Par jean.devalon le 22/10/09

Il est de principe, aux termes de l'article 10 - 1 de la loi du 10 juillet 1965 que sont imputables aux seuls propriétaires concernés les frais nécessaires exposés par le syndicat des copropriétaires pour le recouvrement d'une créance à l'encontre d'un copropriétaire défaillant.

Cela recouvre les frais de mise en demeure, de relance, de prise d'hypothèque, les droits et émoluments des actes des huissiers de justice, le droit de recouvrement ou d'encaissement à la charge du débiteur, les honoraires des syndicats pour les prestations qu'il doit effectuer pour l'établissement de l'état daté à l'occasion de la mutation à titre onéreux d'un lot d'une fraction de lot. Etc.…

Mais par un arrêt du 7 octobre 2009 (08-19631), la Cour de Cassation a rappelé que la juridiction doit rechercher si des frais exposés sont bien nécessaires.

Et elle a donc censuré une cour d'appel qui n'avait pas effectué cette recherche

Par jean.devalon le 08/09/09

Quand, dans une copropriété, les fonds sont bas il faut racler les fonds de tiroir et, éventuellement, trouver des sources de revenus.

Les opérateurs de téléphonie, en installant leurs antennes sur nos toits, permettent parfois de générer des revenus.

Mais, voilà, le grand méchant Woerth vient de dire qu'il va taxer les antennes.

Ce qui risque de rendre les opérateurs moins généreux...

Pas sûr que ce soit une bonne nouvelle.

Par jean.devalon le 29/01/09

Le 4 août 1789 la noblesse française a volontairement renoncé à ses privilèges.

Elle n'avait peut être pas vraiment le choix, mais sa démarche a été volontaire.

Un privilège est un avantage, autrefois donné par la société des hommes ,quand il n'a plus, le temps ayant passé, de contrepartie offerte.

A tous ceux, de droite ou de gauche, mais en tous cas d'en haut, qui nous disent que le monde ancien est mort et appellent les autres à l'effort, livrons le discours du duc d'Aiguillon prononcé devant l'Assemblée nationale.

Aux tenants des dividendes sans investissements, des statuts publics à vie sans le service, des offices, charges, mandats électoraux sans fin, de la mediacratie, de l'énarchie, etc...

Vous tous, et nous tous, qui de l'avantage sommes passés au privilège, écoutons cette vieille voix française dont les mots sont d'une lourde actualité:

"M. le Duc d'Aiguillon :

Messieurs, il n'est personne qui ne gémisse des scènes d'horreur dont la France offre le spectacle. Cette effervescence des peuples, qui a affermi la liberté lorsque des ministres coupables voulaient nous la ravir, est un obstacle à cette même liberté dans le moment présent, où les vues du gouvernement semblent s'accorder avec nos désirs pour le bonheur public.

Ce ne sont point seulement des brigands qui, à main armée, veulent s'enrichir dans le sein des calamités : dans plusieurs provinces, le peuple tout entier forme une espèce de ligue pour détruire les châteaux, pour ravager les terres, et surtout pour s'emparer des charniers, où les titres des propriétés féodales sont en dépôt. Il cherche à secouer enfin un joug qui depuis tant de siècles pèse sur sa tête ; et il faut l'avouer, Messieurs, cette insurrection quoique coupable (car toute agression violente l'est), peut trouver son excuse dans les vexations dont il est la victime. Les propriétaires des fiefs, des terres seigneuriales, ne sont, il faut l'avouer, que bien rarement coupables des excès dont se plaignent leurs vassaux ; mais leurs gens d'affaires sont souvent sans pitié, et le malheureux cultivateur, soumis au reste barbare des lois féodales qui subsistent encore en France, gémit de la contrainte dont il est la victime. Ces droits, on ne peut se le dissimuler, sont une propriété, et toute propriété est sacrée ; mais ils sont onéreux aux peuples, et tout le monde convient de la gêne continuelle qu'ils leur imposent.

Dans ce siècle de lumières, où la saine philosophie a repris son empire, à cette époque fortunée où, réunis pour le bonheur public, et dégagés de tout intérêt personnel, nous allons travailler à la régénération de l'État, il me semble, Messieurs, qu'il faudrait, avant d'établir cette Constitution si désirée que la Nation attend, il faudrait, dis-je, prouver à tous les citoyens que notre intention, notre vœu est d'aller au-devant de leurs désirs, d'établir le plus promptement possible cette égalité de droits qui doit exister entre tous les hommes, et qui peut seule assurer leur liberté. Je ne doute pas que les propriétaires de fiefs, les seigneurs de terres, loin de se refuser à cette vérité, ne soient disposés à faire à la justice le sacrifice de leurs droits...

D'après ces puissantes considérations, Messieurs, et pour faire sentir aux peuples que vous vous occupez efficacement de leurs plus chers intérêts, mon vœu serait que l'Assemblée nationale déclarât que les impôts seront supportés également par tous les citoyens, en proportion de leurs facultés, et que désormais tous les droits féodaux des fiefs et terres seigneuriales seront rachetés par les vassaux de ces mêmes fiefs et terres, s'ils le désirent ..

