Nov
10
RPVA. Oh! Monsieur le Président!

Pourquoi faut-il compliquer les choses ?

Le Conseil National des Barreaux développe un logiciel, e-barreau, auquel il convient de se connecter.

Le système de connexion que l'organe national veut imposer à chaque avocat est dépassé techniquement et a été adopté dans des conditions juridiques et financières qu'il va bien finalement falloir éclaircir.

Déjà, la moitié des avocats de France n'est pas soumise à cette chose , puisque le barreau de Paris a eu la force de s'en extraire.

Le barreau de Marseille a proposé une solution technique, qui, sur la base de 1600 adhérents revient à neuf euros, avec un système nomade, c'est-à-dire mobile, sans installation à son cabinet (pas de boîtier) et dans des conditions de sécurité jugée parfaitement sûres par le Conseil National lui-même.

Franchement la sagesse serait pour ce dernier de se préoccuper d'étendre cette solution à tout le territoire.

Que chacun bénéficie de la meilleure technique !

Pour autant il est diffusé par le Président du Conseil National des Barreaux une longue lettre, pleine de pétitions de principes incantatoires, mais ne répondant aucunement aux questions posées.

Il faudrait s'incliner avec déférence devant, sinon une infaillibilité papale, du moins, présidentielle qui n'existe pas ?

Ce que veut l'Ordre de Marseille, ce n'est nullement un autre système, mais simplement un système de connexion au logiciel national, plus moderne, plus pratique, moins cher, permettant dès lors le développement rapide de la technique souhaitée et le succès de notre profession dans les combats à mener.

Quel dommage de voir ce courrier du président du Conseil National des Barreaux qui paraît, comment dire, un peu ampoulé, mais qui n'apporte pourtant pas la lumière et ne dissipe pas les ombres, bien au contraire.

La réponse ferme du bâtonnier de Marseille, qui rappelle que l'ordre travaille à proposer à qui le souhaite la solution jugée fiable sera lue avec intérêt.

Vous la trouverez en annexe avec la lettre du CNB et la circulaire reçue.

Revenons à la missive présidentielle.

Je note, notamment, qu'il est fait état de chiffres non justifiés par le président du Conseil National des Barreaux, avec des doublons, puisqu'il omet de parler de la clé, qu'il convient de payer et qui contient des éléments de sécurité qu'il indique facturer ailleurs.

Je note qu'il est fait état de divers contrats, avec divers prestataires.

C'est toute la question, pourquoi ce refus obstiné de transparence ?

Pourquoi ne pas vouloir communiquer les contrats, les chiffres avec les pièces justificatives aux ordres des avocats.

Avec les dossiers d'appels d'offres.

Ce serait si simple

Car enfin le Conseil National des Barreaux oublie qui l'a fait roi et qu'il vit des cotisations de chaque avocat ?

Et les rois, en France, si vous voyez ce que je veux dire...

Commentaires

Nom: 
Frédéric Morisset
Site: 
http://

Merci pour cet exposé clair et convaincant.

Bravo au barreau de Marseille, et à son bâtonnier pour, la fermeté de leur position, et la lucidité de leur vision de ce qui doit simplifier notre exercice professionnelle.

Honte au CNB pour l'opacité de sa gestion, et le caratère calamiteux de ses choix techniques et financiers.

Je diffuse au plus grand nombre, en espérant susciter une réaction aussi saine que la vôtre au sein du barreau de Nice.

et une vision partant de l'intérêt des cabinets, le RPVA peut être très rapidement un grand succès, Il suffit que le CNB accepte l'aide qui lui est proposée

... de me sentir exclu de ce débat, puisque parisien, je n'aurai jamais droit au boitier (mais je ne m'en plains pas).

Mais je me sens alors encore plus gêné vis-à-vis des confrères des autres Barreaux devant ce qu'il faut bien appeler une distorsion dans le traitement fait.

Je n'ose dire une discrimination.

La situation est grave ; le temps est pourtant venu du courage et de la lucidité.

Sinon...

Nom: 
JRM
Site: 
http://

....c'est le CNB qui va être mis en boite, avec quelques clous et deux planches de sapin.

Actuellement, le CNB ne comprend pas ce que sa base lui dit et, parallèlement il ne se fait pas entendre par les pouvoirs publics.

Quelles conséquences devont nous en tirer ? Si c'est pour être représenté de cette manière, peut-être que.... ( ? )

CNB = C'est Notre Bourreau !!! ;-)

Nom: 
JRM
Site: 
http://

Je propose d'obliger les déesses à se connecter à la blogosphère à l'aide d'un boitier : qu'en pensez vous ?

Nom: 
JRM
Site: 
http://

Mais non, ne le soyez pas ! Nous vous accueillons volontiers dans notre sein(g), même si nous n'avons pas la même clé, pas la même porte...

Il y a comme un vice de construction, vous ne trouvez pas...?

Quel dommage qu'on ne puisse pas organiser un pari en ligne quant à savoir si jeudi le président WICKERS viendra ou ne viendra pas. Sachant qu'il doit prendre l'avion, nous serons très attentifs au brouillard. L'ennui, c'est qu'on ne sait pas s'il viendra de Paris ou de Bordeaux, car il y a aussi plusieurs Bordeaux-Marseille tous les jours.

Bon, on n'a plus longtemps à attendre pour savoir.

Et la défaillance de cet élément d'équipement professionnel, indissociable du CNB, risque de se traduire par des fissurations, le dommage étant futur mais certain.

Une réparation adéquate s'impose.

... et que les lignes seront sûrement en grève .....

s'appelle un modem ;-)

Nom: 
JRM
Site: 
http://

...à tel point qu'il faudrait recourir aux services du SMUR ( Système Marseillais Urgemment Réclamé ).

Je préconise un traitement d'attaque, à base de séné, pour endiguer l'hémorragie de boitiers, immédiatement suivi d'une période de convalescence réservée aux "barreaux-pilotes".

Je crains cependant que la réparation ne laisse des cicatrices, qui disparaitront avec le temps, à condition que les travaux de reprise bénéficient au moins d'une garantie décennale. Vous dites vous même qu'il s'agit d'un élément indissociable, donc CNB par destination (du bon père de famille !).

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA