jean.devalon

Par jean.devalon le 05/08/13
Dernier commentaire ajouté il y a 6 années 11 mois

Voilà quelques années une série de chutes dans des cages d'ascenseurs des cités à inspiré le législateur qui a ordonné la mise aux normes du parc français des ascenseurs pour la joie des ascensoristes et celle de votre portefeuille . Puis à la suite de noyades dans des piscines, nées de défauts de surveillance , une pluie de normes s'est abattue qui ne remplaceront pas l'oeil humain. Et voilà que plus d'une dizaine de noyades est intervenue dans la bleue méditerranée , entre Brassens et plus belle la vie. Rassurez-vous ; le législateur s'est saisi du problème , oscille entre interdiction des vagues ou des courants marins. Karine Berger, superwoman du Parlement songe à interdire la vie qui contient trop de risques ou alors à solidifier la mer pour que l'on ne puisse plus s'y noyer mais marcher dessus comme Jésus, son pâle imitateur .

Par jean.devalon le 04/08/13
Dernier commentaire ajouté il y a 6 années 11 mois

Daniel Galvan, ressortissant espagnol a violé, au Maroc, onze enfants de 4 à 15 ans et pour cela, il purgeait une peine d'un petite trentaine d'années dans une douce prison marocaine. Il vient donc après quelques mois de prison , d'être gracié par notre ami le roi du Maroc à la demande, ou pas, du bien fatigué roi d'Espagne. On dit maintenant qu'il aurait contribué à faire tomber Saddam Hussein ; mais peut importe. Comment les deux rois ont-ils pu à ça point faire fi de l'innocence de l'enfance comme de la dignité de leurs peuple? Par quel horrible aveuglement ?

Par jean.devalon le 03/08/13
Dernier commentaire ajouté il y a 6 années 11 mois

Je ne me consolerais point de n'avoir pas fait fortune, si j'étais né en Angleterre ; je ne suis point fâché de ne l'avoir pas faite en France Montesquieu Pensées diverses

Par jean.devalon le 02/08/13
Dernier commentaire ajouté il y a 6 années 11 mois

Article 1

Le procès ne pourra être fait au cadavre ou à la mémoire d'un défunt, si ce n'est pour crime de lèse-majesté divine ou humaine, dans les cas où il échet de faire le procès aux défunts, duel, homicide de soi-même ou rébellion à justice avec force ouverte, dans la rencontre de laquelle il aura été tué.

Article 2

Le juge nommera d'office un curateur au cadavre du défunt, s'il est encore extant, sinon à sa mémoire et sera préféré le parent du défunt, s'il s'en offre quelqu'un pour en faire la fonction.

Article 3

Le curateur saura lire et écrire, fera le serment, et le procès sera instruit contre lui en la forme ordinaire ; sera néanmoins debout seulement et non sur la sellette, lors du dernier interrogatoire, son nom sera compris dans toute la procédure, mais la condamnation sera rendue contre le cadavre ou la mémoire seulement.

Article 4

Le curateur pourra interjeter appel de la sentence rendue contre le cadavre ou la mémoire du défunt ; il pourra même y être obligé par quelqu'un des parents, lequel eu ce cas sera tenu d'avancer les frais.

Article 5

Nos cours pourront élire un autre curateur que celui qui aura été nommé par les juges dont est appel.

ORDONNANCE CRIMINELLE

DU MOIS D'AOÛT 1670

Faite à Saint-Germain-en-Laye

Enregistrée par le Parlement de Paris le 26 août 1670

Entrée en vigueur au 1er janvier 1671

Curateur au cadavre, voilà une belle activité ...

Une spécialisation possible ?

Dit, le CNB ?