jean.devalon

Par jean.devalon le 05/05/10
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 3 mois

J'ai voulu tout à l'heure, avocat soumis à la volonté de la société NAVISTA aller à la CARPA me brancher à e-barreau, puisque notre connexion a été coupée avec l'aval implicite du CNB.

Cela ne marchait pas.

Mais, il paraît qu'à Paris non plus cela ne marche pas.

Mais, il paraît que dans la France entière cela ne marche pas.

Tous les avocats de France n'ont donc pas la possibilité, pour des raisons indéterminées d'accéder au RPVA.

Il paraît que la connexion sera rétablie au plus tôt.

Finalement, l'avantage, c'est qu'il n'y a pas d'ostracisme à l'encontre des avocats de Marseille., la France entière est aux abonnés absents.

Et si le barreau de Marseille ne disait pas que des âneries ?

Cliquez sur télécharger et vous verrez... une opération de maintenance.

Dans ce domaine, la maintenance doit être nocturne.

Par jean.devalon le 05/05/10
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 3 mois

Quand j'étais jeune avocat, et je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans connaissent bien, j'avais entre les mains un barème indicatif établi par l'ordre des avocats permettant de déterminer le coût moyen d'une procédure.

C'était un élément d'information, pour les professionnels, et au bénéfice des consommateurs.

Mais le barreau de Marseille a été condamné pour cette distorsion de la concurrence.

Soit

Aujourd'hui, les fonctionnaires de la chancellerie vont donc pondre un tarif en matière de divorce.

Et tout le monde apparemment de trouver cela très bien.

Autrement dit quand une profession libérale essaie de se doter de moyens d'information, c'est suspect, mais quand les fonctionnaires le font pour elle, c'est parfait.

Je ris jaune

Mais les Chinois qui deviennent les maîtres du monde n'ont pas de souci à se faire, la France a tout compris.

Elle n'a pas de pétrole, mais elle a des lois, des règlements, des arrêtés, des tarifs.

Il y a quelques années, je connaissais un magistrat, devenu conseiller dans un ministère.

Une voiture avec chauffeur venait le chercher tous les matins, et un coiffeur le coiffer au bureau....

Je me demande combien ils gagnent les fonctionnaires de la Chancellerie.

Vous voyez, plutôt que de vouloir tout réglementer, de façon souvent idiote, car le consommateur n'est pas un imbécile et chacun sait qu'il pratique légitimement la mise en concurrence ; il serait plus utile de se poser la question des rigidités administratives à abattre qui nous munissent de semelles de plomb nonobstant la mode des éoliennes.

Au risque d'être répétitif, plutôt qu'un énième tarif à contresens, il nous faudrait une nuit du quatre août.

mai
04

Si...

Par jean.devalon le 04/05/10
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 3 mois

« Si, au lieu de gagner beaucoup d'argent pour vivre, nous tâchions de vivre avec peu d'argent ? » (Jules Renard)

C'est une sage idée et, en plus, à voir l'endettement et le taux de croissance de la zone euro, on peut même se dire que c'est prémonitoire....

Le monde va nous mettre au régime!

Par jean.devalon le 04/05/10
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 3 mois

Il arrive que les copropriétaires ne soient pas satisfaits de leur syndic de copropriété.

Il faut quand même reconnaître que le métier de syndic est difficile et nécessite d'avoir les nerfs solides.

J'en connais qui ont les yeux bien cernés...

Mais, parmi les multiples griefs qui sont articulés à leur encontre, il en est un qui revient régulièrement : le syndic n'a pas exécuté une décision d'assemblée générale.

C'est, pourtant, une obligation qui est la sienne ainsi que le rappelle l'article 18 de la loi du 10 juillet 1965.

Il doit en effet assurer l'exécution des dispositions du règlement de copropriété et des délibérations de l'assemblée générale.

Et s'il ne le fait pas, le même article 18 rappelle qu'en cas d'empêchement du syndic pour quelque cause que ce soit ou en cas de carence de sa part à exercer les droits et actions du syndicat et, à défaut de stipulations du règlement de copropriété, un administrateur provisoire peut être désigné par décision de justice.

En effet, il existe une procédure prévue par l'article 49 du décret du 17 mars 1967 qui dit qu'en cas d'empêchement de carence du syndic, le syndic en fonction peut être assigné par tout intéressé devant le président du tribunal de grande instance, statuant en référé afin de faire désigner un administrateur provisoire de la copropriété dont la mission comportera les mêmes attributions que syndic, à moins cependant qu'elle ne soit limitée à un point précis.

C'est une disposition à avoir dans un coin de la tête.

Par jean.devalon le 02/05/10
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 3 mois

« Dans tous les cas, mariez-vous. Si vous tombez sur une bonne épouse, vous serez heureux ; et si vous tombez sur une mauvaise, vous deviendrez philosophe, ce qui est excellent pour l'homme. » (Socrate)

Faut-il en déduire qu'un homme heureux en mariage ne peut être philosophe ?

Par jean.devalon le 01/05/10
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 3 mois

Un pauvre homme était nu chez lui.

Semble-t-il une jeune fille, démarchant à son domicile, le vit au travers d'une glace dépolie.

Elle en fut tout remuée.

Ellt fila au commissariat.

Et le vicieux de se retrouver en garde à vue...

Mais, dites, ne faudrait-il pas, alors, imposer à tous, hommes et femmes, sans discrimination, le port de la burqa à son domicile ?

Par jean.devalon le 01/05/10
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 3 mois

« Le médecin voit l'homme dans toute sa faiblesse ; le juriste le voit dans toute sa méchanceté ; le théologien dans toute sa bêtise. »

Brodons sur ce mot de Schopenhauer.

S'il arrive parfois que le client fragilisé donne à son avocat du « docteur », je n'en ai encore jamais vu donner du « mon père » ou même « Monseigneur »

Donc, restons au juriste, baignant dans l'arène judiciaire.

Force est de dire que, dans cette arène, où les avocats gladiateurs combattent en guettant le pouce, qu'ils espèrent levé, du juge (qui ne se les tourne pas) ; la méchanceté humaine trouve toute sa place.

Oui, le juriste la contemple chaque jour et la combat.

C'est pourquoi son âme est sceptique et se méfie de la nature humaine.

C'est pourquoi les règles de droit lui paraissent une digue protégeant les faibles de la marée du vice humain.

Et c'est pourquoi le pouvoir, en politique ou en entreprise, n'aime pas le juriste, cet empêcheur de réprimer en rond.

Mais, voyez les inondations dans les villages.

On dit que ce sont les toutes les haies arrachées au fils du temps qui les rendent plus faciles.

La règle de droit, c'est une haie protégeant du vent et de l'eau de la violence des hommes.

Elle gène, il ne faut pas se voiler la face.

Et, sur ces visage de femme que l'on veut dévoiler, le juriste, le Conseil d'Etat a rappelé ces haies protectrice plantées dans le paysage .

Le pouvoir parait-il va n'en tenir aucun compte.

C'est une erreur

C'est insidieusement, arrachage après arrachage, réveiller une méchanceté latente.

Et, à ne vouloir tenir aucun compte, l'addition sera salée quand il faudra lprésenter les comptes.