May
02
Un bébé en rétention.

La loi est la loi.

Au nom de la loi, ou plutot de l'interprétation qu'il en faite, le parquet de Nimes a estimé que la place d'un bébé de quatre mois est dans un centre de rétention et a interjeté appel d'une décision d'un juge, dit JLD, l'ayant refusé.

Le JLD a été désavoué par la Cour d'Appel.

Un citation de Camus: ' Ce n'est pas la souffrance de l'enfant qui est révoltante en elle-même, mais le fait que cette souffrance ne soit pas justifiée. La souffrance use l'espoir et la foi.'

Un bébé en rétention, c'est peut être légal, mais en aucun cas cela ne peut être juste.

Je préfère Camus à Papon.

Papon qui accepte l'ordre établi et ses lois.

Camus qui écrit: ' L'homme est la seule créature qui refuse d'être ce qu'elle est.'

C'est son honneur.

Commentaires

et l'on dit que l'aîné de 9 ans est un brillant élève.

peut on espérer l'émotion de Eric BESSON?

Nom: 
isha
Site: 
http://

indubitablement cette rétention d'enfant est idiote, à condition toutefois que l'on puisse offrir à ce bébé une situation plus adaptée car la DDASS n'est pas non plus un modèle...

et il est donc clair que la qualité de nos institutions est ici en cause, ce que le Ministère Public semble ignorer.

Pour le reste, c'est à dire la famille en irrégularité, il faut savoir ce que l'on veut, un pays légaliste ou non. Puisque des procédures ont eu lieu et que les recours ont été rejeté, il est normal que la loi soit appliquée et que les forces de l'ordre la fasse appliquer. Ou alors changeons la loi.

Par contre les forces de l'ordre, ici encore c'est le pb de l'institution, pourraient sans doute agir avec plus de doigté et de délicatesse car maltraiter des enfants n'est pas une solution acceptable dans un pays comme le nôtre.

également là qu'est le révoltant, dans l'acceptation de la normalité d'une situation qui, humainement, ne l'est pas.

que la Cour d'Appel a décidé de libérer cette famille.

Ouf!

Ce qui m'étonne c'est que, dans "LE MONDE" il n'y avait aucune information sur cette malheureuse affaire.

L'article du FIGARO, votre blog, la CIMADE, RESF ont contribué largement à la libération des jeunes parentsd'un bébé et d'un enfant brillant et appliqué de 9 ans.

ici

Il semble en fait que la Cour n'avait pas statué contrairement à ce que disait l'article du 2

le Procureur avait fait appel avec demande de voir suspendre les effets de l'Oronnance du Juge des Libertés

Le Premier Président de la Cour d' Appel avait, par Ordonnance, suspendu les effets de l'Ordonnance du Juge des Libertés, comme le lui demandait le Procureur.

La Cour d' Appel a confirmé, aujourd'hui,l' Ordonnance du Juge des Libertés ordonnant liberté de la famille.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA