jean.devalon

Par jean.devalon le 28/08/12
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 3 mois

Je laisse les grands mots à ceux qui aiment les grands mots.

C'est la rentrée, mais pas encore.

Un entre-deux.

Marseille est la province.

Mais, c'est aussi une métropole.

Les visages sont bronzés, mais les coeurs peuvent être glacés.

Un juriste dont on sait les drames personnels et auquel on ose, sous couvert de l'été finissant, un franchissement de la pudeur habituelle.

Tu es avocat, tu es mon frère, pas parce que tu es avocat, mais parce que mon métier m'a permis de comprendre l'horreur qui est ta vie.

Et toi que demain j'affronterai parce que nous partageons le fil tranchant de la procédure, je veux te dire aujourd'hui, comme tu l'as compris, que tes larmes silencieuses sont les miennes car, à défaut, il n'y aurait pas d'Ordre des avocats, je veux dire en cela que l'humain serait absent de notre profession.

Dire cela est déjà peut-être assumer notre destin d'humaniste.

Viens, mon camarade, allons prendre un pastis ensoleillé !

Par jean.devalon le 23/08/12
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 3 mois

Personnellement, je n'aime pas plus que cela le vin rosé, préférant le vin rouge conforme à mes opinions politiques.

Je le bois avec modération, tout étant question d'appréciation personnelle.

Vous avez noté que dans le cadre de la politique exponentielle d'infantilisation des masses, il faut avoir dans son véhicule deux éthylotests chimiques.

Etant précisé que la notice précise qu'ils ne doivent pas être exposés à plus de 40 ° centigrades.

Je ne veux pas avoir l'air de critiquer, mais qu'attend le gouvernement pour interdire aux températures de dépasser les 40 ° dans les véhicules garés au soleil ?

Parce que sinon, on fait comment ?

Par jean.devalon le 17/08/12
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 3 mois

Tout est question de la nature des choses, voilà mon observation vacancière. Ainsi, selon que l'on considère le mariage comme un institution ou un contrat, celui des homosexuels pose questionnement ou pas. Pour l'avocat, il en va de même . L'avocat, dans sa nature est-il autre chose qu'un auxiliaire de justice, un prestataire de services juridiques ou pas? Lui, dont la nature née de l'histoire a quelque chose de sacramentel a fusionné avec d'autres professions et aujourd'hui le même mot d'avocat recouvre des professionnels de natures différentes. La démographie et la crise font qu'il y a trop d'avocats. On parle de numerus clausus, d'excellence, d'un examen national plus élitiste ... Mais le risque n'est-il pas de participer à la dérive énarchique de notre pays et que disparaissent ceux d'entre nous qui ont au fond des yeux ce supplément d'âme qui impose le respect. L'avocat de demain sera-t-il comme un juge administratif, infiniment compétent, mais tellement éloigné de l'humain? Et qui alors pansera les plaies de la douleur insondable que les technocrates de tous poils haïssent pour en avoir si peur? Je plains par avance les petits, il ne seront pas dignes d'être assisté par l'avocat de demain. Quand à celui d' aujourd'hui il est schizophrène , c'est aussi simple que ça... Je retourne à mes vacances. Il faut soigner son bronzage, voyez-vous

Par jean.devalon le 10/08/12
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 4 mois

Mon fils est à l'image de son père: être admirable, soucieux du respect des lois et règlements de la République. Ce matin, il a fraudé, pourtant. Il n'a pas payé son billet de TER. avec la complicité de son père, qui plus est . Mais comment faire autrement ? La petite gare d'Ensuès La Redonne est charmante, en contrebas de lacets en épingle ennemis du pastis. Il y a une borne automatique pour acheter les billets. Hors- service. Pas de personnel. Comment on fait? Alors il est monté dans le train. Pas de contrôleur! Alors il est allé à Marseille sans payer. Il a fraudé, mais c'est un cas de force majeure. Il fait quoi le gouvernement ?

Par jean.devalon le 08/08/12
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 4 mois

Madame Taubira a relevé que les centres  éducatifs fermés la conduisait à prononcer le mot fantasme ce qui a fait plaisir à un syndicat d'éducateurs. Tu m'étonnes, Simone! Et un syndicat de policiers a désapprouvé! Au temps du sarkozysme triomphant, les rôles étaient inversés. D'abord, je proteste au nom de tous ceux qui ont une juste révérence envers le rôle utile du fantasme et regrette l'utilisation déplacée de ce mot. Ensuite, il est benêt de dire des choses évidentes sur le caractère criminogène de la prison si, en même temps, on n'acte pas que la déstructuration  de la société a généré des enfants perdus qui sont des fauves et que les solutions des décennies passées ne suffisent pas face à une violence à l'américaine qui se développe et dont le citoyen est victime. Nous avons assez souffert des approximations droitières du pouvoir passé pour ne pas vouloir de son pendant de gauche. Madame Taubira avait promis la différence , elle est dans la même outrance inversée! Cela promet pour les nominations ! Que l'on permette à la justice d'être sereine , là serait la différence . Tu rêves , Simone. marmonne plutôt !

aoû
07

Un doux mot

Par jean.devalon le 07/08/12
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 4 mois

Là-bas, aux USA, il parait que la réindustrialisation est en marche aidée par une diminution par trois du prix du gaz née de la révolution de la production de gaz de schiste . Vous me direz que c'est une honte, qu'heureusement , chez nous veille Madame Duflot pour que chez nous, nulle exploration de la possibilité d'un développement possible de cette technique n'intervienne. Pas production, exploration et recherche... Faudra-t-il que s'effondre le Babel européen pour que l'on découvre combien est beau le doux mot de pragmatisme ?

Par jean.devalon le 02/08/12
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 4 mois

La fatigue, on n'y croit pas.

Notre vie d'avocats n'est pas si dure qu'elle mérite un larmoiement indécent.

Mais il y a la vie.

Les incertitudes sur les études des enfants, un déménagement à préparer.

Oui, c'est vrai, le carnet de commande qui est ce qu'il est, dépendant du climat économique ambiant.

L'informatique à revoir.

Le cabinet à réorganiser.

Alors vient le temps des actes bizarres.

Se tromper de maison, vouloir entrer dans celle d'à coté.

Avoir peur de la femme de ménage qui vous dit bonjour dans la rue.

Se tromper de client en envoyant des factures.

Sentir quand même comme une inspiration éteinte.

Etre même convenu.

Horrible, ça.

Alors, humblement reconnaître que l'on n'est pas plus fort que les autres.

Donc dès samedi, la mer, les cigales.

Relire tout Spinoza, Kant, Hegel...

(Vous êtes libres de le croire)