jean.devalon

Par jean.devalon le 10/06/10
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 3 mois

Il a failli être voté, ce soir, une disposition permettant aux experts-comptables quelque chose qui posait la question de la séparation entre le droit et le chiffre.

Je ne parle pas du fond

Mais le ministre Novelli, pour faire voter cela, s'est prévalu de l'accord du Conseil National des Barreaux.

En fait de son président qui violé le vote, et le mandat de son Assemblée Générale , qui avait dit non à l'unanimité!

Notre profession est engagée par un Président du CNB, solitaire, au delà des votes!

Problème, non?

Je parle, aussi, du RPVA où un rapport est déposé depuis des semaines , mais on le nie, où des avocats de Marseille voient leur responsabilité professionnelle engagée à cause de l'attitude du CNB, qui peine à reconnaître qu'il ne peut imposer son prestataire monopolistique, et ses prix 'étudiés', à chaque cabinet d'avocats de France!

Mépris! Archaïsme!

Concurrence, mon amour!

Le Président, pour le RPVA, va à la Chancellerie le 16, avant l'assemblée du CNB du 18, faut-il craindre un galimatia de même acabit?

Son assemblée sait-elle ce qu'il va signer?

J'ai peur!

Je me pose une question et la pose.

Le Président du CNB doit-il démissionner?

Par jean.devalon le 10/06/10
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 3 mois

J'aime bien Christine Boutin.

Cet une affection tout ce qu'il y a de plus spirituelle, vous l'aurez compris !

Petis cochons!

Elle n'est pas bling-bling, plutôt dring dring, genre servante de messe.

Et pourtant, cette femme que l'on pense qu'une rigueur toute catholique provinciale ne voit pas ce qu'il y a de choquant à cumuler sa retraite, son mandat de conseiller territorial et les 9500 euros d'une mission sur la mondialisation... dont il ne fait aucun doute qu'elle a été confiée en raison de sa haute compétence.

Je l'ai entendu dire que cela n'avait rien de choquant puisqu'elle aurait pu être nommée au Conseil d'État.

Christine au Conseil d'Etat, doux Jésus !

Une perte du sens commun.

Parallèlement vous aurez remarqué que la logan se développe, initialement destiné aux pays émergeant.

Ce qui montre que les Français ayant moins d'argent se tournent vers des produits moins sophistiqués et moins chers.

Parait que c'est la mode.

Ce qui d'ailleurs, en ma qualité de professionnels du droit, me fait penser que notre profession qui paraît être dirigée par les grands cabinets parisiens, où leurs serviteurs zélés,voire aplatis, commet peut-être une erreur d'appréciation.

Certes les tenants du Grand Capital, comme aurait pu dire le défunt Georges, se tourneront toujours vers les cabinets anglo-saxons, mais en revanche l'avenir étant à l'économie et à la réduction des coûts, c'est probablement une erreur historique de se fonder pour le dessiner sur les grandes boîtes uniquement, sans réaliser, justement que la proximité va retrouver dans les années à venir non pas l'utilité, qu'elle n'a jamais perdue mais la rentabilité.

Bon, Madame Boutin va devoir renoncer à ses indemnités.

En plus Nicolas l'a tuée politiquement.

À titre personnel je pense qu'il serait plus logique qu'elle renonce à sa mission de complaisance.

La logan a de beaux jours devant elle.

Et les représentants nationaux de la profession d'avocat devraient peut-être revoir leurs logiciels de pensée.

Mais ils ont peut être déjà buggé.

Les logiciels, pas les représentants.

Taquins que vous êtes!

Par jean.devalon le 09/06/10
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 3 mois

Monsieur le Président du Conseil National des Barreaux a adressé un courrier à des lecteurs privilégiés où il parle d'un rapport qu'il n'a pas, mais va avoir, et 'd'un couple d'avocats marseillais non adhérent au RPVA ' qui aurait assigné sans attendre.

C'est à dire que, voyez vous, à Marseille, il commence à y avoir des sinistres car les cabinets sont coupés depuis plusieurs mois de l'accès à e-barreau.

Alors, oui, nous n'avons plus attendu.

Sur l'expression 'couple d'avocats marseillais', je ne dis rien.

On va encore dire qu'entre Bordeaux et Marseille...

Sur non adhérent au RPVA, c'est une aimable plaisanterie.

Plus de 450 clés ont été délivrés en connaissance de cause par le CNB à Marseille.

Mais, je passe la parole à Madame Catherine Pontier de Valon, l'autre versant du couple d'avocats marseillais.

Cliquez ici.

J'ai les mêmes documents.

Vous pouvez me rappeler cette expression d'Anne Roumanoff?

On vous?

Par jean.devalon le 09/06/10
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 3 mois

Une réponse ministérielle du 16 mars 2010 indique qu'en cas de rupture conventionnelle du contrat de travail à durée indéterminée, le locataire qui donne congé peut alors bénéficier, sous réserve cependant de l'appréciation du tribunal, du délai de préavis réduit à un mois.

La rupture conventionnelle du contrat de travail conduit à une perte d'emploi, condition pour bénéficier d'un préavis réduit

Par jean.devalon le 09/06/10
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 3 mois

Il arrive parfois, c'est malheureux, de devoir assigner quelque confrère.

Pour des difficultés liées à ces temps de crise.

En ce cas, j'applique les dispositions de l'article 47 du Code de procédure civile et assigne devant un tribunal limitrophe.

Cela, non pas par défiance du juge, mais par délicatesse.

Quand il s'est agi de lancer la procédure visant finalement à obtenir de nos instances nationales de la transparence et à faire rétablir notre connexion par la société Navista, je n'ai pas, volontairement, appliqué l'article 47.

Je me suis dit en effet que ce serait faire injure à ces confrères qui nous dirigent que d'avoir l'air de penser qu'ils auraient peur de la juridiction marseillaise.

En effet Marseille est l'un des plus grands tribunaux de France où règne un certain anonymat et le fondement de l'article 47 dans son esprit n'a pas vraiment à s'appliquer dans ce débat.

Et puis je me suis dit, ce serait quand même rigolo que la Conférence des Bâtonniers, le Conseil National des Barreaux fassent plaider l'article 47 montrant en cela qu'ils cherchent en fait à fuir ce débat et à gagner du temps .

Eh bien, ils l'ont fait.

Par le même avocat, d'ailleurs.

Par des conclusions reçus hier à 19 heures 10.

Dans lesquelles d'ailleurs la Conférence des Bâtonniers conclut aussi qu'elle n'a pas le rapport et ne peut donc que le produire, alors qu'il sera présenté a indiqué monsieur Pouchelon vendredi .

Attention, il sera important de voir si le rapport est remis, avec ses annexes, à tous les bâtonniers ou s'il en est fait un compte rendu succinct, ex cathedra.

Sait-on jamais.

Mais ce qui est intéressant, c'est la confirmation de toutes ces manoeuvres dilatoires pour laisser les choses s'assécher dans les chaleurs de l'été.

Bien sûr, cela ne sera pas le cas, (mais je ne dirai pas pourquoi, ici)

Laissons 47

C'est l'heure maintenant du 45 ou bien du 51 selon les préférences en matière de pastis.

Pour le plat de résistance, ce sera le 23.

Par jean.devalon le 08/06/10
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 3 mois

La bâtonnier de Paris en a dit une belle

Lisez Mâme Catherine.

Cela devient très préoccupant pour notre profession.

Dynamitons les oligarques et créons un Ordre national démocratique.

Par jean.devalon le 08/06/10
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 3 mois

C'est donc demain que revient devant le juge des référés la modeste demande présentée, visant à obtenir la communication du désormais célèbre rapport de monsieur Hattab, (déposé, il le confirmera, le 12 mai) et visant, aussi, à faire juger que les avocats de Marseille doivent être traités aussi bien que les gens du voyage et tendant, en conséquence, à faire rétablir une connexion informatique coupée de manière brutale sans titre de justice, comme on coupe l'eau et l'électricité.

C'est donc demain.

Le curieux, c'est qu'à ce jour, personne ne s'est constitué dans le cadre de la procédure engagée directement par l'Ordre des avocats au barreau de Marseille.

Ni la Conférence des bâtonniers (Monsieur Pouchelon a bien dit que le rapport serait communiqué cette semaine ?)

Ni la société Navista.

Ni le CNB.

Revenons à des généralités.

Saisir le juge, c'est lui demander de trancher un litige.

Souvent dans les procès, il y a la tentation de la fuite.

Gagner du temps, surtout gagner du temps par toutes sortes de moyens.

Quand la cause est mauvaise.

La, on pourrait envisager l'hypothèse que devant la colère qui monte, comme tout gouvernement qui ne se respecte pas, certains aient la tentation de vouloir arriver à l'été.

Tout le monde est en vacances, après.

On pourrait envisager cette hypothèse.

Mais, outre le fait qu'il y a toujours des solutions à toutes choses, quelle opinion le peuple des avocats se ferait-il de ses représentants ?

Il y a bientôt des assemblées, je crois.

Moi, ce que j'en dis...

Par jean.devalon le 07/06/10
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 3 mois

Le Barreau de Metz a donné mandat à son Bâtonnier d'intervenir dans la procédure

engagée pour obtenir notamment la communication du rapport de monsieur Hattab!

Bravo!

A propos de mandat:

"Le 8 mai 2010, l'Assemblée Générale du CNB a voté qu'elle s'oppose « à tous projets tendant à faire de l'activité de conseil et d'assistance des experts-comptables leur activité principale dans les domaines relevant du droit ».

Mais voilà que, prenant sans mandat une position opposée, le président du CNB a signé un communiqué avec le président de l'Ordre des experts-comptables, du 26 mai 2010, qui torpille l'action unanime des avocats ! La suite ? Le rapport n° 507 du 27 mai de la Commission Economique du Sénat propose le texte de l'article 13 quater au vu de « la double approbation du Conseil National des Barreaux et du Conseil supérieur de l'ordre des experts-comptables ».

C'est grave, docteur?

juin
07

Un drame.

Par jean.devalon le 07/06/10
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 3 mois

Nous vivons, depuis ce matin, au cabinet, un drame.

Un drame, même, absolu.

Insoutenable.

Je ne sais pas si je m'en remettrai.

Il se trouve que le logiciel de gestion me trahit.

L'immonde.

Depuis ce matin mon assistante peut parfaitement taper les courriers et les actes.

Mais, dès qu'elle essaie d'éditer une facture, alors le logiciel plante.

N'est-ce pas là, pour un avocat, le drame absolu ?

Il y a un technicien qui a le bras long puisque, de Paris, il est rentré dans l'ordinateur.

On va bien voir.

Peut-être un exorcisme ?

Par jean.devalon le 06/06/10
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 3 mois

Première communion.

Une petite fille dans ce parcours étrange vers le Sublime.

Je n'avais pas le certificat de baptême.

Hélas !

L'organiste avait oublié d'être là.

Egalité !

Le curé était bon, je veux dire en cela Amour.

Respect, comme il disent !

J'ai commis une sorte de péché.

Dans cette église de Saint Joseph qui ressemble à la Madeleine,

La chaire, par évidence était vide.

Logique.

Et je me suis dit, horreur, qui monterait là dedans chanter la ritournelle ?

A cet instant étrange, une question déplacée :

Au nom du CNB, quel bâtonnier Ritournelle ?

Obsession pécheresse, vite oubliée.

Pour en revenir à la spiritualité.

A la vie, donc.

Celle qu'ils ne comprennent pas et qui fait que ce sont des enfants qui s'agitent bruyamment, mais vainement.

Les pôvres !

Ils sont déjà morts et ne le savent.