jean.devalon

Par jean.devalon le 31/10/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 5 mois

J'ai donc déménagé.

Un choix dicté par la raison.

En effet, il a bien fallu observer que dans notre douce ville de Marseille, les impôts locaux ont, au fil des ans, explosé.

Bien sûr, tant le maire de Marseille, monsieur Gaudin, que le président du conseil général, monsieur Guérini (Jean-Noël, pas Alexandre) seront capables d'expliquer, entre deux rodomontades, que c'est pour le bien de la population et non par inconscience pure.

Dans la même période, les charges de copropriété ont elles-mêmes explosées ; 15 % cette année dans mon immeuble.

Toujours est-il que j'ai donc estimé qu'un appartement de 230 m² dans des un immeuble haussmannien, avec chauffage collectif, allait s'avérer, au fil des années une charge financière lourde et qu'il n'était peut-être pas inutile de vendre avant que peut-être l'immobilier ne s'affaisse.

Prendre son bénéfice, en quelque sorte.

J'ai donc déménagé.

Cela étant, les enfants ayant grandi, comme on dit, le choix à venir d'habitat est un peu différent, mais pour l'instant virtuel, car nous n'avons pas trouvé le logis de nos rêves.

Et je suis donc devenu, depuis la semaine dernière, locataire pour quelque temps.

Curieusement d'ailleurs dans le boulevard de mon enfance, dans ce huitième arrondissement de Marseille qui se veut si BCBG, avec ses blondes à 4X4 en double file et à petits chiens chiens

C'est une impression étrange que de se retrouver là, boulevard du temps qui passe comme dirait Georges.

Et je découvre donc un nouvel appartement, refait à neuf.

Bien sûr, il y a la bonde du lavabo de la salle de bains qui fuit.

Bien sûr encore, la douche de la salle d'eau est également fuyarde.

J'ai un lourd passif avec l'eau, l'exorciste vous le dirait

Mais il y a plus étrange dans cet appartement : il n'y a pas de gaz.

Je ne parle pas du chauffage, il est encore trop tôt, mais de la simple possibilité de faire cuire des pâtes, par exemple, ou un enfant.

Il n'y a pas de gaz, s'est tout.

Nous avons appelé bien sûr Gaz de France et le technicien est venu qui a confirmé que le gaz arrivait normalement à l'appartement, mais que c'était après qu'il devait y avoir un problème.

J'ai découvert alors ce plaisir jouissif du locataire qui peut se plaindre et j'ai, immédiatement, traqué sur son portable, pendant ce pont, le brave homme de l'agence qui avait eu le tort de nous le laisser.

Il m'a expliqué qu'il fallait ouvrir le gaz sur le palier, je lui ai répondu que parfois ma femme aussi me prenait pour un débile complet.

A tort, bien évidemment.

J'ai appelé encore le chauffagiste qui va venir vérifier la chaudière et auquel j'ai indiqué qu'il n'y avait pas de gaz dans l'appartement.

Lui aussi m'a paru penser que je n'avais rien compris à l'installation.

Mais ce qu'ils ne savent pas, c'est qu'il en est de même pour ma douce associée au bureau et au domicile qui a vérifié avec compétence pour parvenir à la même interrogation :pourquoi le gaz n'arrive-t-il pas jusqu'à la cuisinière et où se perd-il en route ?

Dès que j'aurai la réponse, je la livrerai.

Mais qu'il est doux de pouvoir simplement réclamer.

J'ai droit à mon gaz !

Trop bon !

Au fait, j'ai pas internet non plus...

Par jean.devalon le 30/10/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 7 mois

Comme l'écrivait mon arrière grand père :"dans le cours de la vie, on rencontre sur sa route des obstacles qui surprennent; ils sont nécessaires pour vous fortifier et vous tremper; il faut donc franchir les difficultés; attendre patiemment des temps meilleurs; ne jamais perdre de vue l'objectif et se pénétrer de ceci: ce qu'une génération ne peut faire, une autre le fera." C'était en 1933, mais ces mots me sont parvenus. Il n'est pas certain, cependant, que je laisse à mes chérubins une telle charge mémorielle. Suis trop bon!

Par jean.devalon le 25/10/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 7 mois

En Tunisie c'est donc un parti islamiste modéré qui sort proportionnellement vainqueur des élections mais qui dit vouloir s'approcher du modèle turc (sauf que la Turquie est un pays laïc)

En Libye la constitution à venir sera donc fondée sur la Charia.

Tiens, on n'entend plus BHL ?

En général, cette inspiration n'est jamais vraiment très bonne pour les femmes, ni pour les débits de boissons alcoolisées, pour représenter un certain rigorisme moral, à tout le moins.

Il est cependant logique que les pays, en terre d'islam, débarrassés de dictatures brutales, mais néanmoins laïques souvent, souhaitent respecter ce qui pour eux ne sont pas seulement des racines ,mais un arbre de vie.

Est-ce vraiment une surprise ?

Ce ne sera pas peut-être pas l'intérêt de l'Occident et de ses philosophes trublions, mais ce sera la réalité.

Après tout, interrogeons-nous.

N'est-il pas temps, pour nous aussi, d'inscrire dans notre Constitution que la loi de la république s'inspire de l'Évangile (et il ne s'agit pas ici d'une vague référence aux racines chrétiennes ...)

Ce mouvement n'est-il pas écrit dans ses propos prémonitoires du jeune papa de l'Élysée :

"S'il existe une morale humaine indépendante de la morale religieuse, la République a intérêt à ce qu'il existe aussi une réflexion morale inspirée de convictions religieuses. D'abord parce que la morale laïque risque toujours de s'épuiser ou de se changer en fanatisme quand elle n'est pas adossée à une espérance qui comble l'aspiration à l'infini. Ensuite et surtout, parce qu'une morale dépourvue de liens avec la transcendance est davantage exposée aux contingences historiques et finalement à la facilité."

Le lecteur aura compris que tout cela est au second degré.

Et si nous conseillions à l'Afghanistan, à l'Irak, demain à la Syrie, aujourd'hui à la Tunisie et à la Libye notre arme secrète : l'euro.

Allez, comme on dit sur un certain réseau social, je sors.

Par jean.devalon le 24/10/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 7 mois

En matière de divorce, les faits invoqués en tant que cause du divorce ou comme moyens de défense à une demande peuvent être établis par tous moyens de preuve y compris l'aveu.

C'est la raison pour laquelle, dans les procédures, il est souvent procédé à la chasse aux témoins.

Et quand le couple se déchire les parents sont parfois tentés, de manière irréfléchie, d'appeler les enfants à la rescousse pour qu'ils viennent témoigner en leur faveur.

Cela est bien sûr malsain et l'article 259 du Code civil rappelle que les descendants ne peuvent jamais être entendus sur les griefs invoqués par les époux.

Cela vaut bien sûr, par exemple, pour les attestations de témoignages, mais également pour des déclarations qui pourraient être recueillies en dehors de l'instance en divorce, par exemple par des policiers dans l'hypothèse de plaintes déposées par l'un ou l'autre des époux combatifs

(Cour de Cassation, 1 ère chambre, 4 mai 2011, N° 10 - 30706)

Par jean.devalon le 24/10/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 7 mois

Mignonne, allons voir si la rose

Qui ce matin avoit desclose

Sa robe de pourpre au Soleil,

A point perdu ceste vesprée

Les plis de sa robe pourprée,

Et son teint au vostre pareil...

Nous ne sommes plus au temps de Ronsard et la rose désormais peut même être considérée comme un trouble anormal du voisinage.

Ainsi la Cour de Cassation estime-t-elle dans un arrêt du 17 mai 2011 (10 - 14260) que des rosiers d'une hauteur supérieure à 2 m implantés à moins de 50 cm de la ligne séparative de deux propriété doivent être enlevés, indépendamment de tout respect des distances légales, s'ils créent des troubles excédant les inconvénients normaux du voisinage.

Après le chant du coq, le bruit des cloches, voilà que l'on s'attaque désormais aux rosiers.

Quelle époque, ma bonne dame !

Par jean.devalon le 23/10/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 6 mois

"En Nouvelle-Zélande l'ordre de priorité est: 1. le rugby, 2. le travail, 3. les femmes".

Jean Lienard

On a perdu la finale de la coupe du monde de rugby, mais nous les français, nous donnons la priorité au travail.

C'est bien connu

Par jean.devalon le 23/10/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 7 mois

Peut-être est-ce parce qu'Europe était une princesse grecque qu'elle paraît aujourd'hui si loin que nos réalités.

En même temps en effet que les dirigeants européens envisagent de recapitaliser les banques à hauteur de 108 milliards d'euros, 480 millions d'euros d'aide alimentaire européenne vont être supprimés pour des raisons de lignes du budget.

Il y a sûrement de bonnes raisons bien technocratiques, mais il y a aussi l'ironie du symbole et l'urgence d'avoir toujours présentes à l'esprit deux questions :

- La première : l'Europe, pourquoi faire ?

- La deuxième, que devraient se poser tous les dirigeants ou qu'il appartient au peuple de leur poser : qui t'a fait roi ?

A la deuxième, ils répondront, la main sur le coeur être au service du peuple souverain.

Seulement, voilà, le doute s'instaure.

Il serait pitoyable que la première banque à disparaître soit la banque alimentaire.

Par jean.devalon le 21/10/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 7 mois

Il existe des tests pour tout.

Êtes-vous un bon père? Un bon citoyen? Un bon amant? Un bon contribuable?

Le revue l'étudiant diffuse un test permettant de savoir si l'on est fait pour être avocat.

Le voici: cliquez.

J'avoue ne l'avoir pas fait.

Les questions me paraissent sous-tendre une vision loin de la réalité du métier.

Et puis si la réponse était négative?

Vous vous rendez compte: si je découvrais n'être pas fait pour le métier que j'exerce?

Sûr que je n'en dormirais pas!

Par jean.devalon le 20/10/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 7 mois

La mairie de Marseille a pris un arrêté interdisant la mendicité dans le centre-ville. L'association Emmaüs organise une manifestation devant les bureaux du maire, le très catholique Jean-Claude Gaudin.

Les trottoirs de Marseille, voyez-vous, ne sont pas les trottoirs de Manille, mais ne sont pas non plus les trottoirs de Neuilly.

Bien sûr cet arrêté heurte le coeur et il est aisé de s'en indigner.

Pour habiter le centre de Marseille, il me faut pourtant relater qu'au fil des années, peut-être, je ne sais, par manque d'accompagnement, le phénomène de la mendicité est devenu une réelle difficulté citadine pour la vie des marseillais ; il serait hypocrite de le cacher.

On ne peut envisager sérieusement de trouver normal ces femmes qui mendient, nouveaux nés dans les bras, sans que personne ne dise rien, ces groupes alcoolisés en plein coeur d'une ville qui souffre déjà de la misère.

On ne peut nier les réseaux.

On ne peut nier les traces d'urine.

On ne peut nier que la mairie devait réagir car la population se plaignait.

Mais un arrêté comme cela, cela fait penser à une amputation.

Un acte grave qui est la conséquence parfois d'une petite plaie mal soignée.

Et concernant Marseille, d'un laisser-aller généralisé pendant des années.

Le remède, en termes humains, est peut-être pire que le mal.

Alors il reste le malaise de ne pas pouvoir dire que la situation du centre-ville de cette ville pouvait perdurer comme de ne pas pouvoir dire que cet arrêté est justifié.

Marseille, ville de non droit devient ville du droit extrême.

Vous allez voir que bientôt monsieur Guérini, en congé du Conseil général, va renoncer à son traitement pour le travail qu'il n'effectue pas, et que le vieux monsieur. Gaudin tout à la fois maire et sénateur se consacrera, pour le temps qui lui reste, à plein temps à sa ville qui en a bien besoin.

Et je conclurai ces quelques lignes sur cet arrêté en exprimant le triste malaise de l'incertitude.

Par jean.devalon le 19/10/11
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 7 mois

Je ne parle pas de la naissance de l'enfant de Carla Bruni-Sarkozy et de son petit mari.

Il se fait attendre autant que la croissance.

Mais 7 nouvelles taxes sont à naître dans le projet de budget 2012 dans une perspective de réduction des déficits publics.

- une contribution exceptionnelle sur les hauts revenus, au taux de 3 %,

- une taxe sur les loyers élevés des micrologements, due à raison des loyers perçus au titre de logements, situés dans certaines communes, donnés en location nue ou meublée pour une durée de neuf mois minimum et dont la surface habitable est inférieure ou égale à 13 mètres carrés.;

- une contribution sur les boissons contenant des sucres ajoutés fixée à 3,58 euros par hectolitre ;

- une taxe destinée à couvrir les coûts complets engagés par cet établissement pour le recueil et le traitement des réclamations des usagers de services de communication audiovisuelle relatives aux brouillages causés par la mise en service des stations radioélectriques dans la bande de fréquences 790-862 MHz (4 G). Son produit reviendrait à l'Agence nationale des fréquences ;

- une contribution à la surface aux frais de garderie de l'Office national des forêts (ONF), comprise entre 2 et 4 euros par hectare de forêt, afin de financer le régime forestier des forêts des collectivités ;

- une redevance relative aux contrôles renforcés à l'importation des denrées alimentaires d'origine non animale, due par l'importateur ou son représentant et fixée à un montant compris entre 33 et 300 euros pour chaque type de produit, selon le risque sanitaire et la fréquence de contrôle ;

- des redevances sanitaires liées à la certification des animaux et des végétaux ;

- une taxe due par les personnes qui exploitent une ou plusieurs installations et qui participent au système d'échange de quotas d'émission de gaz à effet de serre, et qui ont reçu au titre de la période allant du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2012, pour l'ensemble des installations exploitées, au moins 60 000 quotas d'émission de gaz à effet de serre. La taxe est perçue à un taux fixé par arrêté conjoint des ministres chargés de l'Economie et du Budget dans des limites comprises entre 0,08 et 0,12 % du montant total. Elle est exigible le 1er janvier 2012.

C'est poétiquement chatoyant cette floraison !