Par jean.devalon le 27/10/09

Jeudi, c'est la saint Narcisse.

Vous connaissez l'histoire de Narcisse, qui se trouvait si beau qu'il ne pouvait s'empêcher d'admirer son image qui se reflétait dans l'eau d'une source, sans comprendre pourquoi cette image parfaite se dérobait à ses bras tendus chaque fois qu'il la touchait et, de désespoir de ne pouvoir l'étreindre, il resta là, sans penser à rien d'autre , évoquant en vain cet objet d'adoration imaginaire, ne pensant plus à se nourrir.

Il finit par mourir de désespoir.

Narcisse, au demeurant, a été transformé en une jolie fleur dont la symbolique est funèbre.

Et c'est donc le jour de la saint Narcisse que notre bâtonnier, Dominique Mattei, s'en va dans la capitale voir, en toute simplicité, les gens du CNB.

Donc, notre bâtonnier va voir le CNB pour discuter notamment, de la possibilité d'ouverture aux autres barreaux du système, mutualisé et sécurisé, qu'a mis en place Marseille pour le RPVA.

Nonobstant ce qu'ont pu affirmer, un peu témérairement, les communicants du CNB, les informaticiens de la deuxième,( et j'accepterais même pour la circonstance que l'on dise de la troisième ) ville de France connaissent leur travail.

Le système conçu, et que Marseille va mettre en place et peut généraliser, est dans l'intérêt de tous les avocats.

Je mets, en fichier joint, la lettre que notre bâtonnier adresse à tous les avocats de Marseille, pour que chacun comprenne qu'il ira au bout du mandat qu'il a reçu de son ordre , et qu'il sera soutenu par celui-ci et par chacun des avocats du barreau de Marseille.

Moi, je prie Saint Narcisse.

Que chacun, même au CNB, comprenne qu'un système moderne et à moindre coût, mobile, permettant aux petits cabinets de pouvoir notamment fermer quelques jours mais pouvoir , quand même,inscrire des appels dans quelques mois, est dans l'intérêt de la profession toute entière.

Capito ?

Par jean.devalon le 26/10/09

J'invite à lire l'article consacré au RPVA par l'excellent support Actuel.fr.

On y lit que Marseille ne fait rien d'autre que ce qu'a fait Paris et que le CNB a demandé à un confrère de retirer un article, ce qui n'est, en général jamais bon signe.

Cela étant le monsieur du CNB qui disait qu'à Marseille nous étions des branquignols, a retiré ses propos, pardon, ne les a jamais tenus.

Ce qui est raisonnable et préserve sainement l'avenir.

Au fait, bonne nouvelle, le CNB va nous proposer à la location, à 100 euros HT par mois

(une association, cnb.com c'est soumis à la TVA ?)

Une chouette télé noir et blanc, parce que les télés couleurs, on n'en a jamais entendu parler!

Nous vivons une époque formidable.

Au fait, j'attends ma clé depuis 3 semaines!

Le CeuNeuBeu veut-il se faire assigner?

Par jean.devalon le 23/10/09

Mon confrère Bernard Kuchukian vient de mettre en ligne un modèle de statuts d'association.

Ce sont les statuts de l'association cnb.com avec laquelle, l'avocat est censé contracter pour souscrire

au réseau privé virtuel des avocats.

Cette association doit donc gérer, a priori, des millions d'euros avec le développement du système.

On a déjà rabâché que, pour la solution technique, le système paraissait inutilement lourd.

Les statuts, eux, paraissent, à l'inverse bien légers.

Ceci compense-t-il cela?

Par jean.devalon le 23/10/09

Moi, je suis un petit avocat.

Non pas en taille, mais en puissance économique.

Je le sais, parce qu'un jour, à un restaurant, se trouvait à côté de moi un professeur de faculté qui faisait aussi l'avocat.

Il pérorait, l'animal, sur les gueux qui plaidaient au tribunal d'instance.

Et comme je plaide au tribunal d'instance, je sais que je suis un gueux.

Mais, j'écoute les puissances occultes.

Et, en ce sens, les orientations prises par le CNB, (en marseillais CEUNEUBEU) sont intéressantes, car porteuses de progrès.

Dont le RPVA, le réseau virtuel des avocats, qui ne le sont cependant pas eux même.

Donc, pour me préparer au RPVA, il m'a fallu moderniser le cabinet.

Je me suis tourné vers la société SECIB, à fins d'actualiser mon logiciel de gestion de cabinet, puisque cette société a repris celle qui l'avait conçue.

À partir de là est intervenue la salsa des chèques.

La modernisation du logiciel, 2300 euros .

Mais cela implique le changement du serveur et autres accommodements : 2200 euros.

En plus, ce logiciel, certifié par le CEUNEUBEU avec une interface RPVA, nécessite une imprimante PostScript!

Je ne sais pas ce que c'est, mais cela a entraîné dans le changement que nous avions prévu de conduire au cabinet, une montée en gamme et un surcoût.

En tout cas,, ça y est, pour le 20 novembre, rendez-vous est pris pour l'installation globale du système.

Mon informaticien sera là (celui que le boîtier fait rire), le personnel de SECIB sera là.

Il ne manque à l'heure d'aujourd'hu, que juste une petite chose : la clé cryptée pour accéder au RPVA.

Celle que l'ordre des avocats a commandée au CEUNEUBEU voilà maintenant plus de 15 jours.

Et qui n'est pas livrée.

Je vais interroger mon Ordre, parce qu'il est évident que l'investissement fait ne souffrirait pas que des retards de livraison incompréhensibles, voire abracadabradantesques, interviennent.

Vous croyez que cela se fait d'assigner le CEUNEUBEU d'heure à heure ?

Parce que moi, je le fais.

Comme on dit à Marseille : crains dégun !

Je plaisante, c'est vendredi.

Nous, à Marseille, le vendredi, on ne peut pas s'empêcher de rigoler un bon coup.

C'est rigolo non ?

oct
21

Bug!

Par jean.devalon le 21/10/09

Ce qui est terrible en informatique, c'est le bug.

Le truc sournois, vicieux, qui vous rend malade un ordinateur!

Un exemple.

Le CNB, l'un des organes représentatifs de la profession d'avocats a eu l'idée, excellentissime, de créer une plate-forme de blogs commune à la profession d'avocat

Notre blogosphère.

Belle idée, merci le CNB.

Mais il y a des bugs!

Si l'on cherche un article, l'on met un mot clé.

Si je mets comme mot clef RPVA, qui est le réseau informatique national qui se met en place, mais qui est sujet à quelques discussions quant aux choix techniques et financiers opéré par ledit CNB, ça "bugge," ça ne trouve rien!

Ni aucun thème d'ailleurs.

Regardez, cliquez sur les articles.

On le trouve plus le RPVA sur la blogosphère!

Bizarre, vous avez dit bizarre?

C'est l'informatique!

Bizarre...

Par jean.devalon le 21/10/09

Cela fait 15 jours, je crois, que ma clé a été commandée par l'ordre des avocats au CNB, ou à l'association CNB. com, pour accéder au RPVA.

Elle n'est toujours pas arrivée, ce qui est paraît-il d'une lenteur inhabituelle.

Ce doit être l'embouteillage, parce que Marseille a déjà 350 adhésions, ce qui fait beaucoup de clés à commander et à livrer.

Alors, forcément, là-haut, il y a de l'embouteillage.

Mais, il ne faudrait pas que ça tarde trop, car les avocats ont mauvais caractère.

Nous, à Marseille, on a parfois, aussi, un complexe.

Il faut dire que quand les journalistes viennent dans notre ville, ils se précipitent sur le port interroger les poissonnières.

Il faut dire aussi, que tous partis confondus, nos édiles quand ils passent à la télé ressemblent plus aux héritiers spirituels de Fernandel qu'à Édouard Balladur.

Donc, en avocat marseillais complexé, cela me fait bien plaisir de voir que les interrogations sur la mise en place du réseau virtuel des avocats par CNB sont reprises de tous côtés de la France.

À Paris, même.

À Toulouse, aussi.

Et par des gens sérieux, qui écrivent des livres.

De référence, même.

Vraiment, il semblerait opportun que le CNB, après avoir vérifié le bon envoi des clés commandées (faudrait pas que je doive réviser les règles de compétence pour le référé) vienne chercher son inspiration du côté du sud.

Du côté de ces gens dont l'accent chante la vie telle qu'elle est.

Par jean.devalon le 20/10/09

C'est mon anniversaire, j'ai l'âge du pastis.

Bon pied, bon oeil, je me suis levé tôt le matin, quoique tard couché.

Dans le noir.

Non que pendant la nuit je sois devenu aveugle, mais l'électricité s'en était allée.

C'est agréable, le matin, de devoir, à tâtons, chercher le disjoncteur.

Nous partîmes à l'école voisine, avec fillotte.

Dans une petite rue, un déménagement et un dialogue vif entre un riverain et un déménageur.

De sa fenêtre le riverain invite le déménageur à une activité sexuelle quelque peu sodomite.

De la rue, le déménageur, qui ne s'appelle pourtant pas Nicolas Sarkozy invite le déménageur à descendre le lui dire.

Nous passâmes, avec Fillotte, très dignes.

Fillotte larguée à l'école je file, tel Buzz l'éclair à la boîte postale et, sur le chemin du palais croise l'ami Jean-Claude.

Il a l'air soucieux, l'ami Jean-Claude. Il évoque la fatigue, le stress du métier.

Il dit craindre le chamboulement que crée la mise en place de notre réseau informatique national.

(Au fait, il paraît que la clé cryptée est louée aux avocats selon des tarifs différentiels, ce serait 2 euros à Lyon, 4 euros à Bordeaux, et 7 pour ceux qui, quelque part, seraient en lien spirituel avec le riverain dont je parlais plus haut)

A un moment, Jean-Claude me met la main sur l'épaule et dit, complice : c'est pour quand la retraite toi ?

Le con, il a 10 ans de plus que moi.

Il a eu l'air étonné.

Ça vous met de bonne humeur pour un jour d'anniversaire.

Par jean.devalon le 19/10/09

S'agissant du RPVA, il est désormais acquis que la démarche intellectuelle doit être l'inverse de celle qui devrait être conduite si l'on parlait de petits pois.

On a toujours besoin de petits pois chez soi, disait la publicité !

On n'a pas besoin de boîtier à son cabinet, dit l'avocat sage !

Sauf à considérer les avocats comme des petits pois, mais personne ne peut imaginer cela, l'uniformité n'étant pas notre nature.

Donc, le barreau de Marseille met en place une solution alternative, tout aussi sûre.

Solution mobile, permettant de travailler de chez soi.

Solution incomparablement plus économique.

À tel point d'ailleurs, que pour l'instant, l'Ordre la prend en charge.

Et il ne faut pas croire qu'à Marseille, on est riche.

Simplement, on est soucieux de la situation de chacun.

L'ordre met donc en place une solution qui rencontre un succès fulgurant qui permettra à Marseille d'être aux rendez-vous imposés par Mme Dati.

(Je crois même que la solution peut être étendue aux avocats extérieurs et que c'est à l'étude)

Toujours est-il qu'avec cette générosité qui caractérise Marseille, j'observe que le Bâtonnier continue bien sûr sa collaboration avec le CNB pour parvenir à une solution commune.

On va l'appeler Dominique Mattéi des Goudes et du Château d'If

En fait, c'est simple :

- avec la solution marseillaise, ce n'est pas cher, personne ne vient tripatouiller votre installation informatique avec les aléas que cela représente, et c'est mobile.

- avec la solution CNB, c'est cher, on tripatouille votre installation informatique à vos risques et périls, et vous êtes obligés de travailler de votre cabinet.

Moi je crois que le choix est très facile.

Non ?

Qu'en pensez-vous ?

Vous adhérez ?

Par jean.devalon le 15/10/09

Il règne, en France, un sentiment diffus de lassitude profonde.

Le pouvoir, tout pouvoir, continue d'utiliser une rhétorique parfois infantilisante et prétentieuse, engourdie peut-être dans les lourdes voitures de fonction avec chauffeur, sans paraître avoir compris qu'il est possible que les autres aient un cerveau.

Sans paraître avoir compris, grâce au pouvoir libérateur de l'Internet, que l'information se diffuse librement.

L'époque est donc à la transparence, et aussi à ce que mes maîtres jésuites (désolé les laïcs, je ne peux pas m'en empêcher) appelaient et appellent encore l'excellence qui n'existe pas, bien sûr, sans éthique .

Et il n'y a pas d'éthique sans vérité.

Alors parlons clairement.

Le RPVA est une nécessité et il faut tout faire pour le développer.

Il s'agit, je le rappelle, d'un réseau informatique reliant les cabinets d'avocats aux juridictions, entre autre, et générant, en conséquence, des économies de temps, pour éviter des déplacements.

Mais la solution technique proposée est archaïque, chacun le sait, même certains membres du CNB.

Quand vous accédez à votre banque, et cela est sécurisé, où avez-vous vu qu'il vous faille louer un boîtier 55 euros par mois ? Lequel boîtier vaut d'ailleurs une centaine d'euros.

En fait, le RPVA nécessite simplement un boîtier central ou quelques boîtiers, à l'Ordre des avocats, voire un boitier national, je ne sais et des clés cryptées.

Un système mobile: on peut travailler de son cabinet et de chez soi ou de son hôtel, en toute sécurité!

Nul besoin d'être statique, ni d'aller à lOrdre, comme des coquins le susurrent...

Tournevire, tournevire c'est la réalité, la vérité.

C'est pourquoi le barreau de Marseille met en place cette solution.

Le bâtonnier soutenu par son Ordre et l'Ordre soutenu par les avocats.

Déjà, je crois, parce que c'est une solution intelligente et surtout moderne, deux cents adhésions à ce jour !

Il y en avait à peine une vingtaine depuis , allez, des lustres

Alors parlons franchement.

Ceux d'en haut, même chez les avocats, vous croyez que cela existe ?

D'un air important, qui vous diraient que c'est aussi pour des raisons politiques que la solution a été choisie et que l'on ne sait pas tout, et que patin couffin trognon!

Désolé, Messieurs, ce n'est pas pour cela que vous auriez, alors, été élus.

Et puis, disons les choses clairement

Il est dit que des études ont été faites, soit. Mais le système proposé génère des millions d'euros de revenus (supposons seulement 22 000 boîtiers à 55 euros par mois.)

Quinze millions d'euros par an sans compter les clefs cryptées, louées aussi !

Ca vaut cher une clé ?

Que d'économies possibles pour la profession !

Mon petit doigt m'a dit que l'extension du système Marseillais à la France entière, hors Paris coûterait de l'ordre de 100.000 euros ( je dis cent mille)

En plus celui qui adhère au RPVA doit contracter non pas avec le CNB mais avec une association « CNB. com. » dont j'ai entendu dire qu'elle était fermée.

C'est-à-dire qu'elle comporterait trois membres, pas d'adhésions possibles, pas d'assemblée générale, et donc pas de comptes publiés.

(Je suis hypocrite, j'ai les statuts de l'association et le bulletin d'adhésion au RPVA qui la mentionne !).

Même que je les ai glissés dans les commentaires, pour vous inciter à les lire!

Autant dire, en tant qu'avocat, que cela aurait pu être un peu plus transparent

On en trouvera toujours, à tort évidemment, qui oseront susurrer que, sous couvert d'une prétendue technique, il y aurait la tentation d'assurer des suppléments de cotisations à la glorieuse institution ?

Quitte à fourguer aux petits quelque chose d'obsolète.

Les mauvaises âmes, je les dénonce par avance avec fermeté.

C'est, bien sûr, du mauvais esprit et le CNB saura parfaitement communiquer et publier les chiffres.

Mais en tout cas, je suis fier d'être marseillais, et pas seulement à cause de l'OM (heureusement d'ailleurs), mais d'appartenir à cette ville dont l'une des fiertés, peut-être, est à l'entrée du port les forts Saint-Jean et Saint-Nicolas, créés par Louis XIV, dont les canons étaient tournés vers la ville.

Moi, je dis ça comme ça, mais est ce qui n'est pas juste, Marseille sait parfaitement le refuser.

Mais le CNB, au service des confrères, et donc sensible à l'expression de ceux-ci, saura, je n'ai aucune inquiétude, adopter rapidement la solution technique proposée à Marseille, moins onéreuse, tout autant sécurisée, et mobile.

Dans l'intérêt de ceux qu'il doit représenter et, comment disent-ils les politiques, ah, oui ,servir.

Par jean.devalon le 13/10/09

Ca y est, le formulaire est là!

Le RPVA comme il doit être!

Je signe.

Le Bâtonnier Mattéi mérite la Légion d'Honneur dans l'esprit de celui qui a créé cette institution!

Pas de coupettes, pas de vile politique, pas de 'politiquement correct.'

Mais du courage!