Jan
16
Cellule image

Je m'interrogeais l'autre jour, en plaisantant, sur la nécessité de créer pour les avocats une cellule psychologique.

En fait, sur l'écart qui se créait entre « ceux du privé » et « ceux du public » avec des mentalités qui ont du mal à converger.

Et, par un mouvement dialectique de l'histoire, ce sont finalement aujourd'hui ceux du public qui ont des salaires supérieurs aux salaires du privé avec, de surcroît, une sécurité de l'emploi.

Et il est vrai que, pour un professionnel libéral, par exemple choisi au hasard, le contact avec les impôts ou l'URSSAF paraît parfois ubuesque.

L'URSSAF des Bouches-du-Rhône est donc ma bête noire qui retient l'argent de cotisants à la suite d'erreurs internes, sans un mot d'excuse, avec finalement une forme de mépris qui ressemble à celui qu'avait pu avoir, en d'autres temps, la noblesse française avant la révolution.

Mais je dois dire que cet organisme a parfaitement compris et a réagi avec une rapidité stupéfiante à mon interrogation sur la création de la cellule.

La lettre recommandée avec accusé de réception qui lui a été adressée, précédant la sommation de payer et précédant la procédure de référé a été parfaitement reçue.

Par la « cellule image ».

Je suis très content que la mise en demeure ait été reçue par la cellule image. Je trouve ça moderne et performant.

C'est même, comment dit-on ? Proactif.

Et le chèque ?

Alors la ... Je vais interroger la cellule divination.

Jan
10
Pour le fun

Marseille où tout allait bien selon les élus locaux...

Vé, la belle galéjade!

Jan
07
Marseille-les Alpes

Une clope en terrasse, à la maison des avocats de Marseille, c'est duraille aujourd'hui.

J'ai vu, rue Paradis, des gens heureux qui faisaient du ski.

(Et d'abord, la municipalité aurait dû prévoir les tire-fesses).

J'ai envoyé quelques boules de neige sur les confrères.

Et maintenant, au travail, la réception téléphonique en plus, vu que le personnel est en perdition.

Marseille-les Alpes, trop beau !

Jan
07
Coup de froid.

Il y a sur ce pays, en termes symboliques, comme un coup de froid.

Que le président de France télévisions soit nommé par le président de la république, même si toutes les garanties annoncées peuvent être réelles, est un symbole désagréable.

Que l'on envisage de remplacer le juge d'instruction, juge du siège indépendant et inamovible par un juge de l'instruction dépendant du parquet sur lequel une hiérarchie peut peser est symboliquement détestable. Même si là encore des garanties peuvent être données.

Car personne ne peut nier que, dans l'exercice d'un pouvoir, le rituel et la symbolique pèsent et que cela peut en toute hypothèse peser sur les esprits.

Ce qui est peut-être le but subliminal de ces réformes.

S'agissant de la justice la question du respect de son indépendance est donc posée.

D'ailleurs, le tribunal de Marseille, ce matin, avait, déjà, des airs moscovites.

Et cette neige là n'avait rien de symbolique, non plus d'ailleurs que l'absence de tout salage des rues.

Les alertes météo sont connues de tous, sauf des services publics.

issant de la justice la question du respect de son indépendance est posée.

Dec
17
Merci Bill!

J'essaie de faire de mon cabinet un cabinet citoyen.

On entend parler, de tous les côtés, d'entreprise citoyenne. Je ne sais pas vraiment ce que cela veut dire mais comme mon cabinet c'est une entreprise, il faut donc qu'il soit citoyen.

En tout cas je suis respectueux des autorités de la publique, des organismes sociaux et fiscaux. Je déclare et je paie en temps et en heure.

C'est pas un bon citoyen à son papa, ça ?

Tiens, au fait, le remboursement de l'URSSAF qui devait intervenir avant le 20 novembre n'est toujours pas intervenu.

En bon avocat citoyen mais aussi, bien sûr, respectueux de la nature, je m'étais dit que j'allais essayer, devant aller à la Cour d'Aix, le T E R.

Inauguré il y a quatre jours, tout beau, tout neuf.

Il n'y a plus d'intempéries, le soleil est revenu.

Mais il y a des choses qui ne changent jamais, et cela est bien rassurant : il est en grève, le TER.

Un combat entre les pouvoirs patronaux, politiques et syndicaux avec pour seul souci la défense de l'usager.

C'est fou comme on aime défendre celui qui ne demande rien si ce n'est qu'à vivre normalement.

C'est fou comme on veut absolument les réformes, pour les autres, bien sûr.

Donc, je râle.

Mais je ne râle plus parce que j'ai gagné 250 000 euros.

Déjà, une fois, j'avais gagné une machine à coudre qui s'étais révélée être une sorte d'agrafeuse avec une petite bobine de fil.

Mais, là, c'est sûr, grâce à Bill Gates, j'ai gagné 250 000 euros.

Voici la preuve.

Il suffit que j'envoie un certain nombre de renseignements personnels à un confrère de Côte d'Ivoire et à moi la douce pécune.

Je vais lui envoyer mes coordonnées bancaires pour qu'il puisse vite faire le virement.

C'est trop bien Noël !

Nov
12
pour un 12 novembre.

Nous autres, avocats, sommes gens de tradition portant, dans l'exercice professionnel la digne robe noire.

Le débat sur la multiplication des commémorations qu'adore la république laïque nous interpelle, à l'évidence.

C'était hier, le 11 novembre et le souvenir de la Grande guerre.

Nos grands-pères se sont éteints qui l'avaient faite, enfin les miens.

Le temps est venu des historiens.

Pourtant, hier, la blogosphère des avocats ayant des airs de noosphère, une aimable avocate de Tulle m'a fait parvenir ce document, annonçant la mort le 7 septembre 1914, face à l'ennemi d'un ancêtre qui était jusqu'ici une date de naissance sur un arbre généalogique établi, il est vrai, en 1909.

Quel banal, mais triste, destin de ce campagnard du Lot, né à Labastide-Murat, habitant Vaillac, mort si jeune et enterré, là-bas, dans un lointain village de l'Oise.

C'est la grâce d'Internet de faire renaître tous ces anonymes, dont la vie a été volée, pour un instant fugace.

C'est, pour moi, la plus belle des commémorations.

Aug
21
beau comme...

un brochet, pour faire plaisir à m° LO RE. Je précise qu'il a été! photographié de dix mêtres, c'est pour cela qu'il ne reflète pas sa taille énoooorme

Aug
21
muet comme une ...

Allez, encore quelques jours de vacances, avant que ne revienne le temps du travail et du blog.

Mais en attendant une photo. pas la gloire de mon père, mais la mienne propre.

Et rien à voir avec Tartarin de Tarascon...

Jul
18
La grosse

D'accord, maintenant on doit parler de seconde expédition, mais grosse, ça vous a un coté suranné qui ne manque pas de charme.