jean.devalon

Par jean.devalon le 16/08/13
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 1 mois

Jacques Vergès vient de disparaître . Une deuxième fois, puisqu'il avait disparu plusieurs années avant de revenir, dit-on, riche. Force est de reconnaître que quelque soit son talent, il ne reviendra pas, cette fois ci. J'avoue avoir toujours eu une interrogation sur la notion de plaidoirie dite de rupture qui parait plus viser à dénoncer systèmes et pouvoirs qu'à défendre celui que l'avocat doit servir. Je me suis toujours demandé si ce n'était pas, parfois, le client qui payait le prix judiciaire, en plus que financier, de cette stratégie . Mais, finalement, rien n'est certain; sinon le talent du disparu du jour. J'imagine un paradis , ou un enfer, des avocats. Vous les imaginez ensemble , ces cabotins de grand talents, plaidant encore les causes les plus mauvaises en se regardant du coin de la robe ? Pauvre Saint Pierre! S'il lui faut un avocat, je suis là . Enfin, dans quelques longues décennies ...

Par jean.devalon le 15/08/13
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 1 mois

Rien ne ressemble plus , disait Claude Lévi-Strauss à la pensée mythique que l'idéologie politique ... Peut-etre, cependant, la prétendue science économique . Croyez-vous que c'est pour celà, qu'un certain quinze août , la douce Vierge Marie s'est dépêchée de monter au ciel?

Par jean.devalon le 14/08/13
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 1 mois

Il y a donc eu, sous l'égide de Christiane TAUBIRA , une conférence du consensus sur la politique pénale et le consensus a existé entre ceux qui pensaient pareillement déjà en arrivant . La belle affaire !

Par jean.devalon le 11/08/13
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 1 mois

Peut-etre, en effet, François Hollande a-t-il raison qui voit la croissance revenir. Mais la pauvrette parait bien malingre et, pour tout dire, guère affriolante. Il faudrait pour la faire grandir de la confiance. Et le Président de vendre un optimisme de bon aloi. Mais il y a ce putain de carnet de commandes comme on dit ... Comment décréter la confiance quand un pays sent , confusément peut-être, qu'il devient urgent de réformer l'Etat lui-même et bien sûr le statut et le rôle de la fonction publique . Non pas pour des raisons idéologiques , mais parce qu'on voit bien que ceux qui sont élevés au biberon du statut et des indices ne comprennent pas ceux qui pensent carnet de commandes, pression fiscale, lourdeurs administratives etc... Et c'est le drame de Monsieur Hollande de croire que sa parole suffira quand il faudrait un dessein autre que de défendre la ligne Maginot de la France immobile .

Par jean.devalon le 09/08/13
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 1 mois

Il ne parait guère choquant de dire que les racines culturelles de la France sont chrétiennes, ce dont témoignent ses paysages . Majoritairement, la religion a reculé au profit d'un soubassement culturel qu'il faut protéger car tout soubassement est utile pour la préservation de la construction qu'il soutient. C'est le rôle de la laïcité républicaine renvoyant à la sphère privée le fait religieux, mais veillant au maintien de la culture française. Et donc, il appartient à la République de définir, dire et mettre en avant les règles du vivre ensemble républicain . Les mouvements accélérés de population conduisent la religion musulmane à avoir sa place dans notre pays, comme, métaphoriquement, une nouvelle branche de l'arbre . Ce qui ne pose d'autre difficulté que la timidité actuelle de la République à avouer qu'elle est fondée sur une identité culturelle qu'il faut respecter et assimiler et vivifier . C'est probablement parce qu'elle ne le fait pas assez que le manque de repères s'installe et conduit à des excès des religions empiétant sur la sphère publique. Cette faiblesse républicaine lui fait avoir des coups de menton; on veut interdire le voile à l'université ! Et donc, la kippa , la croix etc... Forcément . C'est là en venir à une laïcité craintive, en fait, qui interdit au faible plutôt que d'affirmer ses valeurs devant le fort . Ce qui fait le vivre ensemble est contenu dans ses trois mots: liberté , égalité , fraternité . Ce n'est pas le voile qui pose difficulté, compatible, comme la croix et la kippa, avec les valeurs républicaines. Confondre voile et burqua pour oublier la timidité à défendre les valeurs républicaines partout sur le territoire est inquiétant de démagogie peureuse. C'est se voiler la face sur l'état de la République .

Par jean.devalon le 08/08/13
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 1 mois

Quand on a appelé d'un juge à un autre et que celui-ci a prononcé, c'est un grand abus de permettre de recourir à un troisième , parce que l'esprit de l'homme est fait de manière qu'il n'aime pas à suivre les idées des autres, qu'il se porte naturellement à réformer ce qui a été fait par ceux à qui il croit des lumières inférieures . Multipliez les degrés des tribunaux, vous les verrez moins occupés à rendre la justice aux citoyens qu'à se corriger les uns les autres (Montesquieu)

Par jean.devalon le 07/08/13
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 1 mois

Une loi ne peut être modifiée par un décret et des condamnés vont donc, à la suite d'une erreur juridique de base, sortir de prison. Les politiques , avec cette égale bêtise qui fait le lit du populisme de s'écharper . Mais ce texte à été préparé par qui ? Les services de la Chancellerie , a priori. Ceux qui précédent et suivent les ministres et dont personne ne paraît s'interroger sur la compétence . Hélas !

Par jean.devalon le 07/08/13
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 1 mois

Il paraît que Chirac, dans son château de Bity, en Corrèze , s'est remis à la cigarette, mais fume en cachette dans les toilettes , dans la crainte de Bernadette, non pas ouragan, mais dragon . Il paraît qu'il a été content que François Hollande le visite qui aurait été le seul ; la vieillesse est aussi un naufrage de solitude. Ces deux là ont en commun une apparente bonhomie et, peut-être un scepticisme profond sur les êtres et les choses qui les conduit à ondoyer entre les événements pour, finalement, tenter de conserver plus que de réformer . Réforme est un mot étrange, autrefois représentatif de progrès ; aujourd'hui presque de régression. On a l'impression , cet été , d'un temps suspendu, dans la tempête de notre monde, dans l'attente de savoir si l'homéopathie Chiraco-Hollandiste est une réponse suffisante aux égarement néo-libéraux jetant les peuples à la rue , ou si le basculement du monde que l'on pressent demande un courage plus affirmé posant la question des rigidités de notre société, générant déclin, oui déclin ; et inégalités sociales dans un monde parisien de castes indécentes rappelant franchement l'Ancien Régime. Nul doute, alors, que les vieilles recettes des années passées ne suffiront pas et qu'il faudra, plus que la question des hommes, se poser enfin celle de nos institutions , inadaptées à notre temps; rigide jaquette à l'époque, non plus même du complet, mais du jean . Mais, je retourne à mes espadrilles de vacances...

Par jean.devalon le 06/08/13
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 1 mois

Il existe une typologie d'avocat parisien que je n'aime guère : le prétentieux . Celui qui enduit de circonvolutions et de phrases doctes une certaine inanité de la pensée. Ainsi celui- là, prenant sur Marseille un petit dossier devant le tribunal d'instance et adressant à la juridiction des conclusions soulevant l'incompétence car la demande excède 10000 euros et se refusant à conclure au fond. Oubliant , ou ne sachant pas, que la demande au titre de l'article 700 ne rentre pas dans les sommes permettant le calcul du taux du ressort et que la procédure est orale ... Mais c'est son problème , ou celui de ses clients . Mais si je le déteste, ce n'est pas pour ce gaspillage de temps et d'argent, mais pour m'avoir rappelé à ma condition d'esclave connecté Les vacances, autrefois, c'était cette pile de livres emporté avec soi. Je suis passé, moderne, à la liseuse et c'est grand progrès Mais l'envers de ce décor du progrès est qu'il faut être connecté et qu'ainsi, la lecture des courriels vous laisse à la merci de toute sorte d'importuns, parisiens même . Il y eut donc les esclaves, puis les serfs et maintenant les connectés . C'est vraiment trop injuste !

Par jean.devalon le 06/08/13
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 1 mois

Le ministre de l'intérieur veut punir les Français en limitant encore la vitesse sur autoroute . Mais, alors, pourquoi avoir des autoroute ? Karine Berger penche, elle, pour la suppression des voitures. Deux condamnés à des courtes peines ont été laissés en liberté car la prison était trop pleine , du côté de Chartres, je crois. Cela en vertu d'un texte pris pendant les années Sarkozy, n'en déplaise aux hurleurs. Karine Berger réfléchit à la suppression de la prison . Elle n'aurait pas tort, la prison, c'est pathogène et criminogène . Mais par quoi la remplacer ? En fait , la question n'est pas celle de la prison, mais celle de la sanction . Celui qui commet une infraction doit être sanctionné rapidement et le ressentir pour ne pas ressentir plutôt un sentiment d'impunité . C'est cela qui interroge à l'heure où les délits et contraventions deviennent lâchement des incivilités. Et c'est là où la République parait en vacances préoccupée surtout comme disait Pompidou d'emmerder les français à coup de textes inutiles et punitifs. Alors, oui, la prison, on s'en fout ; elle n'est pas le problème . Le problème , finalement c'est la génération Karine Berger .