jean.devalon

Par jean.devalon le 31/08/09
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 3 mois

Petit clin d'oeil de sortie en cette rentrée: une prison dont les portes s'ouvrent toutes seules!

C'est le moyen le plus efficace pour combattre le serpent de mer de la surpopulation carcérale

Par jean.devalon le 28/08/09
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 3 mois

La femme est le grillon du foyer. Voilà bien une expression finalement dévalorisante. Réduire la femme à une sorte de sauterelle ne paraît pas très flatteur.

La femme en fait, loin d'être une sauterelle, est la bonne fée qui protège l'homme de la néfaste sorcellerie qui s'est emparée des appareils électroménagers.

Hier, puisque j'étais seul, j'ai été confronté à une noire révolte de ces objets.

Mon salon dans le noir puisqu'une ampoule halogène a jugé utile de mourir sans se préoccuper de savoir si son héritière avait rejoint le placard adéquat.

J'ai voulu, homme-citoyen soucieux du partage des tâches domestiques, faire fonctionner le lave-linge. Et ne voilà-t-il pas que celui-ci s'est mis à me parler d'un filtre ? Qu'est-ce que j'y peux, moi si les lave-linges veulent, au détriment de leur santé, fumer des cigarettes avec filtre. En tout cas je n'ai pas trop inondé la cuisine...

Et puis ce matin, avec ma chemise du jour, je me suis approché timidement de la centrale vapeur. Et je me suis rendu compte qu'elle était incontinente. Il y avait un voyant demandant de la vider. Je l'ai donc fait, me brûlant d'ailleurs quelque peu. Mais cette créature du mal ne m'en a pas été reconnaissante parce qu'elle a, quelques minutes plus tard, émis un bruit inquiétant qui m'a fait sursauter et renverser l'intégralité de ma tasse de café sur la chemise qu'il ne m'a pas été possible, en conséquence, de porter.

Et j'ai entendu, je vous le jure, le lave-linge à ce moment-là rire.

Tout cela finalement pour dire que quand les bonnes âmes critiquent les hommes qui ne voudraient pas effectuer les tâches ménagères, elles oublient seulement de dire la méchanceté des appareils ménagers à l'endroit de la gent masculine. Il est donc naturel que celle-ci se réfugie du côté de ses amis, les ordinateurs voire les consoles de jeux.

Il fallait le dire.

Par jean.devalon le 27/08/09
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 3 mois

Dans notre société, si peu humaine, l'exclusion peut venir aussi de l'incapacité grandissante à appréhender les progrès de la technologie.

Comme professionnel, il est inéluctable de rester dans le train moutonnier de l'informatisation.

Ainsi donc, au bout de longs mois de résistance, j'ai procédé à l'acquisition de cet engin à la mode qui explose dans la région marseillaise.

Pour pouvoir avoir accès à mes courriels, comptes bancaires et à la plate-forme de secrétariat à distance en cas de fermeture. ..

Mais, rester dans le train moutonnier de l'informatisation, comprend aussi la connaissance des applications qu'il convient de télécharger au risque, à défaut, d'être téléporté.

J'ai donc téléchargé un cochon qui parle, de jolies jeunes filles que l'on peut ajouter aux photos en mémoire, une bière virtuelle que l'on peut boire, des bruits d'animaux et un coussin péteur qui émet un bruit que je ne décrirai pas.

J'ai été ce matin trahi par la technologie !

Promenant mes guêtres estivales dans les locaux de la commission de conciliation des rapports locatifs, j'ai échangé des SMS strictement professionnels, avec un notaire.

Et quand je me suis levé pour entrer dans la salle, le coussin dont je parlais a fonctionné de manière impromptue.

J'ai senti sur moi des regards interrogatifs que mon air naturellement innocent a rassurés.

Il est heureux, au demeurant, que l'application en question ne soit pas olfactive.

Mais, quand même, il y a un dysfonctionnement chronique et, d'une certaine manière, explosif qui nécessite que j'engage immédiatement une légitime procédure.

Non d'une pomme !

aoû
26

Carbonisé !

Par jean.devalon le 26/08/09
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 3 mois

Me voilà donc carbonisé comme colline marseillaise après un exercice de tir incendiaire de l'armée.

Le petit Nicolas a donc décidé de supprimer la taxe professionnelle, comme cela, d'un coup de baguette fiscale.

Bel exercice de communication, d'ailleurs, car il s'agit en fait d'une réduction de la taxe pour certaines entreprises mais, pour ma petite pomme d'avocat, pécaïre, rien ne changera et je continuerai à payer la taxe professionnelle sur les recettes encaissées, TVA comprise, car il est bien connu que les fiscalistes sont gens de grande logique.

Payer de l'impôt sur de l'argent qui n'est pas le votre! Ca, c'est de la justice fiscale !

Donc, pour compenser les 8 milliards d'encaissements perdus, et aussi pour flatter l'électorat écologiste qui n'a que le Grenelle à la bouche, la taxe carbone est décidée, là, tout de suite.

On va donc taxer l'essence et le fioul domestique.

Mais citoyen vert de gris, rassure-toi, l'argent pris aux Français sera restitué aux Français.

Par exemple, des chèques seront donnés selon des modalités ignorées de tous, aux mêmes que d'habitude, les autres.

Donc, en ma qualité de propriétaire habitant ces centres-villes vers lesquels il faut à nouveau attirer de la population,(rires) je sais que notre copropriété paiera le fioul plus cher.

Les zozos parlant aux gogos diront qu'il n'y a qu'à changer la chaudière.

