Car après tout, quand l'avocat communique avec sa banque, c'est simplement avec un code. Demain l'avocat de Paris communiquera avec les juridictions de la même manière.

Il faut quand même être sacrément arriéré dans sa tête pour croire que l'on va pouvoir longtemps imposer aux avocats de province un système différent générant une fracture numérique !

En revanche, le béotien se dit que tout cela manque sacrément de transparence.

Pas d'appel d'offres, on le sait, pour le choix du système.

Au Conseil National des Barreaux, un processus de décision opaque et une association, constituée pour gérer le système, dont même les socialistes marseillais se méfieraient.

Ajoutons que la baisse du coût du système vendu aux avocats paraît être compensée par l'augmentation des cotisations payées par ailleurs, et on a un tableau regrettable.

Et sur ce tableau on verrait un avocat benêt.

Force est de reconnaître que, du côté des avocats marseillais, celui qui a lu le dernier communiqué ne pouvait que comprendre que le bâtonnier précédent était désavoué, ce qui serait donc inexact.

Sous toutes réserves, dont acte !

On ne sait trop les doux murmures qui ont pu être susurrés en coulisses, mais l'avocat de base aurait tendance à estimer que les malentendus n'existeraient pas si les réunions des Conseils de l'Ordre étaient publiques et si les décisions prises par eux étaient communiquées aux avocats.

Il n'y aurait pas à lire un communiqué, mais à lire une décision.

L'avocat, il sait lire !

Et oui, je suis un dangereux révolutionnaire.

En tout cas, la saga continue.

En fait, c'est une course de vitesse entre ceux qui veulent absolument imposer un système condamné avant de partir et ceux qui veulent résister à l'imposition de ce système avant qu'il ne soit enfin abandonné.

Je me demande si je puis remplacer le schmilblick que veut me vendre le Conseil National des Barreaux par un joli poste de TSF que j'ai dans ma cave.

En tout cas, s'agissant de la communication, électronique ou pas, il y a des progrès à faire.

A Marseille comme ailleurs !

Commentaires

du Conseil de l'Ordre est injustifiable aujourd'hui. Vous avez raison de l'évoquer. L'exclusion des confrères du lieu où se prennent les décisions qui les concernent explique en grande partie la démobilisation du Barreau; il permet à un petit groupe organisé en réseaux opaques de maintenir une domination tout à fait contraire aux nécessités du moment qui exige de l'efficacité et de la réactivité.

Il faut bouger, exiger plus de transparence, boycotter, en appeler aux pouvoirs publics.

Nom: 
Claude.B

OTER POUR DES AVOCATS QUI NE SE PRENNENT PAS POUR DES AGENTS SECRETS QUAND ILS SONT ELUS.

Nom: 
GM
Site: 
http://

Je partage votre analyse en tous points.

Nom: 
PB
Site: 
http://

J'entends dire que la campagne pour les prochains élections à déjà débuter.

Certains veulent devenir mes amis sur facebook.

Je vais être très attentif moi aussi.

Nom: 
JRM
Site: 
http://

...du Conseil de l'Ordre ou du CNB, arrêtons de voter pour des copains pour leur faire plaisir.

La gestion quotidienne d'un élu n'est pas simple ni facile : Faut de la bouteille ! Faut du caractère !

Faut du travail dès les premiers jours !

L'élu ne devrait l'être qu'après avoir fait un stage d'élu, au cours duquel il apprendrait son métier.

Ca existe pour les Bâtonniers, non ? C'est bien le Dauphinat ! Alors....

Nom: 
dellatorra
Site: 
http://

"On" veut effectivement nous faire rentrer dans le rang!!

Puis "on" prend conscience que cela n'est pas si évident, alors "on" maquille, "on" entretient les rumeurs etc...

En attendant, l'acceuil au CNB est sûrement moins froid (sûrement moins interessant également!) et le Président du TGI et la première Présidente sont sûrement satisfaits.

Donc "on" est content!!!

Et NOUS nous devons résister et continuer à informer, informer, informer!!!!

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA