Sep
08
Sur la démission des hommes politiques mis en examen.

Monsieur Jean Noël Guérini, président du Conseil Général des Bouches-du-Rhône est convoqué aujourd'hui devant le juge d'instruction en vue d'une probable mise en examen, notamment pour association de malfaiteurs.

Le juriste rappellera immédiatement que mise en examen ne veut pas dire culpabilité et que le justiciable mis en examen est présumé innocent jusqu'à une éventuelle condamnation.

Un non-lieu peut intervenir ou une relaxe être prononcée par la juridiction correctionnelle.

C'est la raison pour laquelle monsieur Guérini a d'ores et déjà prévenu qu'il ne quitterait pas ses fonctions de président du Conseil Général des Bouches-du-Rhône.

On peut comprendre d'ailleurs qu'il ne voit pas de particulière raison à démissionner car, dans les Bouches-du-Rhône, être mis en examen, pour un politique, est aussi commun que le soleil qui brille.

Le journal la Provence rappelle :

- qu'un autre sénateur du département est convoqué également le 14 septembre pour des faits présumés de complicité de trafic d'influence

- que Madame Andrieux député des Bouches-du-Rhône est également mise en examen pour complicité de détournement de fonds publics et complicité de tentative d'escroquerie

- Qu'un président d'un syndicat d'agglomération nouvelle a été condamné à deux ans de prison.

- Que l'ancien maire d'Istres lui aussi avait été condamné à cinq ans d'inéligibilité pour abus de confiance, mais veut revenir.

En fait il ne serait pas inutile qu'un média quelconque, un jour, donne la liste de tous les hommes politiques mis en examen.

Car si le juriste doit rappeler que le mis en examen est présumé innocent, le citoyen peut réagir différemment.

On rappelle l'histoire du général de Gaulle ayant demandé la démission d'un ministre dont le fils avait triché au bac.

J'entends les rires sur les bancs des assemblées...

L'homme politique, parce qu'il est détenteur d'une parcelle du pouvoir de la République se doit d'être irréprochable et exemplaire car à travers puis c'est le peuple qui s'exprime.

En ce sens il serait tout à fait compréhensible, voir éminemment souhaitable, que les hommes politiques mis en examen pour des faits particulièrement graves donnent leur démission pour que les citoyens aient confiance dans le bon fonctionnement des institutions de la République.

Et puis, après tout, puisque l'on parle beaucoup des agences de notation, celles-ci dans leurs critères d'analyse prennent en compte le fonctionnement des institutions politiques et je ne suis pas bien sûr que, notamment, les Bouches-du-Rhône méritent une bonne note en cette rentrée scolaire.

Commentaires

Nom: 
mas
Site: 
http://

tout homme politique,pris les mains dans la caisse.....Doit être interdit de droits civiques pendant 3 ans et ne plus pouvoir se représenter à vie.Mais que font:les Brigades Rouges,Action Directe ?

Attention à ce qui est dit !

Il est bien de vouloir moraliser la vie politique.

Il est parfaitement contestable et condamnable d'en appeler à des mouvements qui ont eu recours aux meurtres !

Je pense que c'était une boutade de la part de Mas.

Nom: 
M21
Site: 
http://

10 ans de mandats maximum dans une vie (tous mandats et postes confondus nationaux, postes ministériels, hauts fonctionnaires, etc ...) => pas le temps de créer SA planète.

Le patrimoine privé et les gains issus des mandats publiés sur le net tous les ans.

Les postes occupés même en annexe publiés, etc ...

Toutes les comptabilités publiques ou assiociatives publiées sur le net jusqu'à

la facture des ramettes du photocopieur.

C'est l'opacité qui génère corruption et profit: les hommes resteront toujours les hommes. Il suffit de les exclure avant que ... Aujourd'hui, on a les moyens d'avoir l'information en temps réel.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA