Jun
15
RPVA: y a t-il des avocats au CNB?

Les mots qui suivent sont les miens.

S'il peut m'arriver de prêter, d'une certaine manière, ces pages à mon Ordre pour aider à faire comprendre le sort méprisable fait au Barreau de Marseille par sa représentation nationale, ce n'est pas aujourd'hui le cas.

Je le précise.

J'ai le sentiment que nous sommes en train d'assister à la naissance d'un scandale professionnel.

Ce n'est pas, bien sûr, le principe du RPVA qui est en cause, mais le seul boîtier RSA, cette espèce de modem obsolète, (pour l'image) que l'on veut imposer dans tous les cabinets d'avocats, et qui est inutile.

Il y a deux phases : avant et après le rapport d'audit que vient de déposer monsieur Hattab.

Très simplement, ce rapport met en pièces l'architecture actuelle imposée à tous les avocats, sauf Paris, par le CNB.

Il relève l'absence d'appel d'offres, l'absence de cahier des charges, l'absence de certification de la société prestataire, l'absence de conceptualisation du projet, l'absence de sécurité, le flou intégral, la charge financière étonnante. L'inutilité réelle, en un mot.

On ne peut pas faire mieux.

Il relève que ce qui en place n'est de l'intérêt ni des gros et moyens cabinets, ni des petits et il suggère, pour qui sait lire, au CNB de changer tout ça très vite.

Avant ce rapport, dans la mesure où il n'y a pas eu d'appel d'offres, on ne sait pas très exactement comment les choses ont été créées. Avec un amateurisme relevé par l'expert, certes . Un amateurisme payé avec les cotisations des avocats, oui ; mais après tout le facteur humain existe partout et vouloir faire travailler une petite société n'est pas en soi critiquable.

Pas en soi...

Bien sûr, concéder un monopole à une société qui fabrique un prototype heurte le bon sens. Sortir du système le Barreau de Paris, et dire que le manque à gagner sera pris en charge par le CNB, donc les autres avocats, aussi.

Baisser, il y a quelques semaines, les tarifs, et s'en glorifier, en étant taisant sur le fait que le prestataire percevra la même somme et que le manque à gagner sera payé par le CNB, c'est-à-dire par les avocats est spécieux.

Mais si le service est exceptionnel...

Seulement voilà, le rapport de monsieur Hattab est maintenant déposé, qui dit que le service n'a pas d'intérêt y compris pour les petits cabinets.

Pourtant, monsieur le président du CNB continue à vouloir imposer cette ruine financière et cette insuffisance technique.

S'il y avait des avocats au CNB, la lecture du rapport leur permettrait immédiatement de toquer à la porte du prestataire monopolistique et de dire :

- rétablissez immédiatement la connexion coupée du Barreau de Marseille pour des motifs mensongers, ce sont des méthodes de voyous que nous, avocats ne pouvons tolérer. Surtout que l'on nous a pris la main dans le pot de confiture.

- comprenez immédiatement que le monopole c'est fini, l'Autorité de la Concurrence est saisie, ne soyons pas suicidaires.

- nous vous avons payé très cher un service dont il est dit qu'il n'est pas bon.

Vous êtes responsable en votre qualité de professionnel de l'informatique, vous avez un devoir de conseil. Vous comprendrez dans ces conditions que nous mettions fin à nos relations (variante consensuelle : que nous allons écraser les tarifs, mais que cette baisse de tarif profitera aux avocats et sera subie par vous)

S'il y avait des avocats aux CNB, ils se précipiteraient pour saisir la main tendue du Bâtonnier Mattei.

Seulement voilà, apparemment le CNB, sourd et aveugle, veut continuer à déployer dans les cabinets d'avocats un outil dont il sait désormais, sans conteste, qu'il n'est pas pertinent.

C'est à ce jour, sa responsabilité propre qu'il engage désormais.

C'est scandaleusement incompréhensible, à ce stade des choses.

C'est le scandale professionnel assuré !

Parfois, je m'interroge sur les élus.

Il faut du talent pour se faire élire, mais il en faut plus encore pour comprendre qu'un élu n'est jamais qu'un mandataire.

Et puis, c'est mon dada, il n'a d'ailleurs rien d'original : aujourd'hui, grâce à Internet, les techniques de pouvoir fondées sur le secret et la suffisance sont mortes.

À partir du moment où le rapport de monsieur Hattab a été rendu public, et il a été obtenu grâce à la ténacité du Barreau de Marseille, c'est fini.

Les avocats ne sont pas des imbéciles et ils savent le lire, les concurrents de la société Navista aussi, tous ceux qui observent la profession également.

Tous !

Alors s'obstiner à faire paraître des communiqués ne prenant pas en compte cette publicité est d'un danger absolu.

Ce qui ne sera pas obtenu par la conciliation le sera alors par la justice.

Et celui qui n'a pas su ployer un peu, en temps utile, sera brisé.

Mais y a t-il des avocats au CNB ?

Commentaires

il y a des incompétents, des imbéciles, des carriéristes...mais des avocats? je crois qu'il n'y en a plus.

Nom: 
richard Pellegrino
Site: 
http://

Nous sommes plusieurs qui sans aucunement nous concerter avons exactement la même approche de la difficulté...

"La main dans le pot de confiture" est l'expression que j'utilise le plus depuis des mois, comme "imbéciles incompétens, ou malicieux maquignons", ou encore, "vieilles badernes empreintes d'un jeunisme condescendant.."

A force de nous entoler, nos tauliers vont peut-être connaître la taule... Qui sait ?

Nom: 
JRM
Site: 
http://

vous conseiller

Nom: 
JRM
Site: 
http://

Nom: 
JRM
Site: 
http://

...essayez ça !

J'au du mal à me prononcer sur les qualités exigées des membres du C.N.B. pour avoir pris leurs décisions, mais je note ceci:

D'un coup dans lequel l'association C.N.B. COM allait faire du bénéfice à raison de 10 € par avocat et par mois (le différentiel entre 55 € payés par l'avocat et 45 € payés à NAVISTA),on a fait une perte équivalente (puisque l'avocat doit payer 25 € mais que l'association paierait 35 € à NAVISTA).

Voici donc une association dont le but est désormais de perdre de l'argent. Venu sans doute d'une subvention du C.N.B.

Il n'y a que des avocats pour se flatter de perdre du fric sur un coup tordu, en prenant la plus mauvaise solution financière et en y ajoutant encore.

Nuls à chier.

Nom: 
BARBARA
Site: 
http://

En somme : payer plus pour avoir moins !

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA