jean.devalon

Par jean.devalon le 05/04/08
Dernier commentaire ajouté il y a 12 années 6 mois

Quatre brèves surprenantes en ce samedi

- L'année 2008 sera froide à cause de la Nina qui est un phénomène climatique naissant d'un refroidissement des eaux équatoriales. La Nina entraîne le froid et el Nino le chaud...Curieux.

- Madame Spiegel, chercheuse à l'Inserm estime que dormir davantage permet de stabiliser son poids ou maigrir et donc lutter contre l'obésité. Qui dort maigrit.

- Selon une étude parue dans le journal of American Society of Nephrology, boire à sa soif suffit et rien ne prouve que boire davantage soit bénéfique pour l'organisme. La recommandation de boire 1,5 litre d'eau n'aurait pas de fondement scientifique.

- Quatre autres membres du cabinet de madame Dati sont ou vont partir, ce qui conduit au nombre de douze depuis juillet 2007.

Bon, d'accord : trois brèves surprenantes en ce samedi.

Par jean.devalon le 04/04/08
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 1 mois

L'ordinateur, à mes cotés vient de tinter pour annoncer un message !

Un photo, enfin ! Celle d'un confrère dont la vivacité d'esprit habille les blogs de commentaires, mais qui, par excès de modestie, s'est jusqu'à ce jour interdit de nous donner ouvertement une parole affichée.

Une photo, avec ce simple et beau commentaire : « à publier. »

Je repose le dossier sur lequel je travaillais et donne sans attendre au peuple de la blogosphère la photo de mon confrère et ami Jack Russel.

Emu, j'ajoute : merci Jack !

Que de rêves fous ta photo va faire naître !

Par jean.devalon le 04/04/08
Dernier commentaire ajouté il y a 12 années 7 mois

Pour défendre son client, l'avocat explore les méandres de la doctrine et de la jurisprudence. Il construit les raisonnements juridiques les plus fins et les plus délicats, beaux comme de la dentelle de Tulle et qui résonnent comme le cristal de baccarat. Des raisonnements dont la résonance est sa fierté et qu'il va chercher au plus profond de son âme pure.

Mais, parfois ce beau chant de l'esprit entraîne un réponse étonnante : « maître, votre raisonnement n'est-t-il pas un peu jésuite ? »

Question à rapprocher d'expressions entendues : « tu es franc comme un âne qui recule ! Celui là, il marche en crabe ! Ou encore : arrête de répondre à une question par une autre question ».

Il semble pouvoir être retiré de ces diverses manifestations de l'esprit critique que la formation jésuite entraînerait un léger manque de franchise.

Ce n'est pas gentil de dire cela. D'abord, il faut savoir que le nouveau général des jésuites s'appelle Adolfo Nicolás. Ce sont des prénoms lourds à porter qui devraient inciter à la magnanimité.

Ensuite rien n'est plus franc qu'un jésuite et j'en donne la preuve pour ceux qui en douteraient et ils sont rares, et ceux que cette question intéresseraient et ils doivent être plus rares encore.

Par jean.devalon le 03/04/08
Dernier commentaire ajouté il y a 12 années 7 mois

La président de la fédération internationale de l'automobile, Max Mosley, fils d'Oswald Mosley, fondateur dans les années trente d'un parti fasciste britannique, et, dit-on, ami de tonton Adolf a été piégé.

On le voit dans une vidéo en prisonnier, puis en gardien, fouetter quelques jeunes femmes, en uniformes rayés, en donnant des ordres en allemand.

Pourquoi pas, me direz-vous ?

Mon assistante, à laquelle je disais que mon client, monsieur X, qui avait, parait-il un peu cogné sa femme s'était réconcilié avec elle, de me dire (boutade): les femmes aiment ça ! Comme les violeurs d'enfants d'expliquer avoir été provoqués...

Chacun de nous, en rentrant le soir, pratique le fouet, c'est une évidence.

Enfin, monsieur Mosley assume comme il peut son hérédité et son cas relève peut être d'une bonne psychanalyse.

Ce n'est pas facile d'être un fils.

On imite ou on s'oppose, c'est bien connu.

Par exemple, mais ça n'a rien à voir, Joseph Marie Bové, le propre père de José, biochimiste et ancien directeur de l'INRA en Aquitaine, a commenté l'action de son fils en s'écriant : « Au Moyen-âge, on brûlait les sorcières. Aujourd'hui, on brûle les plants transgéniques »

Mais José Bové, lui il ne fouette personne, sauf des plantes et il est plutôt sympa.

Revenons à nos fouets.

Monsieur Mosley, pour revenir donc à lui, estime ne pas devoir démissionner de son poste de président de la fédération, car les faits ressortiraient de sa vie privée

Il critique BMW et Mercedes qui veulent cette démission compte tenu de leur attitude pendant la guerre.

Là, ce n'est plus pareil.

Chez lui, monsieur Mosley fouette qui il veut.

Mais à partir du moment où on le sait la situation est transformée.

Le président de la fédération, comme tout président, a une fonction de représentation.

Le drapeau qui donne le départ d'une course automobile ne peut être remplacé par un fouet et un ordre en allemand.

Et c'est l'amorale pensée de cette histoire : comment dans de tels cas, là ou ailleurs, ceux qui ont fauté, n'arrivent pas à comprendre que la question de leur départ n'est pas une question, mais une évidence ?

Il y a une expression d'une profonde vulgarité mais très compréhensible : ça me troue le c...

Mais, dans le cas d'espèce, on n'ose même la murmurer, de peur que ne s'avancent les volontaires avec leurs outils !

Ca n'a pas d'importance, puisque c'est la vie privée ?

Et bien, si !

Par jean.devalon le 03/04/08
Dernier commentaire ajouté il y a 12 années 7 mois

Voici les vacances, le soleil, les promenades. Et pour cela, la nécessité de se remettre en forme et... de faire réviser la voiture.

Rappelons ici que notre ami le garagiste doit demander l'accord du client avant de sortir son facturier.

La Cour de cassation sanctionne par arrêt du 13 mars 2008 (06-211884) un garagiste qui avait facturé une somme de 847,96 euros à un client qui avait voulu faire reprendre les désordres affectant son van.

Elle casse un jugement d'un tribunal d'instance qui avait condamné le client sur une simple facture du garagiste alors que le client n'avait ni commandé ni accepté de tels travaux.

Un devis aurait été utile...

Par jean.devalon le 02/04/08
Dernier commentaire ajouté il y a 12 années 7 mois

Il s'agit d'un confrère dont on parle, mais que je crois bien n'avoir jamais rencontré de toute ma carrière.

Pourtant, il devrait être célèbre, vu son éloquence.

Connaissez-vous cet avocat ?

Par jean.devalon le 02/04/08
Dernier commentaire ajouté il y a 12 années 7 mois

Un ancien locataire avait peint les murs de l'appartement qui lui avait été loué de couleurs originales différentes dans chaque pièce : bleu, bordeaux, rosé, mauve, avec une moquette du salon constitué de bandes multicolores.

Il quitte les lieux et le bailleur de lui demander 9150 euros au motif que l'appartement a été très difficile à relouer, le nouveau bail ayant accordé au locataire suivant une franchise de trois mois de loyers pour remise en état des lieux et notamment des peintures.

La Cour de Paris rejette cette demande en estimant, à l'inverse que les peintures ne sont pas vraiment excentriques et au contraire revêtent une certaine élégance et un bon goût susceptible de plaire à des locataires jeunes. (CA Paris 10 janvier 2008 AJDI 3 /2008 P214)

Voilà donc un domaine où l'originalité est autorisée et où on ne l'attendait pas forcément. Mais n'y a-t-il pas un début de discrimination envers les personnes d'âge ?

Par jean.devalon le 01/04/08
Dernier commentaire ajouté il y a 12 années 7 mois

je réponds au défi de Nicolas de communiquer sur ce que nous pensons du sort fait à la justice. Mais, il n'est pas certain que ce soit un poisson d'avril. Où alors quelque peu indigeste.

Par jean.devalon le 01/04/08
Dernier commentaire ajouté il y a 12 années 7 mois

Il arrive encore que l'on reçoive des clients, en conflit conjugal, et qui viennent consulter pour voir engager une action en séparation de corps. Souvent, cependant les choses ne sont pas claires dans leur esprit et les conséquences mal appréhendées.

Il y a confusion entre séparation de biens, séparation de fait, séparation de corps.

Rappelons donc que la séparation de corps est une institution qui constate un relâchement du lien matrimonial, mais qui le maintient. Les époux restent mariés et, dans l'absolu, conservent notamment le devoir de fidélité.

En revanche la séparation de corps entraîne la séparation de biens et donc la nécessité de liquider le régime matrimonial s'il s'agit d'un régime communautaire.

Les époux restent donc mariés, n'ont plus d'obligation de cohabitation mais conservent celle de fidélité et doivent liquider leur régime matrimonial.

Ils ne peuvent évidemment pas se remarier puisqu'ils ne sont pas divorcés.

Car la séparation de corps peut, à défaut de réconciliation être convertie en divorce. Elle est même, au terme de la loi de 2004, convertie de plein doit quand la séparation a duré deux ans. Le divorce pourra donc être prononcé soit sur conversion de la séparation de corps soit, par l'introduction d'une procédure de divorce pour altération définitive du lien conjugal.

Autrement dit la séparation de corps a tous les inconvénients du mariage sans les plaisirs, l'amour ayant disparu et elle est, en fait, compte tenu de l'évolution des moeurs, de nature transitoire.

C'est pourquoi les avocats ne la conseillent guère.