C'est d'après ces principes, Messieurs, que j'ai rédigé l'arrêté suivant, que j'ai l'honneur de soumettre à votre sagesse, et que je vous prie de prendre en considération :

« L'Assemblée nationale, considérant que le premier et le plus sacré de ses devoirs est de faire céder les intérêts particuliers et personnels à l'intérêt général ;

Que les impôts seraient beaucoup moins onéreux pour les peuples, s'ils étaient répartis également sur tous les citoyens, en raison de leurs facultés ;

Que la justice exige que cette exacte proportion soit observée ;

Arrête que les corps, villes, communautés et individus qui ont joui jusqu'à présent de privilèges particuliers, d'exemptions personnelles, supporteront à l'avenir tous les subsides, toutes les charges publiques, sans aucune distinction, soit pour la quotité des impositions, soit pour la forme de leurs perceptions ;

L'Assemblée nationale, considérant en outre que les droits féodaux et seigneuriaux sont aussi une espèce de tribut onéreux, qui nuit à l'agriculture, et désole les campagnes ;

Ne pouvant se dissimuler néanmoins que ces droits sont une véritable propriété, et que toute propriété est inviolable ;

Arrête que ces droits seront à l'avenir remboursables à la volonté des redevables, au denier 30, ou à tel autre denier qui, dans chaque province, sera jugé plus équitable par l'Assemblée nationale, d'après les tarifs qui lui seront présentés....».

Faut-il désespérer que ces mots puissent être à nouveau criés ?

Par jean.devalon le 18/03/08

Petit rappel qui fleure un peu l'évidence, mais la question est toujours posée par les clients.

Quelle prescription pour les charges ? Pendant combien de temps peut-on les réclamer si elles ne sont pas payées?

Rappelons donc qu'en matière de charges locatives, la prescription extinctive est de cinq années. C'est le délai qui est accordé au propriétaire pour réclamer des charges qu'il aurait, par exemple, omises.

N'oublions pas cependant qu'il doit chaque année adresser une reddition de charges à son locataire.

En revanche, en matière de charges de copropriété, le délai de prescription de l'article 2277 du code civil ne joue pas et le délai est de dix ans.

Etant entendu, là aussi, qu'il appartient au syndicat des copropriétaires de justifier de l'existence et du montant de sa créance.

C'était juste un petit rappel.

Par jean.devalon le 23/11/07

Ainsi le dernier rapport annuel de la CNAB confirme l'envol des charges de copropriété: 5,7% d'augmentation en 2006 après 4,8% en 2005.

Immédiatement les coupables sont désignés à la vindicte populaire: les syndics de copropriété dont les honoraires ont crû de 3,2%.

Sauf que l'on constate une augmentation du coût du chauffage collectif d'environ 10 % mais surtout une augmentation des travaux d'entretien de 10,8%. Et ce poste est la conséquence directe de la multiplication des réglementations nouvelles ( mise en conformité des ascenseurs, diagnostics immobiliers dans les parties communes ) qui imposent aux copropriétaires des dépenses de plus en plus lourdes.

Et d'ailleurs plus de travail aux syndics de copropriété qui, s'ils doivent être controlés, sont trop facilement désignés comme boucs émissaires.

Mais qui est particulièrement préoccupant c'est que les réglementations paraissent devoir se muliplier le législateur signant les chèques avec le chéquier du voisin .

Pour mémoire, le Grenelle de l'environnement prévoit des travaux particulièrement lourds là où les administrateurs de biens ont déjà rappelé que la trésorerie des copropriétaires etait comme celle de l'Etat, vide. Mais peut importe, n'est ce pas, l'important c'est l'annonce.

Et puis il sera toujours possible d'accuser les syndics par leur gestion irréfléchie de mettre en péril l'équilibre financier de leurs copropriétaires!

Par jean.devalon le 06/11/07

Non, il ne s'agit pas ici de dire qu'un homme peut se réjouir du départ de sa douce moitié vers un orient devenu éternel, tant il est vrai que la femme, pour l'homme, est comme soleil dans un ciel d'été. Ou cigale dans un paysage de provence.

Plus basiquement, il s'agit d'avoir une pensée pour un copropriétaire en difficulté financière, espèce nullement en voie de disparition. Notre homme va demander des délais au juge. Qu'il sache, au moins pour la Cour d'Appel d'Aix en Provence, que des délais ne peuvent être accordés qu'en cas de circonstances exceptionnelles dans la situation du débiteur et notamment de maladie, perte du conjoint ou perte d'emploi.

Voilà une rigueur bien sévère qui devra attirer l'attention du copropriétaire de bonne volonté dont le conjoint est en bonne santé!

Par jean.devalon le 08/10/07

Vous le savez, la loi Urbanisme et Habitat de juillet 2003 a institué une obligation de rénovation du parc d'ascenseurs à la suite de divers accidents ( souvent d'ailleurs des dégradations volontaires ).

Echelonnés de 2008 à 2013 ces travaux importants entrainent parfois le remplacement même de l'ascenseur

et certaines copropriétés souffrent financièrement devant la charge financière imposée.

Hors, dans les échos du Grenelle de l'environnement, on entend les mots de "contrainte", d' "écotaxe "...

L'écotaxe c'est comme ça: votre consommation de gaz est de 900 euros, elle sera avec la taxe de 1600 euros! mais comme vous aurez fait des travaux d'isolation, vous consommerez deux fois moins et le prix sera le même. Oui, mais les travaux d'isolation, comment les payer après la rénovation des ascenseurs?

La calvitie menace les syndics de copropriété qui vont s'arracher les cheveux comme plants d'OGM quand les charges seront impayées!