D'ailleurs, à coups de crédits, les copropriétaires ont changé déjà l'ascenseur, qu'ils continuent à s'endetter !

Moi je veux bien changer la chaudière et je suppose que le ministère de l'écologie va me donner un chèque. (Rires dans l'hémicycle)

Changer la chaudière et tous les circuits car ,dans certains vieux immeubles, il existe des circuits dits en parapluie qui impliquent de refaire tous les réseaux y compris dans les parties privatives.

C'est pas grave, ça fait bien de proclamer que l'on veut sauver la planète.

Donc je sais que je continuerai à payer la taxe professionnelle, que je paierai plus cher le fioul domestique sans réelle possibilité de faire autrement, bref que pour 2010 je serai carbonisé.

C'est merveilleux, ces réformes décidées dans l'urgence, empreintes d'une démagogie suave pour le bon plaisir du prince.

Au fait, à propos de prince, la limitation des mandats, du genre: un mandat renouvelable une fois, c'est pour quand.

Pour la saint-glinglin...

(re-rires dans l'hémicycle)

Par jean.devalon le 25/08/09
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 3 mois

Le divorce est une douleur, une souffrance qui peut exploser et conduire à des situations extrèmes.

Tragiques quand les enfants en sont les victimes expiatoires y laissant parfois même leur vie.

Quand les meubles du couples sont partagés à la tronçonneuse par un mari furieux, on peut, en un premier temps, sourire, puis se dire que c'est une vie qui est ainsi mortellement découpé.

Douleur, souffrance sont au rendez-vous.

Par jean.devalon le 24/08/09
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 3 mois

Chaque fois qu'un avocat défend la bonne cause, il y a en face de lui un autre avocat qui défend la mauvaise.

Les Guêpes (cinquième série), juillet 1844 (Alphonse Karr)

En raisons de cette schizophrénie professionnelle, comment voulez-vous que l'on nous aime puisqu'il y a toujours un client déçu et, parfois même, le sien.

La chanson de l'avocat est celle-ci

Par jean.devalon le 24/08/09
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 3 mois

Reprendre le travail avec l'enthousiasme de la jeunesse éternelle est le quotidien du professionnel libéral.

Dès la porte ouverte, de passionnantes énigmes se posent à lui, comme un entraînement cérébral qui vaut bien toutes les consoles de jeux

Ainsi, sur la banque, une déclaration d'appel concernant une décision du juge de l'exécution du 11 juin, dans une procédure pour le compte d'une société commerciale cliente.

Cependant, impossible de trouver le dossier.

L'agenda électronique consulté ne donne guère de renseignements sur la période concernée.

La cliente également consultée au téléphone de donner quelques précisions sur le dossier en précisant qu'il lui paraît que l'on n'en terminera jamais.

Mais pourtant point de dossier.

Invoquant un esprit embrumé, affectée encore par les miasmes des vacances, et après un branle-bas de combat déclenché pour retrouver le trésor perdu, mais en vain; Je prends mon ton le plus suave pour demander que soit me transmise une copie de la décision, pour avoir quelques difficultés à la retrouver.

Il m'a semblé que mon interlocutrice était quelque peu goguenarde.

Moins que moi cependant, à la lecture de la décision, dont il ressortait que ma cliente était défenderesse à la suite d'une assignation qui lui avait été délivré et qu'elle était portée comme non comparante .

Il est difficile de trouver un dossier qui n'existe pas comme de se présenter à une audience dont on n'a pas connaissance.

Ce sera donc le thème de la réflexion de rentrée de mon cabinet : « comment, afin d'améliorer le service donné, représenter un client à une audience dont le cabinet n'a pas eu connaissance ? »

Il faut immédiatement que j'organise une réunion.

Par jean.devalon le 23/08/09
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 3 mois

Tout bronzé, je reprendrai demain le harnais.

Allez, une dernière chanson derrière la cravate

avant que de la remettre celle-là ...

Par jean.devalon le 18/08/09
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 3 mois

Je disais ce matin à mon fils préféré que mon putain de métier d'avocat comportait autant de tracas que le nombre de semaines de vacances des magistrats.

Innombrables !

Bon, c'était un coup bas, vu que sa mère est conseiller à la cour.

Mais on ne peut pas être toujours élégant.

Et puis, père en pointillé ou pas, on affronte l'ado des vacances ou l'on renonce.

J'affronte.

Fils préféré, c'est la petiote d'un autre lit (expression aux senteurs de mon musée cérébral) qui le dit.

Mais l'autre jour, aussi, elle a dit qu'il n'arrêtait pas de se faire gronder.

Ouf, elle me devine juste.

C'est chouette les vacances.

C'est super les enfants !

......................

Quoiqu'il ait fallu revenir deux jours.

Mais je ne me plains pas car dès ce soir mes pieds atteindront la calanque des eaux salées.

Un regret cependant : n'être pas ami avec le nouveau Jésus (à quand l'émission télé ?).

Il transformerait la calanque en calanque du rosé frais.

Un rêve !

aoû
18

Fleur noire.

Par jean.devalon le 18/08/09
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 3 mois

« La prison, cette fleur noire de la société civilisée. » [Nathaniel Hawthorne].

Noire comme la mort.

Celle de ces hommes et femmes qui se suicident transformant ainsi leur peine en peine de mort.

Depuis des décennies le thème des alternatives aux peines de prison est agité sans grand effet.

Espérons que cette cohorte de suicides conduira, à la rentrée, à un projet de loi ambitieux et efficace, pour une fois.