Aug
04
Une bonne question?

Je sais bien, amis lecteurs, que vous vous dites que l'on n'entend plus guère parler, sur ce blog, du RPVA.

Rassurez-vous, ce n'est que partie remise, pour l'instant... tout le monde dort.

Nous aurons, la semaine prochaine, l'ordonnance que rendra le juge des référés dans l'instance introduite à l'encontre de la société Navista.

C'est un premier pas d'été.

Mais, tout à l'heure, j'étais à la banque.

Il y avait là un avocat bien connu sur la place de Marseille dont le cabinet, important, est considéré avec respect.

Il m'a expliqué qu'il avait adressé à tous les greffes des courriers recommandés pour indiquer qu'il entendait se retirer du système de communication électronique.

Nous avons, en effet, à Marseille, la possibilité de nous connecter, en bon gueux que nous sommes, à partir de la bibliothèque de l'ordre.

Nous y allons, avec nos sabots et dos bien courbé

La convention que nos potentats ont fait signer à la Chancellerie (sous réserve d'évident recours) mentionne d'ailleurs même, pour ceux qui sont rétifs aux boîtiers Navista, l'obligation de se déplacer.

C'est un peu ridicule, mais c'est comme ça.

Toujours est-il que mon confrère m'expliquait que les clefs de son cabinet ne fonctionnaient pas et que même en se déplaçant, ses collaborateurs ne pouvaient pas gérer les mise en état.

Je suis pour ma part convaincu qu'il y aura des questions de responsabilités professionnelles qui vont se poser.

Imaginons un instant que le juge des référés estime l'attitude de la société Navista répréhensible, laquelle société a produit des lettres du CNB allant en son sens.

Mais alors, les recherches de responsabilité, vers qui devra-t-on les diriger ?

Bonne question ?

Commentaires

Nom: 
nathalie.kerdrebez
Site: 
http://

Nom: 
lolf
Site: 
http://

aux délibérés prorogés en état !

Mais votre dévoué Maître K (attention secret !) a déjà son plan.... CHUT !

Nom: 
lolf
Site: 
http://

en état et en été !

La décision sera à l'heurre!

Favorable, tant mieux, défavorable, tant pis.

D'autres idées ont jailli comme sources désaltérantes

Certes, le mois d'août est propice à du repos mérité mais n'empêche pas la réflexion.

La décision sera vraissemblablement bien rendue en temps utile puisque le Juge s'est tout de même réservé un temps suffisant pour la réflexion.

Il est certain que si NAVISTA perd la partie, le CNB sera très mal.

Il aura beaucoup de difficultés à convaincre les Ordres et les avocats que les prix imposés étaient justes.

Il aura également maintes difficultés à imposer sa technique.

Parce qu'il faut bien revenir à l'essentiel : le CNB a imposé sa technique et ses prix et ce n'était pas négociable !

que la baisse de tarif ne concerne pas Navista qui reçoit la même chose, la différence étant réglée par nos cotisations.

A noter qu'à l'audience le conseil de Navista parlait de 3000 adhésions, loin du raz de marée officiel

3000 ?

Selon le CNB, nous serions sur le point d'atteindre 10000 !

Quant aux cotisations CNB, elles n'ont aucune vocation à combler quelque différence de tarif que ce soit !

Si Navista reçoit 40 € et que l'avocat paie 32 €, qui paie la différence?

Les choses ont été présentées différemment.

Le nombre de boîtiers augmentant, les prétentions financières de NAVISTA baissaient compte tenu du marché très important.

C'était en outre un argument pour les adhésions puisque plus il y en avait moins elles coûtaient.

J'avais lu que le CNB prenait en charge le différence.

Mais il existe sûrement un écrit donnant le montant versé à Navista selon ce que vous rapportez.

Vous l'avez vu?

En fait, je n'y crois nullement, mais je crois en une sorte de fuite en avant , à une tentative de passage en force pour rendre Navista irréversible.

Ce qui ne sera pas,

Figurez vous qu'il existe des solutions paliatives.

Il existe -j'en connais très bien un- des batonniers qui font autre chose de recopier ce qu'écrivent les autres, et d'énoncer des commentaires passe partout, du genre, il y a de l'eau dans la mer, les glaces sont froides, les rails des trains sont parallèles, quand il pleut, on se mouille, etc.

Patience, et ce d'autant plus que très franchement, les services actuels offerts par le R.P.V.A. n'ont rien d'indispensable. Il faut voir les choses en face: les greffes judiciaires ne sont pas prets à développer la communication télématique, à la différence de la matière administrative ou internationale (voir ce que j'ai écrit sur la C.J.U.E. de Luxembourg).

Qu'il me soit permis d'interrompre ici cet excellent échange puisqu'un "sachant" donneur de leçons vient d'intervenir !

Nom: 
les glaces sont froides
Site: 
http://

attention au réchauffement climatique

Nom: 
quand il pleut, on se mouille
Site: 
http://

tu connais pas les parapluies (de CHERBOURG...

1 Le Bâtonnier Giroud a toute mon estime et je regrette cette ire individualisée qui pourrait me conduire à cliquer sur le bouton "enlever"

D'ailleurs je suis sûr que le bâtonnier Giroud va rejoindre ceux qui refusent de se faire abuser

2 Que le RPVA , version Naivista, soit une usine à gaz genre Corée du nord est, c'est vrai, une porte ouverte enfoncée

Cher Confrère,

Cette estime est réciproque.

Bien cordialement.

Patrice GIROUD

Nom: 
nathalie.kerdrebez
Site: 
http://

Je tiens à ma réputation d'un peu fada, car la sagesse sans le grain de fantaisie, c'est l'ennui.
Faut juste que le grain ne soit pas rocher.

Au juste, si chaque intervenant voulait bien jouer carte sur table en donnant pralablement réponses aux questions suivantes:

Dès lors que j'y comprends quelque chose

1°. J'approuve ou je condamne le boitier NAVISTA,

2°. J'approuve ou je condamne la position du barreau de Marseille.

Moi, toi, on connait nos positions. C'est clair, net et honnete.

Ce serait mieux non ? L'hypocrisie institutionnelle, c'est assez comme çà.

Je n'ai pas souvenir que quiconque du barreau deGrenoble ait eu jamais le projet d'intervenir dans la procédure de référé des "époux de VALON", suivant la terminologie des tout puissants d'en Haut.

J'ai une vision plus pessimiste de la nature humaine.

Ceux qui applaudissaient Pétain en juillet ovationnaient de Gaulle en Août et Ponce Pilate sert toujours César.

Bien sûr, c'est clair, le courage imposerait quand Navista avec l'appui du CNB prive Marseille de liaison électronique, de ne pas se contenter d'observer et de commenter, mais bien de crier avec ceux qui résistent.

C'est indiscutable

mais c'est, aujoud'hui finalement pas mal, déjà, de ne pas hurler avec les loups. On apprend à s'en contenter.

L'une des variantes du criminel principe de précaution, c'est de se l'appliquer à soi-même au nom du bien des autres, en toute bonne conscience.

C'est ballot comme Bachelot.

Ce que je me dis, en revanche, c'est que tout pouvoir se nourrit de l'indifférence et du silence et que plus l'on parle du scandale technique et financier du RPVA, plus le vers est dans le fruit pourri.

Et il y aura bien un moment où nos modernes Ponce Pilate se diront que le principe de précaution de leur auguste personne impose qu'il aillent dans le sens du vent

L'appui à un Ordre doit émaner d'autres Ordres et non d'avocats individuels.

C'est ainsi en tout cas que je le comprends.

La profession d'avocat est déjà si difficilement gouvernable !

Ainsi peut-on concevoir des motions adoptées par des Conseils de l'Ordre ou transversalement par des syndicats d'avocats mais pas par Maître X ou Y dans leur coin !

Quant au principe de précaution dont vous nous entretenez, s'il a bien montré ses limites dans le domaine de la santé publique, je ne vois pas par contre ce qu'il vient faire là à propos des liaisons électroniques !

Un avocat devrait se taire quand une situation est manifestement injuste?

Se révolter contre l'injuste est un devoir d'homme libre, simplement. Et encore plus pour l'avocat qui se targue de faire mission de défense.

C'est trop facile de se réfugier derrière la gouvernance difficile . Elle ne l'est pas tant que ça, sauf si l'on veut absolument faire passer les plus grandes bétises sans légitimité réelle comme le fait le CNB.

Alors le peuple dit non, il a raison et le courage de le dire.

C'est bien.

Ne pas dire qu'une bêtise est une bêtise parce que ce n'est pas à nous de le dire mais aux autres, Ordres ou pas me parait une défaillance intellectuelle.

Si je pense une chose injuste, mon devoir est de le dire.

Composer avec ce principe moral simple, chez les politiques, de la profession ou pas, est une précaution érigée en principe, de défendre leur carrière sous couvert de défendre les autres qui leur demandent simplement de se rappeler le mandat donné

Sans aller même jusqu'à Ponce Pilate

Vous vous méprenez sur ce que je dis.

Aucun avocat n'a à se taire, c'est évident; il a même le devoir de se lever seul contre tous.

Mais nous en sommes au soutien d'un Ordre et je dis simplement que ce sont les Ordres qui doivent réagir puisqu'ils ont tous été alertés par le votre.

Quant au CNB, il est le seul organe représentatif de la profession au niveau national !

Il procède de l'élection.

Le CNB impose un boitier non sécurisé dans chaque cabinet d'avocat et revendique, hors les textes la maitrise de l'informatique de la profession.

C'est chaque avocat de France qui est concerné, pas un Ordre, mais chaque cabinet.

Quand on a lu, notamment le rapport Hattab, on a forcément une opinion et il est bien de l'exprimer.

Ensuite, monsieu le bâtonnier, ce n'est pas un ordre à marseille qui souffre, c'est chacun de vos confrères

Cher Confrère,

Si j'ai bien compris - je prends des précautions - on vous a coupé une connexion.

On a donc admis votre connexion puis on vous l'a coupée.

C'est bien ce qui vous a permis à vous, Maître de Valon, d'assigner en référé.

Ai-je bien compris ?

Chaque Confrère Marseillais qui bénéficiait d'une connexion en a été privé.

Mais, si j'ai toujours bien compris, c'est bien l'Ordre des Avocats au Barreau de MARSEILLE qui a mis en place un autre système que celui préconisé par le CNB après une étude qu'il a fait réaliser.

C'est bien l'Ordre de MARSEILLE qui a communiqué sur ce système.

Votre Bâtonnier a nécessairement tenu informé tous les ordres de cette coupure intempestive.

Votre Ordre ne vous a pas laissé seul, Maître de Valon !

C'est mal me connaître que de penser que je laisse les autres dans la peine !

Si le CNB a failli, et nous le saurons forcément, je ne suis pas de ceux qui le soutiendront !

Je ne suis pas un élu du CNB ni de la Conférence des Bâtonniers.

Je n'ai que faire des honneurs parisiens et des médailles !

Marseille a agi en accord avec le CNB et avec la signature du président Wickers.

Couper la connexion, sans préavis aucun est un procédé de voyou.

Comme la censure sur cette plate-forme de blogs

Les ordres sont notre émanation, c'est à Jean de Valon, Patrice Giroud et chacun de s'exprimer et de dire : "assez des mensonges et des procédés de voyous"

Alors les Ordres bougeront

Jai assigné en référé et mon Ordre a repris la procédure.

Demain, si nécessaire je m'associerai au recours contre la convention signée dans le dos même de l'assemblée du CNB.

Je ne doute pas que vous ne défendrez pas demain le CNB, mais vous pouvez déjà dire, aujourd'hui :

ce qui est fait est mal

Cher Confrère,

Si les choses se sont passées comme vous le dites, alors, je vous le dis, je condamne sans appel le CNB.

Mais je suis avocat et je ne me fais une idée complète que lorsque je possède toutes les pièces du dossier.

Bien confraternellement.

Patrice J. GIROUD

Les choses se sont passées, déclinées sur ce blog depuis des mois avec toutes les correspondances.

Aussi vraies que la censure sur cette plate-forme que vous aviez vous même relevée: RPVA est un gros mot

Pourquoi?

Je pense que certains blogs étant devenus des instruments de contestation du CNB, cette institution s'est sentie piégée par un instrument qu'elle avait elle-même créé.

Le vrai démocrate va jusqu'au bout même lorsque ça fait mal.

Certains n'ont pas ce courage.

Nom: 
nathalie.kerdrebez
Site: 
http://

oui, lorsque vous avez mis en place un système facile de création de blogs, vous ne les censurez pas !

Selon certain:

1. L'avocat de base élit un batonnier, et les membres d'un conseil de l'ordre

2. Ces derniers ont tous pouvoirs.

3. L'avocat de base ferme sa gueule, son role est terminé.

C'est heureusemlent plus subtil. Il parait que d'ancien batonnier n'ont pas réussi à se faire réélire au conseil, ce qui veut dire que l'électorat n'était pas si docile que cela. Ouf.

Le beau et digne mot de révolte, quintessence de l'honneur de notre profession!

Nom: 
avocat de base
Site: 
http://

des instances de notre profession? Nécessaire en effet

Le CNB travaille à une réforme de la gouvernance...

L'espérance vous étreint?

POuvait nous lire, il ne manquerait pas d'exécuter en deux mots les tenants de l'ordre courbé.

Car en 1940, il n'incarnait rien d'autre que lui et quelques uns autour de lui, avec une certaine idée de la France. L'Etat légal, tout ce qu'il y a de plus légal, donc le pays légal, et meme le pays réel (au sens maurassien) était alors autour de Pétain le vieillard. Et des hurluberlus -pour ne rien écrire d'autre- qui étaient autour de lui.

Puis le temps a passé, le pays réel est passé sur le pays légal.

De Valon dit la meme chose lorsqu'il évoque les changements de comportements des Français à l'époque. On sait le plus bel exemple, après les bombardements de Paris en avril ou mai 1944, et la foule acclamant Pétain à l'Hotel de ville, et la meme foule qui acclame de Gaulle au mois d'aout suivant...

Nom: 
censeur
Site: 
http://

quel historien de pacotille

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA