Par jean.devalon le 20/03/14

BLOGOSPHERE ! VOUS AVEZ DIT BLOGOSPHERE ?

par lesaf on 19/03/2014 6:05 PM

Les 20 et 21 février 2014, les utilisateurs et Confrères de la Blogosphère avocats.fr ont été informés par simple courrier du Président du CNB de la fermeture de la plateforme et de la disparition de leurs blogs.

Après la mobilisation de certains blogueurs, un second courrier précisait que cette plateforme serait hébergée par un autre prestataire sans perte de référencement mais sans développer les détails techniques sur cette question.

Cette gestion du dossier des blogs des avocats est inquiétante et risque de conduire à terme à la perte du travail de production de droit sur le web par les avocats et de visibilité de la profession et de ses compétences.

Loin d'être une lubie de quelques avocats passionnés de numérique, la Blogosphère a permis et permet aux Confrères d'ouvrir un Blog gratuitement sous la bannière du CNB garantissant le respect de nos règles déontologiques. A l'heure de la défense du périmètre du droit et de la lutte contre les braconniers du droit, cette blogosphère a permis une visibilité des avocats sur la toile, visibilité qui ne doit pas disparaître.

La Blogosphère des avocats permet aux internautes d'accéder au droit et à des informations juridiques fiables mises en ligne par des avocats.

Pour ces raisons, le SAF est attaché au maintien de la Blogosphère des avocats.

Le CNB a pris des engagements quant à la restitution des données aux blogueurs et au transfert de la Blogosphère sur une autre plateforme. Cette question sera examinée par l'assemblée générale du CNB le 21 mars 2014. Le SAF restera vigilant sur l'effectivité des engagements du CNB qui permettront aux avocats de poursuivre leur travail de diffusion du droit au plus grand nombre et de reconnaissance des compétences de notre profession.

On n'entend guère l'UJA représentant censément les jeunes Avocats; je n'ose croirre que c'est parce qu'un des siens est en charge du dossier mal ficelé au CNB, genre corde pour se pendre.

Par jean.devalon le 20/06/13

Nicolas, celui qui a 23 ans, pas l'autre, a été condamné à quatre mois de prison, dont deux fermes et à 1000 € d'amende.

Il fait parte du collectif la manif pour tous, est fondateur des inoffensifs veilleurs, et a été condamné pour rébellion et refus de prélèvement pour ne pas avoir voulu laisser prendre ses empreintes et se soumettre à un prélèvement ADN.

Avec un rude mandat de dépôts à l'audience comme pour les très méchants!

L'avocat manifeste toujours une certaine prudence quand la presse retranscrit des décisions de justice dans la mesure où la réalité est souvent différente de ce qui est écrit.

Bien sûr, si les faits sont ceux-là, on peut se dire que de la prison ferme pour un étudiant à sciences politiques et en histoire, inséré, est singulièrement inadéquat, là où, a priori il n'y a nul fait de violence, ni même nul outrage à la force publique, mais l'expression d'une opinion individuelle et, il est vrai, des faits punissables.

L'avocat se dit, sous réserve de la possibilité de la chose pour n'être pas pénaliste, qu'un travail d'intérêt général dans une association homosexuelle, par exemple, aurait eu quelque utilité.

Il se dit aussi, que cette peine de prison, quand on parle d'amnistier des syndicalistes, ou quand, parfois, des faucheurs d'OGM qui massacrent des laboratoires sont traités avec une certaine indulgence apparaît incompréhensible, voire inéquitable.

Le citoyen se dit même que cette société de la bien-pensance, formée par le grand journal de Canal+, ou la matinale, glisse insidieusement vers une forme d'oppression intellectuelle silencieuse qui ne laisse plus à la pensée libre, rebelle, le moindre espace.

Dictature molle du conformisme bien-pensant.

Mais, c'est là une opinion qui mérite d'être confrontée aux faits.

Et en l'espèce, à la jurisprudence de la chambre correctionnelle concernée.

Soit, cette chambre est accoutumée à emprisonner ceux qui commettent les actes que Nicolas a commis et il n'y a rien à dire, sinon que la justice n'est pas aussi complaisante qu'on ledit.

Soit, c'est une jurisprudence d'espèce à l'égard d'un individu et, là, il y a quelque chose de troublant.

Le Syndicat des Avocats de France avait rappelé la nécessité de l'impartialité de la justice, et encore de l'apparence même de cette impartialité.

Je ne doute pas que les défenseurs des libertés, s'il y avait lieu, si cette décision était spécifique, sauront faire entendre leur voix.

Vous savez ce poème, Éluard, J'écris ton nom... Liberté

Eh bien même sur un T-shirt de la manif pour tous.

Ceux-là qui appartiennent souvent à un monde se mourant ont le droit, comme tous les autres au respect de leur liberté d'expression.

Par jean.devalon le 19/06/13

Dans ma boîte, à la maison de l'avocat, un texte du SAF attaquant un magistrat marseillais de l'Ordre administratif qui avait émis des opinions hostiles au mariage pour tous, semble-t-il parfois sous un pseudonyme, en des termes, il est vrai, que l'on peut trouver parfaitement excessifs.

À certains, ou certaines, qui s'en étaient allés manifester contre le mariage pour tous je m'étais permis, d'ailleurs, d'observer que l'engagement personnel était tout à fait légitime, mais qu'en revanche la robe de l'avocat ou du juge n'avait pas à être portée, non plus que la qualité professionnelle mise en avant qui fait prendre le droit en otage au nom de conceptions philosophiques ou spirituelles individuelles.

Le SAF rappelle être attaché au respect de la liberté d'expression, y compris de celle des magistrats et précise que la justice doit pas être seulement impartiale, mais doit revêtir l'apparence de l''impartialité.

C'est trop sexy, ça !

Si tel est le cas j'aurais aimé que le SAF déposât dans la boîte des avocats le même genre de courrier destiné aux magistrats qui avaient placardé sur un mur des cons des personnalités de l'autre camp, politique s'entend.

Mais SAF et SM s'entendent comme amants au lit...

Je préfère finalement un individu qui s'exprime seul à la cohorte de ceux qui vont l'accabler d'avanies, prenant soin cependant de choisir la victime désignée par l'air détestable du temps, sans grand risque pour eux.

La Justice, nous dit le SAF, doit revêtir l'apparence de l'impartialité, j'ai parfois l'impression que certains ne s'en donnent même pas la peine hurlant complaisamment avec les loups

Par jean.devalon le 14/02/12

Un colloque devait avoir lieu à Marseille, à la maison de l'avocat, organisé par la commission pénale du barreau, sur le thème "Les médias et la procédure pénale : La disparition du secret de l'instruction".

Gilbert Collard devait en être le modérateur.

Les médias, il connaît.

Mais le modérateur est président du comité de soutien à la campagne de Marine Le Pen.

la présidente du SAF Marseille, Chantal Bourglan a déclaré "C'est très gênant pour l'image du barreau".

Et le colloque a été reporté sine die par le barreau en raison, selon son bâtonnier, Jérôme Gavaudan, de l'indisponibilité de deux intervenants.

Que l'on puisse avoir des réserves sur Gilbert Collard, avocat à la télé, et se dire que ses choix politiques tiennent du sens du vent est une chose, mais de là à l'interdire de colloque, en est une autre, un peu mesquine.

En cette St Valentin, il faut être amour, même de celui qui pense autrement!

Source: leparisien.fr

(faut le faire!)

Par jean.devalon le 17/11/11

Le législateur dans son incommensurable sagesse, a institué un contrôle obligatoire et systématique par le Juge des Libertés et de la Détention de la Légalité du bien-fondé de toutes les prolongations au-delà de 15 jours des hospitalisations psychiatriques sous contrainte prononcée d'office ou à la demande d'un tiers.

Et même, à ce qu'indique le SAF , section de Marseille, le juge ne peut statuer qu'au siège du tribunal de grande instance ou dans une salle spécialement aménagée sur l'emprise de l'établissement d'accueil..

Il paraît qu'à Marseille, les audience se tiennent à proximité immédiate d'un centre de rétention se trouvant dans un quartier quelque peu excentré et populaire en un lieu dans lequel est traité le contentieux de la rétention des étrangers qui se trouvent finalement là-bas plus près du bateau.

Le SAF s'étonne du silence de l'Ordre des avocats au barreau de Marseille, silence dont je m'étais pour ma part, en un autre domaine, étonné quand à l'éventualité programmé du déplacement du tribunal d'instance.

En l'espèce l'éclatement des lieux de justice est un danger pour l'exercice de la profession et il est vrai que l'on aimerait que le silence soit moins assourdissant., moins complaisant.

S'agissant du contrôle des hospitalisations, il y a de surcroît un certain manque de considération à l'égard de ceux qui sont les plus fragiles, mais j'arrête là, cela n'intéresse plus personne.

À part ça, j'ai déjà reçu des tracts électoraux des candidats aux prochaines élections à l'Ordre des avocats qui ont le mérite de pouvoir être oubliés aussitôt lus.

Probablement y a-t-il un équilibre difficile entre la nécessité pour l'institution judiciaire de fonctionner dans son ensemble, avec une participation de la représentation des avocats et, en même temps, la conviction ancrée que l'essence de l'avocat et d'être un emmerdeur veillant quoiqu'il arrive au respect des principes de la démocratie.

Je sais, ce sont là des grands mots.

Mais au fond si ces mots sont considérés comme de grands mots, n'est-ce pas que les gens ont rapetissé ?

Essayons un autre argument : membres des instances ordinales, protestez, défendez avant toute chose la dignité humaine et, même, celle de votre profession, et, je vous l'assure vous ferez une grande carrière au CNB.

Ça, ça devrait marcher pour que l'on entende le bâtonnier et son Ordre.

A moins qu'il ne soit bientôt créée, sous l'égide du CNB, sur proposition des conseils de l'ordre, comme en matière d'avocats de terroristes, une liste des avocats autorisés à être des emmerdeurs

Par jean.devalon le 23/02/10

Lisez donc la lettre du président du SAF qui appelle les institutions de la profession à collaborer.

Le système phocéeen n'est pas un détournement du réseau du CNB, puisqu'il arrive à e-barreau.

Simplement plutôt que de prendre la diligence, il prend le TGV.

Les textes ne l'interdisent pas.

Mais, ce n'est pas grave.

Le SAF dit:

"Le système actuel du RPVA n'est toujours pas satisfaisant, dans la mesure où :

- il ne permet pas les connexions nomades ;

- il place l'informatique de la profession entre les mains d'un prestataire de services unique, la

société NAVISTA, ce qui pose un problème majeur, dans l'hypothèse d'une augmentation des coûts unilatéralement décidés par celle-ci."

Sans parler du coût, du boîtier inutile dans les cabinets de la maintenance, de l'opacité...

Mais il lace un appel au CNB, à l'UNCA, à la Conférence des Bâtonnier

"Le Syndicat des Avocats de France vous demande, dans l'intérêt des confrères et de la profession,

de mettre en place conjointement un système pérenne, simple et peu onéreux, qui permette à

chaque avocat, quels que soient son mode d'exercice, son ancienneté et la taille de son Barreau, de

bénéficier de l'apport de l'ensemble de la profession ; il en va de la crédibilité, d'abord du Conseil

National des Barreaux, mais aussi des institutions que vous présidez.

C'est à cette condition que nous pourrons imposer, au ministère un véritable développement de son

propre système aujourd'hui encore fort approximatif faute de moyens en personnel et son extension

urgente à la matière pénale et à d'autres services."

Ce qui est parfaitement exact et que demande d'ailleurs le barreau de Marseille!

On va y arriver!

Par jean.devalon le 14/02/10

Mon fils fait ses études à Grenoble, il parait qu'on s'y gèle les... (censure).

C'est pas une vie pour un Marseillais habitué au soleil chaud.

En tous cas, à Grenoble, on n'a pas sa langue dans sa poche et, même, on sait l'utiliser

mieux que sur le Vieux Port pour faire comprendre certaines choses simples.

Lisez donc sur le RPVA la prose drolatique et fine de notre confrère qui sait expliquer

que les avocats de France sont les innocentes victime d'un gardien qui

tente de faire croire que monsieur le baron, a des exigences qui ne sont que les siennes médiocres

de fourbe tâcheron!

Lisez et appréciez car c'est parfaitement exact!

Salut l'artiste!

Combattons le gardien!