Par jean.devalon le 31/05/10

Lisez dans l'excellente revue Actuel, les déclarations de notre consoeur responsable de la question du RPVA

C'est là.

L'indignation devant la rétention du rapport, comme devant le sort fait au barreau de Marseille monte dans les barreaux de France

A part, semble-t-il chez le nouveau président de la FNUJA qui défend le CNB, mais je crois que la commission informatique du CNB est dirigé par un...FNUJA.

Ah, ces élus, toujours le sens aigu de l'histoire

Par jean.devalon le 30/05/10

Hier, nous avions des amis à la maison.

Ca va, j'ai pas trop mal à la tête.

La manière dont se crée le lien, désormais, intègre les NTIC.

Ainsi, l'un de ces amis m'a retrouvé via facebook.

Nous nous connaissions, il y a trente ans, dans le Lot.

Moi avec un Peugeot 103, lui avec un 102, vert caca d'oie, genre grande vadrouille.

Une amie, aussi rencontrée via facebook, collègue du docteur House, sans la barbe.

On a été raisonnables, il y avait deux juges de l'ordre administratif.

L'un qui estime qu'il est ivre quand il a bu un quart de vin !

Peuchère, chez nous, c'est en bouteilles que l'on calcule.

L'un des joyeux commensaux de me dire que dans un repas, à Paris. (Il y avait deux parisiens, chut), on lui avait parlé d'avocats de Marseille et du présent blog.

Il faut faire donc attention à ne pas écrire de sottises, enfin pas trop.

Tout ça pour dire que le lien désormais passe par le virtuel pour devenir, ensuite, réel.

Quoi ?

Le RPVA ?

Mais je ne suis pas obsédé !

Cela étant si le rapport de monsieur Hattab, que l'on nous cache, dit qu'il y a une problème de sécurité chez Navista et que Navista travaille pour l'administration pénitentiaire, cela pose problème, non ?

C'est pour ça qu'on ne le montre pas ce rapport ?

Moi je serais la société Navista, j'exigerais qu'il soit rendu public immédiatement plutôt que de laisser s'instaurer une préjudiciable suspicion.

Moi, je serais le président du CeuNeuBeu qui est celui de CNB.com ; non ça je ne peux pas imaginer.

Allez, comme dit mon ami Nicolas (pas le petit, Besset)

Bons baisers de Marseille

Par jean.devalon le 27/05/10

L'assignation en référé est donc délivrée pour le 2 juin.

Après tout, je la publie, le débat, chez nous, est transparent !

Vous la trouverez au pied de cet article en la téléchargeant.

Elle est intéressante pour sa relation des faits et la révélation du sort misérable fait au barreau de Marseille par les instances nationales de cette profession.

Sur l'argumentaire juridique, je ne commenterai évidemment pas, tout sera affiné comme bon fromage.

Il est plus que probable que le 2 juin, le dossier soit renvoyé et je confirme que tout avocat qui veut intervenir, ceux de Marseille pour les mêmes motifs, et ceux des barreaux extérieurs, ne serait-ce que pour la production du rapport de monsieur Hattab sont les bienvenus.

Deux petites choses par ailleurs :

- Une assignation, c'est parfois comme un coup de pied. Vous savez celui que donne l'enfant qui pousse le ballon entre les pieds des grands joueurs pour que la partie commence. Soyez donc indulgents avec ses imperfections, ce d'autant plus que j'ai invité une charmante consoeur du cabinet parisien mandaté pour l'association CNB. com à venir jeter un oeil sur nos blogs.

- Par ailleurs le premier qui fait une observation sur une certaine différence d'age, je l'escagasse !

À bientôt, amis, à se serrer la main dans la victoire, comme disait mon ancêtre politicard du Lot !

L'assignation

Par jean.devalon le 26/05/10

C'est parti, les amis.

L'assignation est en cours de délivrance et je sais que mon huissier, cet après-midi, a traîné ses guêtres du côté de l'Ordre des avocats car il m'a bien fallu assigner mon ordre.

Il paraît qu'il y en a, là haut, (je ne parle pas du monsieur dans sa maison dans le ciel avec des ballons), mais du côté de la capitale, qui s'étonnent que l'on trouve tant d'informations sur les blogs.

C'est vrai, mais c'est comme cela que l'on fait le buzz, et c'est comme cela que la transparence va s'imposer.

Pour l'instant, je n'en dis pas plus, pour quelques jours, sur la procédure elle-même.

Mais, je crois pouvoir dire que chaque avocat de France peut avoir intérêt à intervenir à l'instance en référé engagée devant la juridiction de Marseille.

Chaque avocat peut demander que soit communiqué le rapport de monsieur Hattab !

Ceux qui ont dans leur cabinet le boîtier Navista ont quand même intérêt à savoir ce qu'il dit ce rapport, notamment intérêt à savoir si la sécurité est correcte.

Ceux qui n'ont pas encore le boîtier Navista ont intérêt à l'avoir, ce rapport, pour savoir s'ils doivent souscrire à un système préconisé, à marche forcée par le CNB, ou pas !

Chaque avocat de France, qui a un intérêt urgent à mettre en place la communication avec les tribunaux a intérêt à l'avoir ce rapport, pour le cas, par exemple, où il préconiserait l'extension de l'architecture utilisée par le barreau de Marseille, ou celle de Paris.

La configuration proposée par le barreau de Marseille peut être étendue à toute la France en quelques semaines.

C'est quand même curieux que l'on joue sur la peur des avocats en leur faisant croire qu'il y aurait un risque de n'être pas au rendez-vous de la procédure d'appel, mais que l'on cache un rapport d'expertise!

Ce n'est pas la vérité.

C'est quand même curieux que le président de la conférence des bâtonniers, contrairement à ce qu'il avait publiquement affirmé, se refuse à le rendre public, ce précieux rapport.

On va finir par devenir paranoïaques et par se dire qu'il contient des choses gênantes à communiquer au bas peuple.

Moi, je pense qu'une intervention, dans ces conditions, de chaque avocat de France serait tout à fait recevable et fondée

Je peux même dire que notre cabinet est à l'écoute des confrères qui ne pourraient être présents à l'audience pour les représenter et je ne pense pas être le seul avocat de Marseille à exprimer cela.

Je crois pouvoir dire qu'il y aura du monde à l'audience...

Par jean.devalon le 25/05/10

Nous allons donc, à Marseille engager cette procédure inévitable devant la carence de nos édiles.

Certes, l'action sera propre à la situation particulière de notre barreau.

Nous publierons l'assignation.

Mais, après tout, des conclusions d'intervention d'avocats d'autres villes pour demander, je ne sais pas moi,

la publication du rapport Hattab, ça doit pouvoir se faire, non?

moi je fais l'avocat de ceux qui veulent.

Brainstormingons!

Par jean.devalon le 25/05/10

Ce matin encore, par la vilenie des hiérarques de cette profession, je suis privé d'accès au RPVA.

Ces gens-là, entre courbettes et pirouettes, ont entre les mains depuis le 12 mai un rapport d'expertise, établi par monsieur Nathan Hattab, expert incontestable, qui avait pour mission d'examiner, sur le plan technique et sur le plan économique, les solutions proposées par le CNB, le barreau de Paris et le barreau de Marseille pour l'avenir du réseau virtuel de la profession.

Ce rapport donne raison, semble-t-il, aux options proposées par la citée phocéenne, qui prennent en compte la situation économique et les progrès de la technique.

Ce rapport, monsieur Pouchelon, président de la conférence des bâtonniers avait juré, la main sur le coeur, qu'il le rendrait publiques et, depuis cet homme-là revient sur sa parole.

Je pense que nos hiérarques se prennent pour des fins politiques et espèrent que l'été qui vient endormira les trublions.

Les fous !

Ils oublient deux choses : ils ne sont pas de grands politiques, et l'époque est à la transparence.

Comment pourront-ils expliquer au peuple des avocats qu'ils se refusent à rendre public un rapport de cette importance qui, on le suppose, fait état de failles de sécurité dans ce qui est vendu si cher à la profession ?

Eh bien, ils vont avoir l'occasion de le dire.

En effet mes amis, ça y est, les temps sont venus.

J'assigne.

J'assigne en référé.

J'assigne parce que cela suffit.

J'assigne parce qu'il n'est pas normal que le CNB, la conférence des bâtonniers, le barreau de Paris soient en possession de ce rapport auquel le barreau de Marseille était partie mais que l'on lui dissimule.

J'assigne, parce que dans ce contexte difficile, il est scandaleux que l'on empêche les avocats de travailler.

J'assigne, parce que tout cela me rappelle un peu les avions renifleurs de M. Giscard d'Estaing.

Et je le dis ici, chaque avocat de Marseille qui veut se joindre à la procédure est le bienvenu.

Qu'il prenne contact !

Debout confrères !

Circulaire lassée de ce jour du bon bâtonnier Dominique Mattéi.

mai
23

Die irae

Par jean.devalon le 23/05/10

Au fond la colère est belle quand elle est juste: dies irae

Par jean.devalon le 23/05/10

Bernard Kuchukian attend que l'Esprit Saint descende sur nos édiles pendant ce temps de pentecôte.

Je doute fortement et puis ça pourrait leur brûler la cervelle.

La peur, peut-être ?

Bernard Kuchukian se propose d'assigner l'Ordre, qui par action récursoire assignerait nos instances pantelantes pour qu'elles viennent s'expliquer un peu.

L'ordre est locataire, de cnb.com du boîtier miraculeux qui est donc désactivé illicitement par Navista la terrible ce qui plonge les avocats de Marseille dans la panade.

Et en vertu de quel droit ?

Et que fait notre contractant ?

Il se réjouit?

C'est vrai que l'ordre peut se prévaloir de cette voie de fait pour demander au juge judiciaire de rétablir la ligne. (Je dis comme ça pour que les délégués informatiques du CeuNeuBeu comprennent)

Et puis aussi un certain nombre d'autres choses. (Genre rapport Hattab, comptes, que sais-je ?

Moi, je pense qu'il n'y a même pas besoin que nous l'assignions.

Mais je peux aussi penser l'inverse et ne pas le dire pour piéger nos vils et lâches ennemis.

C'est que, voyez vous, j'ai été élevé au biberon des jésuites.

Bon j'ai dans un coin de mon ordinateur un projet...

On y est, ça va partir!

Allez, j'assigne qui?

Quel est votre avis ?

Par jean.devalon le 20/05/10

Il y a des jours, comme cela, qui ne sont pas couleur d'orange mais plutôt couleur peau de banane, ou vieille pelure racornie.

Les jours où le juge de l'exécution nous regarde avec les yeux revolver pour ne visiblement pas apprécier qu'une société bailleresse condamnée sous astreinte une première fois, croit utile de devoir se faire à nouveau condamner neuf mois après pour n'avoir pas respecté les obligations qui étaient les siennes dans une précédente décision

Les jours ou un agent immobilier, disparu dans le cours d'une procédure familiale, téléphone, une fois le dossier en délibéré, pour demander s'il était possible de bénéficier de l'aide juridictionnelle eu égard à l'effondrement total de sa situation révélatrice d'ailleurs du contexte.

Et puis, les jours enfin où il faut accepter finalement être un déficient mental.

Car enfin quand le gouvernement explique que l'on ne peut pas baisser le salaire des ministres, car sinon les fonctionnaires auraient peur que l'on ne baisse les leurs, c'est quand même un propos adressé à des déficients mentaux.

Et, à propos de déficients mentaux, il faut bien que les avocats acceptent de l'être également dans leur grande majorité car, à ce jour, les potentats qui dirigent la profession ne disent toujours rien du fameux RPVA et du rapport d'expertise déposé maintenant depuis huit jours.

Et s'ils ne disent rien, c'est bien qu'ils estiment que la déficience mentale de la plèbe ne nécessite pas que l'on communique avec franchise et que l'on 'rende compte'.

Mais j'ai eu accès à un document que je communique, même si ça ne leur fait pas plaisir.

Vous y verrez une échographie du boîtier Navista qui palpite.

Il y a apparemment un problème, relevé par Kafka dès 2008, d'une dilatation d'une cavité droite.

C'est un document sur le RPVA partiel.

Cela fera patienter en attendant que nos oligarques s'expriment.

Par jean.devalon le 17/05/10

C'est demain, en principe, que le rapport Hattab sera connu, qui nous parlera, par delà les rumeurs, du RPVA.

Mais gageons que les fougueux amants, la belle Navista et le fort CNB, dans la chaleur de leur hymen, doivent nous concocter une belle chanson d'amour.

Ah, vivement demain!